Renault soupçonné de triche aux tests d'homologation
habillage
banniere_haut

Renault soupçonné de triche aux tests d'homologation

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) soupçonne Renault d'utiliser un dispositif frauduleux qui modifie les rejets de polluants pendant les phases d'homologation. Renault confirme être en règle.

Par La Rédaction
Publié le Mis à jour le

Le Renault Captur dépasse le seuil réglementaire d'émissions de dioxyde de carbone de 377 %.

Cédric Lecocq

Le quotidien Libération a publié des extraits d’un document confidentiel de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Il y est mentionné que « Renault SAS a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l’homologation sur les émissions de polluant […]. La société a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution. »

Des écarts importants ont été constatés entre les performances de certains moteurs Renault pendant leur homologation en laboratoire et en conditions réelles. Libération cite deux exemples flagrants : le Captur dépasse le seuil réglementaire d’émission de dioxyde de carbone de 377 %, la Clio de 305 % !

Renault Clio IV
Renault Clio IV

D’après la DGCCRF, « ces résultats permettent de soupçonner l’installation d’un dispositif frauduleux qui modifie le fonctionnement du moteur, pour en réduire les émissions de NOx dans des conditions spécifiques du test d’homologation, afin que les émissions respectent les limites réglementaires. »

Ce dispositif frauduleux rappelle une autre affaire, celle du « dieselgate » chez Volkswagen, qui a éclaté fin 2015. Toujours selon Libération, un mail échangé entre la directrice des affaires juridiques, la directrice de la communication et le responsable des relations institutionnelles se conclut ainsi : « Ce système de dépollution est donc très vite inopérant sur la route, mais il fonctionne pendant les tests ».

 

Un rappel déjà en cours

Suite à ces révélations, le constructeur a diffusé un communiqué en indiquant que « le Groupe Renault rappelle qu’aucun de ses services n’a enfreint les règles, européennes ou nationales, relatives à l’homologation des véhicules. Les véhicules Renault ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution. »

À noter que depuis octobre 2016, Renault rappelle 6 280 Captur et Kadjar (dCi 110) pour les remettre en conformité au niveau des émissions des NOx.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Bruno du 13 Le 21/03/2017 - 11:21
Ce qui est amusant c'est la subtilité sur la notion de tricherie. Renault prétend qu'il n'y a pas de logiciel tricheur embarqué et donc pas de tricherie. Je veux bien les croire. Par contre en conditions réelles le filtre à NOX ne fonctionne pas du tout comme en phase de test au labo (suivant température externe, de l'échappement, ...), et il y a donc beaucoup plus d'émission de NOX en réel. Là encore pas de tricherie, la voiture est optimisée pour le protocole de test, c'est de bonne guerre dans l'industrie. Mais... il y a eu semble-t-il un échange de mails de responsables Renault montrant qu'ils avaient conscience du problème : pollution dan la vie réelle bien plus importante que pendant le protocole de test... Alors oui on peut penser qu'il y a tricherie puisque leurs voitures sont bien conçues pour la vie réelle plutôt qu'en labo, mais les avocats et le juge auront la latitude d'en débattre en coupant les cheveux en 4 ou en 10.000... Affaire à suivre.
ViveLeVTT Le 17/03/2017 - 09:23
re, parce que vu comme il écrit "Reno", tant il s'est fait refiler une clio de contrefaçon chinoise.
Papymèche Le 16/03/2017 - 22:13
Bonjour Surprenant sujet dans un espace juridique. Décidément, ce site part à vau l' au ! Tiens, si qulqu' un a l' info, qu' est devenu Moutik ?
Voir tous les commentaires (14)