ROVER 75
habillage
banniere_haut

ROVER 75

g Date de sortie : juin 1999 g pas de restylage g Parc en circulation : 11 000 Après quatre ans de carrière, la Rover 75 conserve son raffinement et ses bonnes manières pour se distinguer de ses rivales, même en occasion.

Publié le Mis à jour le

Berline à quattre portes d'un gabarit important (4,74 m), la Rover est née sous l'ère BMW.

  • Date de sortie : juin 1999
  • Pas de restylage
  • Parc en circulation : 11 000

Si son manque de notoriété pénalise la Rover 75 en occasion, sa qualité de fabrication l'honore. DRElaborée à l'époque où Rover était encore sous la coupe de BMW, la 75 profite d'une rigueur de fabrication appréciable et de certains éléments du constructeur allemand. Pour ne pas renier ses origines britanniques, le traitement esthétique s'est voulu chic et distingué. Sous une allure un peu opulente, on retrouve donc du chrome sur la carrosserie et de la boiserie à l'intérieur dès la finition de base. Pour un équipement plus valorisant (jantes en aluminium et climatisation automatique), il est préférable de viser une version Pack, et le niveau supérieur Pack Luxe permet d'accéder à un raffinement encore plus poussé et à une dotation vraiment généreuse (lire l'encadré historique et équipement de série ci-dessous).

Néanmoins, toutes les versions disponibles depuis le lancement du modèle, à l'été de 1999, se distinguent par le traitement soigné de l'habitacle. Les compteurs de forme ovale, le volant épais gainé de cuir et le confinement donnent une véritable personnalité à cette anglaise dont la marque est à nouveau détenue par des capitaux britanniques.

En France, quelque onze mille automobilistes ont succombé aux charmes de la 75. Obligée de passer par la noblesse d'un six-cylindres à essence pour asseoir son positionnement de haut de gamme, la Rover a heureusement pu compter sur une mécanique Diesel pour assurer une certaine pérennité commerciale. Son quatre-cylindres 2.0 CDT à rampe commune d'injection d'origine BMW a ainsi représenté 85 % des ventes. C'est naturellement ce moteur qui constitue la majorité de l'offre en occasion. Les prix demandés pour la 75 CDT démarrent autour de 15 000 € pour un modèle âgé de moins de trois ans, mais il faut rajouter 3 000 € pour dénicher une finition Pack Luxe. Avec 116 ch, la 75 2.0 CDT se montre volontaire, mais elle s'accommode surtout d'une conduite coulée qui permet de profiter du confort de l'habitacle et de la douceur des commandes.Apparue en 2001, la version break -baptisée Tourer- est esthétiquement réussie, mais ses résultats déçoivent (seulement 13% des ventes de la gamme). DR

Cette année, ce Diesel a vu sa puissance passer à 131 ch par modification de la cartographie moteur. Reconnaissable à l'appellation CDTi, cette évolution permet à l'anglaise d'être plus en phase avec le niveau de puissance réclamé dans ce segment. Cependant, les offres de ce modèle, trop récent, sont encore rares en occasion. Pour les adeptes du sans-plomb, la Rover réserve trois offres depuis l'été 1999. La première, un quatre-cylindres de 1,8 l et 120 ch, est assez alerte, mais elle reste en deçà du standing de la voiture. Le « petit » V6 2 l de 150 ch est plus à même de mouvoir la grande 75 avec onctuosité et vitalité. Pour les plus exigeants en termes de performances, le V6 de 2,5 l et 177 ch apporte du tempérament à toutes les allures, et il est souvent accouplé à une boîte automatique à cinq rapports. C'est avec la retenue d'un gentleman driver que la 75 s'appréciera le plus dans cette version. Car, si son comportement routier l'honore, cette traction est typée confort, et elle s'accommode mal d'un rythme sportif. Pour cela, mieux vaut se tourner vers la déclinaison MG de la 75. Baptisée ZT, cette dernière est apparue en 2001 avec un châssis sportif et une esthétique virant au tuning. Toutefois, sa diffusion confidentielle limite l'offre en occasion.

Les boiseries et la qualité de présentation de la planche de bord restent fidèles à la plus haute tradition anglaise. DRDistinguée, attentionnée envers ses passagers et d'une indéniable qualité de construction, la Rover 75 n'a cependant pas la notoriété de ses rivales allemandes. En revanche, ses prix en seconde main sont inférieurs à ceux de ses concurrentes auréolées d'une image de marque en béton.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours