Seat Ibiza : le style majeur
habillage
banniere_haut

Seat Ibiza : le style majeur

Seat est en passe de devenir le leader du futur pôle sportif du groupe Volkswagen, qui englobera Audi et Lamborghini. La nouvelle Ibiza marque la transition entre le passé populaire de la marque espagnole et sa vocation sportive.

Par Michel Meilleray
Publié le Mis à jour le

Un air expressif dû en grande partie à l'onde du capot qui borde le sommet des projecteurs à la manière d'une paupière

La maUn peu massif, l'arrière est égayé par des feux très à la mode  - DRrque Seat a, en quelques années, effectué un virage spectaculaire pour confirmer sa destination de division sportive de Volkswagen. Celle-là commence précisément avec cette nouvelle génération de l'Ibiza qui remplacera, en mars 2002, le modèle actuel né en 1984, et restylé en 1993 et en 1999. La sportivité s'exprime par des motorisations puissantes, des châssis agiles et un style original.

Tout en conservant un air de famille, la nouvelle venue hérite des bonnes dispositions affichées par le prototype Salsa, révélé en mars 2000, soit deux ans après le dernier restylage de l'Ibiza. Ainsi, celle-ci se trouve être un modèle de transition entre le style hétéroclite du passé et la nouvelle griffe due au crayon de Walter De Silva, transfuge d'Alfa Romeo. Pour l'heure, cette nouvelle version présente un profil typiquement Ibiza avec ses flancs hauts et plats, qui manquent un peu d'assise du fait de la minceur des bas de caisse, et des arches de roue peu marquées. La ceinture de caisse se retrouve une fois de plus très haute afin de favoriser la résistance aux chocs latéraux quitte à limiter la surface vitrée. Au tableau d'honneur, on notera la présence de vitres de custode entrebâillantes en carrosserie à trois portes, et de panneaux de carrosserie latéraux galvanisés donnant droit à une garantie de douze ans contre la perforation par la rouille.

La face avant est réussie, avec du caractère et de l'originalité grâce à l'intégration de la calandre et d'un capot fortement nervuré en V. L'arrière, un peu massif, est sauvé par la transparence des feux qui apporte un aspect dynamique inespéré. Outre la surface vitrée limitée, on peut également fustiger la taille exagérée des logos, celui du hayon servant de palette d'ouverture. L'accès aux places arrière est facilité par des sièges avant coulissants pourvus de mémoire  - DRMais Seat est loin d'être la seule marque dans ce cas. Au rayon des bonnes choses, on note la minceur des montants, ceux du pare-brise en particulier, et des caractéristiques aérodynamiques de pointe, avec un Cx de 0,31.

A ce niveau de gamme, la motorisation reste la motivation essentielle d'achat. Le fait que, pour l'instant, une version diesel soit la plus performante du lot reste cohérent. En effet, avec 130 ch, un couple de 310 Nm et une boîte de vitesses à six rapports, la Seat Ibiza TDI 130 fait des étincelles. Elle affiche une vitesse de pointe de 207 km/h, le kilomètre départ arrêté effectué en un peu plus de trente secondes et un passage de 0 à 100 km/h en moins de dix secondes, avec une consommation moyenne remarquable de 5 litres aux 100 km. En attendant une version à essence de forte puissance, la gamme s'articule autour de trois motorisations à essence, et de trois motorisations Diesel d'où, hormis la version de 130 ch, émergent le Diesel 1.9 TDi 100 ch et le moteur à essence 1.4 de 100 ch. Ce denier présente, lui aussi, des prétentions sportives.

Peu lourdes, les Ibiza sont bien chaussées. Elles offrent des pneumatiques de 185/60 R 14, dès le bas de gamme, des 195/50 R 15 avec des jantes en alliage ou en opLa nouvelle planche de bord s'inspire une fois de plus du modèle Audi  - DRtion et même des 205/45 R 16 que l'importateur français envisage de monter en série sur la TDi 130.

Plus longue de 7 cm, plus large de 5,8 cm que l'actuelle Ibiza, la nouvelle version se montre plus habitable. D'autre part, elle présente un coffre de 267 litres, soit un gain, bienvenu, de 17 litres. En carrosserie à trois portes, l'accès aux places arrière est facilité par un siège coulissant à mémoire. Une fois installé, on dispose d'un espace suffisant aussi bien en hauteur que pour les genoux, et pour les pieds qui peuvent, disposition trop rare, se glisser sous les sièges avant. La planche de bord est également nouvelle et en progrès, mais nous en reparlerons lorsque nous aurons vu la voiture en plein jour. Notons toutefois le réglage du volant en profondeur comme en hauteur. Nous découvrirons également le châssis dans la seconde quinzaine de décembre. Il s'agit d'éléments très largement inspirés par le développement des dernières versions Cupra. On ne devrait donc pas avoir trop de surprises de ce côté-là.

Sur une plate-forme partagée avec la Skoda Fabia et la Volkswagen Polo, la nouvelle Seat Ibiza se démarque par son style offensif, par l'offre d'une carrosserie à trois portes à côté de l'indispensable version à cinq portes, et par une palette de motorisations de bonne puissance rapportée aux cylindrées. Pneumatiques, suspensions, étagement des rapports de boîte et présentation semblent s'harmoniser de manière très cohérente dans le registre sportif. C'est ce que l'essai des voitures devrait confirmer à la fin de décembre.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours