Renault Scénic. Du monospace au SUV, une saga de 30 ans !
habillage
banniere_haut

Renault Scénic. Du monospace au SUV, une saga de 30 ans !

Dans la foulée de l'Espace, Renault popularise, à l'étage inférieur, la recette du monospace. Entre 1991 et 2021, le Scénic aura connu des hauts puis des bas. Sans regrets, il aura tout tenté pour s'opposer aux SUV auxquels il a souvent essayé de se mêler. Retour sur la saga d'une voiture à vivre.

Publié le

Il y a trente ans, le concept-car Renault Scénic lançait l'idée d'un monospace compact dans la gamme du constructeur au losange. Quatre générations plus tard, le Scénic a été une success story. Faisons le point avant sa mise à la retraite.

DR

Au salon de Francfort, en septembre 1991, le concept-car Renault S.C.E.N.I.C. acronyme anglais de "Safety Concept Embodied in a New Innovative Car", que l’on peut traduire par "concept d’une nouvelle voiture sécuritairement innovante" défrichait un nouveau territoire, celui des monospaces compacts. Une silhouette qui, telle une poupée russe, se glissait parfaitement dans la gamme sous celle du Renault Espace
 

L’évolution de la morphologie du Scénic 

>>> Lancez le diaporama de la saga Scénic <<<

 

Scénic 1 : le parent "haut" de la Mégane

Renault Mégane Scénic 1995
Présenté en 1995, puis commercialisé en 1996, la Renault Mégane Scénic arbore une robe nettement plus sage que celle du concept-car.

Dès 1995, l’essai est transformé, le prototype de salon franchit le cap de l’industrialisation et devient le Renault Mégane Scénic. Il arrive en concession en 1996 sans les portes coulissantes, ni le dispositif de détection de la somnolence, la climatisation révolutionnaire, le système de navigation où encore le système de gestion dynamique de la charge du prototype. Il faudra encore patienter de nombreuses années avant d’offrir au public ces multiples innovations.

Renault Mégane Scénic 1995 sièges arrière indépendants
L'important c'est que la Renault Mégane Scénic ait conservé l'architecture intérieure avec 5 sièges indépendants.

D’autant que le constructeur au losange avance avec prudence en rattachant ce véhicule inédit à son cœur de gamme, la famille Mégane. Le succès du Scénic ne se fait pas attendre, nommé voiture européenne de l'année 1997, il séduit rapidement le public par une polyvalence inconnue à l’époque nommée modularité. Pas à pas, le Scénic s’émancipe de la Mégane, le restylage en 1999 débarrasse son hayon du nom de la berline, mais ce dernier demeure néanmoins inscrit sur le montant de custode. On ne renie pas totalement ses origines. Le Renault Mégane Scénic a été vendu à près de 2,8 millions d'unités. Joli score pour un pionnier.
 

Scénic 2 : coup double à 5 et 7 places

Renault Scénic 2 5 places
En 2003, le Scénic 2 prend la relève en version courte à 5 places...
Renault Scénic 2 long à 7 places
...ainsi qu'en version allongée accueillant jusqu'à 7 passagers.

Fort de ces bons résultats commerciaux, Renault renouvelle logiquement le véhicule. La seconde génération apparaît en 2003 mais elle n’a plus autant le champ libre que son prédécesseur. La concurrence s’est mise en ordre de marche et lui oppose des versions à 7 places, à l'image de l'Opel Zafira dès 1999. Le Scénic réplique en dupliquant son offre avec deux gabarits 4,30 m pour le 5 places et 4,50 m pour le 7 places. La silhouette de ce dernier présente néanmoins un effet sac à dos assez disgracieux qui montre qu’elle a été “bricolée” depuis la version courte. Prudent, une fois de plus, Renault a souhaité maximiser les pièces partagées entre les deux versions. D’autant que le Scénic II reste encore rattaché à la famille Mégane dont le nom figure toujours au même endroit que sur son prédécesseur.
 

Scénic 3 : le cordon est coupé avec la Mégane

Renault Scénic 3 modèle court à 5 places
En 2009, place à la troisième mouture dont la version courte reprend à son compte les "crocs" argentés de la Mégane Coupé.

En 2009, la troisième génération du Scénic apparaît. Comme on ne change pas une recette qui gagne, Renault a soigneusement peaufiné son monospace qui adopte logiquement des lignes proches de celle de la troisième mouture de la Mégane. Conscient du design déséquilibré du Scénic 2 long, les designers ont doté le nouveau Renault Grand Scénic d’un plastique spécifique au niveau de la partie arrière. Une logique esthétique déjà employée par son plus grand rival, le Citroën C4 Picasso. Enfin, cette fois, c’est fini de la parenté avec la Mégane, le nom de la berline compacte ne figure plus sur la carrosserie du Scénic.
 

Scénic 4 : la dernière chance ?

Renault Scénic 4 modèle court à 5 places
Outre la couleur, la ressemblance entre le Scénic 4 (photo) lancée en 2016 et le concept-car Renault R-Space est manifeste.

