Saab 9-5 / Volvo S80 : le match
habillage
banniere_haut

Saab 9-5 / Volvo S80 : le match

Saab sauvé de la faillite, la nouvelle 9-5 peut débuter sa carrière. Une mauvaise nouvelle pour son ancienne compatriote, la Volvo S80. Quoique.

Par Mathieu Sentis, Photos de Thomas Antoine/ACE Team, ACE - Team
Publié le Mis à jour le

ACE - Team

- Saab 9-5 2.0 TiD160 Vector. Diesel. 160 ch. Ni bonus ni malus. 42 950 €
- Volvo S80 D3 Summum. Diesel. 163 ch. Ni bonus ni malus. 41 250 €
 

Saab contre Volvo. L'affiche rappelle une certaine époque où la Suède demeurait une grande créatrice d'automobiles de caractère. Aujourd'hui, tout a changé. Confronter la 9-5 à la S80 revient à opposer les néerlandais aux chinois, puisque Spyker a repris Saab, et Geely racheté Volvo.
 
Pas de quoi s'inquiéter : ces grandes routières conservent leur originalité, pour le bonheur d'un public cherchant à se différencier. Sur ce point, Saab n'a pas perdu la main : panneaux sculptés, toit bas et petites surfaces vitrées forment un dessin élégant, qui inflige un petit coup de vieux à celui de la S80.  

Dommage que cet agréable coup de crayon ne s'étende pas à l'habitacle. La 9-5 nous refait le coup du tableau de bord façon aviation... sans vraiment le moderniser. Les plastiques sont durs, les ajustages décevants, et l'ambiance manque de gaieté. Tout l'inverse de la Volvo, dont les matériaux soignés, les teintes chaleureuses et l'élégante console centrale fine comme une lame plaisent toujours autant. 
 
 

Pair ou impair ?


Pour développer une puissance approchante (160 ch contre 163 ch), 9-5 et S80 ne s'y prennent pas la même manière : quatre cylindres pour la Saab, cinq pour la Volvo. Au volant, cela se sent.
 
La 9-5 souffre d'un moteur un peu rugueux qui peine à maîtriser ses vibrations, étouffer ses claquements au ralenti ou faire preuve de souplesse à bas régime. La S80 partage ce dernier point, mais séduit davantage une fois lancée. Son cylindre supplémentaire entraîne une sonorité plus agréable et un couple plus important (400 Nm contre 350), sans faire augmenter la consommation qui reste identique à celle de la Saab.

En bonnes routières, nos deux rivales affectionnent les longs trajets. Là encore, c'est la Volvo qui présente les meilleures manières : commandes douces, sièges moelleux et suspensions souples invitent au voyage, même si l'habitabilité est en retrait par rapport à la 9-5.  
 

Plus grande, plus chère


Avec 16 cm de plus en longueur, la Saab offre un meilleur volume de coffre et un espace arrière très généreux pour les jambes... hélas entaché par un défaut de sellerie : les assises arrière sont dures, les appuie-tête aussi. Par ailleurs, le dessin de la carrosserie limite la luminosité dans l'habitacle, notamment sur la banquette où certains passagers se plaindront du manque de visibilité vers l'extérieur.
 
Côté technologie, nos deux « ex-suédoises » peuvent piocher dans leurs options des équipements innovants : radar anti-collision ou anti- angle mort chez Volvo, éclairage intelligent ou affichage tête haute chez Saab. Mais en termes de dotation de série, c'est une nouvelle fois la S80 qui en offre le plus (voir tableau). Tout en s'affichant 1 700 € moins chère... 
 
Bilan. Peut-être plus entrainé à l’exercice des grandes routières (l’ancienne 9-5 accusait 13 ans d’âge !), Volvo l’emporte avec sa S80. La Saab, pas au niveau de la concurrence en matière de douceur de conduite ou de présentation, conserve toutefois des arguments : un nom, un cachet, un charme particulier qui la rendent attachante.

 
 
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
jacquesdoudeuil602 Le 07/11/2010 - 09:35
J'ai eu la plupart des Volvo (122S,240,740,940),J'ai une Saab 9.3 Vector 120 CV diesel (6700km).Les différences sont minimes. Quand les sièges avant ,chez Saab, sont reculés au max.,il est difficile d'être passager arrière au-dessus d'1,50m.Le bas de caisse est trop bas sur la Saab:il s'accroche partout en ville sur les trottoirs.Mais surtout,la suspensio est très "rugeuse"sur la Saab.Cela étant c'est un excellent véhicule,parfaitement dessiné, très bien équipé.
faber.schirck801 Le 02/11/2010 - 07:45
Surtout qu'un essai de Saab en diesel, c'est pas forcément significatif ... Les Saab se goûtent surtout en essence : qui a goûté un jour un essence turbo basse pression "by Saab" revoit son jugement sur les "défauts" de finition mis en avant par des journalistes aux avis stéréotypés ! Le 2.3 turbo de 200 cv de la Saab 9000 par exemple était un régal quotidien, pour une consommation très mesurée au regard de la puissance disponible à tous les régimes.
gachet210 Le 29/10/2010 - 19:25
Je possède une BMW serie 3 de 2008 et une Classe C de 2001. En vue de l'achat d'une nouvelle voiture, j'ai essayé une 9-5 avec le 2.0T de 220ch et une V70 D3 163ch. D'accord, la Volvo est sans reproches, même mieux, mais la SAAB est simplement fabuleuse malgré les petits défauts de finition que vous avez pointés. Alors comme je choisis ma voiture avec le coeur... SAAB.
Voir tous les commentaires (9)