En 2016, Renault lance le quatrième opus du Scénic, un modèle qui dérive étroitement du concept-car Renault R-Space. Plus typé coupé, reposant sur d’immenses roues de 20 pouces, livrées en série dès l’entrée de gamme, le Scénic veut contrer l’offensive menée par les SUV. A l’instar des véhicules de loisirs, il opte pour la personnalisation avec une livrée bicolore et ses bas de caisse reprennent les codes de ces aventuriers dont le public ne semble plus pouvoir se passer. Avec ses lignes dynamiques, le Scénic serait-il allé trop loin en privilégiant le style au détriment d’une habitabilité familiale qui a pourtant fait son succès ? Le monospace français n'est plus que l'ombre de lui-même au niveau des chiffres de vente.

Renault Scénic 4 modèle long à 7 places
Si la ligne de coupé pénalise les prestations familiales du Scénic court, optez alors plus la version longue...
Renault Scénic 4 modèle long à 7 places
...aux lignes plus typées break qui, vue de dos, rapprochent visuellement ce Scénic 4 long du Renault Espace 5.

C’est pourquoi la version longue à sept places dont la poupe évoque celle de l’Espace 5 vient une fois de plus à la rescousse. Sauf qu'elle est vendue plus chère que le SUV de la gamme, le Kadjar. De plus, l’engouement du public n’y est plus vraiment. Le Scénic, en tout cas tel que nous le connaissons, finira tranquillement sa carrière en 2022. A cette date, le nom restera dans la gamme Renault, mais ne qualifiera plus un monospace compact. Le Scénic 5e du nom devrait être à l’avenir un SUV compact. La boucle sera enfin bouclée.

A LIRE. Renault. Le Scénic est mort ! Vive le Scénic !
 

Le Scénic n'a cessé de se rêver SUV

Renault Mégane Scénic RX4
En 2000, le Renault Scénic adopte les codes des SUV avec cette version RX4 qui bénéficie d'une transmission intégrale.

Au tournant du millénaire, le Scénic veut quitter le bitume pour s’aventurer sur les chemins de terre. La version RX4 entre en scène avec sa garde au sol surélevé, sa transmission intégrale, sa carrosserie bicolore arborant l’accastillage du parfait baroudeur et surtout une roue de secours juchée sur un hayon modifié. Un SUV avant l’heure !  

Renault Scénic 2 Conquest
Dans la veine du Scénic 1 RX4, le Scénic 2 fut proposé en version Conquest. Mais de SUV, il n'avait que le look, pas de transmission intégrale au programme.

En 2007, le Scénic Conquest, basé sur la seconde génération, reprend le flambeau mais avec seulement deux roues motrices afin de ne pas marcher sur les platebandes du Koleos qui n’a vraiment pas besoin d’ombrage. En 2013, le Scénic 3 s’aventure à son tour sur le créneau des monospaces au look de baroudeur avec la déclinaison Xmod. Cette fois la technique est adaptée à cette nouvelle vie d’aventurier, le système Extended Grip (une motricité renforcée du train avant) est proposée...en option.

A LIRE. Essai Xmod : le Scénic s'encanaille

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
gehel80 Le 17/07/2021 - 12:31
Je suis d'accord, l'accessibilité mécanique est déplorable, que dire des ampoules, une catastrophe. Cela dit, je possède un Scenic II Latitude 1.6 16 V, mis en circulation fin décembre 2008, je l'ai acheté en Juin 2014 à 62.000 kms, j'en ai actuellement 127.000, aucun problèmes, je fais faire l'entretien par Renault, j'ai changé la courroie au bout de 5 ans, les pneus arrière. Les disques et les plaquettes AR (qui n'avaient jamais été changés). Excellente voiture, confortable, avec une dotation complète (pour un véhicule de 2008) 4 vitres électriques, toits vitrés, tiroirs sous 4 sièges ainsi que dans le plancher, carte mains libres, retros électriques et dégivrants, climatisation automatique ainsi que pour la boite à gants, accoudoir central avant réglable électriquement, radars de recul
pemmore Le 10/05/2021 - 10:28
Difficile à comprendre cette concurrence interne entre l'espace, un truc exceptionnel et le scénic une vilaine copie,le premier scénic a certaines qualités, spacieux, assez confortable. Pour le reste, le taux de réparabilité est plutôt faible, on a un modèle un dans la cour, joint de culasse hs, il fuyait un peu d'eau, le plein n'a pas rempli la bête, stupide système, un joint de culasse est banal, sauf qu'il faut sortir le moteur, un bout de fonderie alu bloque la sortie de la culasse, visiblement l'équilibre des serrages à la clé dynamomêtrique n'a pas été fait, ceux du centre sont bien plus serrés. On est années 90, la fiabilité des Allemandes est pire (sauf ford qui est américaine,) le groupe Peugeot n'a pas encore montré ses marques,(moteur tu) c'est pas bien gràve, depuis les efforts de Renault pour la fiabilité a été considérable. Reste la réparabilité (écologie) à repenser, tout le monde s'amuse à des vis et boulons indémontables, inaccessibles et des prix horaires qui explosent.
Voir tous les commentaires (2)