Sécurité routière : les 26 mesures phares dont certaines choquent
habillage
banniere_haut

Sécurité routière : les 26 mesures phares dont certaines choquent

Annoncé lundi 26 janvier 2015, le train de 26 mesures, destinées à renforcer la sécurité routière, est la réponse gouvernementale à la hausse du nombre de morts sur les routes. Baisse du taux d'alcoolémie, interdiction des kits mains libres sont les mesures chocs , mais 24 autres suivent. Détails.

Par Didier Ghacham
Publié le Mis à jour le

Le ministre de de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, vient d' annoncer 26 mesures phares pour renforcer la sécurité routière. Alcool, drogue, téléphone, boite noire, radars... les poncifs y côtoient certaines bonnes idées (sécuriser les passages piétons, stationnement dangereux mieux sanctionnés,...).

Le 26 janvier 2015, le ministre de de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé l'augmentation de 3,7% du nombre de tués sur les routes en 2014. Un chiffre certes important, mais qui est en hausse pour la première fois depuis 12 ans.

Afin de ne pas être taxé de relâchement en matière de sécurité routière, le gouvernement propose 26 mesures phares.

Cinq mesures majeures

La première vise à réduire les risques liés à la prise d'alcool avant de conduire. Le taux légal d'alcoolémie est donc ramené de 0,5 à 0,2 g/l.

Une gageure, car seul un taux de 0g/l reste la solution en la matière. En outre cette mesure ne vise que les conducteurs novices *.

* 3 ans après le permis, ramenés à 2 ans après le permis s’il a été précédé d’un apprentissage par conduite accompagnée.

> Alcool au volant : la France médiocre


La seconde découle d’un constat simple : téléphoner au volant abaisse l’attention du conducteur. De fait, les kits mains libres avec oreillettes, casques ou écouteurs vont être prohibés au volant.

L’usage de dispositif à  haut-parleur ou utilisant le système audio du véhicule restera possible. Aujourd'hui force est de constater que les contrevenants restent nombreux et qu'ils sont peu sanctionnés. Qu'en sera-t-il demain ?

> Les incohérences de la Sécurité routière


La troisième mesure porte sur la baisse de la vitesse maximale sur les routes à double sens sans séparation. Le gouvernement propose, à titre expérimental, d’abaisser la vitesse de 90 à 80 km/h sur certaines portions de routes accidentogènes.

Il reste à  voir si ces axes, qui sont fréquemment utilisés par les camions afin d'éviter les surcoûts autoroutiers, ne deviendront plus accidentogènes (distance de sécurité, manque de visibilité, croisement moins protégés,...) 
 

La quatrième vise à réduire les accidents de piétons, parmi les plus mortels en ville, le plan ministériel prévoit d’instaurer des zones d’interdiction de cinq mètres avant et après chaque passage piéton (à l’'exception des deux-roues).

Le but est d’améliorer la visibilité autour de ces points à  risque, mais cela obligera nombre de communes à revoir à la baisse le nombre de places de stationnement disponibles sur leur territoire.
 

La cinquième va permettre au gouvernement de soutenir les démarches européennes sur l’installation d’enregistreurs de données de la route dans les véhicules pour mieux connaître les mécanismes d’accident.

En clair, la mise en place de « boîte noire » va peut-être se systématiser. Outre le risque d’un détournement des données recueillies, voire leur exploitation commerciale, le pistage des citoyens sera à coup sûr assuré !

> Et si la voiture connectée devenait Big Brother ?


Réduire les accidents du quotidien

  • Les maires auront la possibilité d’abaisser la vitesse maximale sur tout ou partie de leurs agglomérations, pour réduire le nombre et la gravité des collisions.

  • Les conducteurs qui stationnent sur les passages piétons, trottoirs ou pistes cyclables pourront être sanctionnés plus durement.


  • Afin de réduire les risques de circulation en contresens sur les autoroutes, l'installation de panneaux "sens interdit" sur fond rétroréfléchissant va être généralisée sur les bretelles de sortie.


Optimiser les contrôles

  • Le déploiement des radars feux rouges va être relancé notamment en agglomération. Ces dispositifs seront systématiquement doublés d’un module permettant contrôle de la vitesse.

> PV, amendes : comment les contester ?


  • La modernisation des 4 200 radars est pérennisée, notamment les radars « chantiers » et les radars mobile de dernière génération.


  • Afin de mieux identifier les auteurs d’excès de vitesse, des radars double-face vont être déployés.

> Bientôt des radars double effet

  • Las des nombreuses requêtes en exonération de perte de points, les pouvoirs publics demandent que soit exigé, lors de la demande de certification d'immatriculation d’un véhicule, l’identité d’une personne titulaire du permis , qui sera responsable en cas d'infraction si le conducteur n'a pas pu être identifié.

  • La réglementation du surteintage des vitres à l’avant des véhicules va être modifier. Le but est de faciliter le contrôle de certains comportements dangereux (utilisation du téléphone au volant, non port de la ceinture de sécurité ...).

> Les professionnels du vitrage enthousiastes

  • Agir contre le défaut d’assurance en se donnant les moyens techniques de vérifier l’adéquation entre les véhicules assurés et les véhicules immatriculés.



Plaque et gilet jaune pour les deux roues

  • Pour faciliter les contrôles et les relevés d’infraction, la taille et le format des plaques d'immatriculation des deux-roues motorisés vont être uniformisés aux dimensions recommandées par le CNSR du 21 juin 2013 (210x130 mm).


  • Rendre obligatoire pour les usagers de deux-roues motorisés le port du gilet de sécurité en cas d'arrêt d'urgence. Une mesure qui aurait dû être mise en œuvre, en même temps que l’obligation faite aux automobilistes.

  • Généraliser à terme les supports de panneaux de signalisation "fusibles", qui ne nécessitent pas de glissière de sécurité, et diminuent les risques pour les deux-roues motorisés".


Formation et sensibilisation des jeunes

  • Afin  de coller à  la réalité du trafic et afin de réduire l’accidentalité, le ministère lance un chantier de modernisation de l'enseignement de la conduite. La réforme du permis de conduire ouvre la conduite accompagnée dès 15 ans avec possibilité de passer l’examen de conduite à 17 ans et demi.

> Permis de conduire, tous les indicateurs à la baisse


  • Afin de sensibiliser les adolescents à la sécurité routière, il sera instauré un module de sensibilisation en classe de seconde dès la rentrée 2015. Une mesure qui sera doublée lors des journées de défense et de citoyenneté.

  • Développer des opérations de sensibilisation aux risques liés aux pratiques addictives et à l'utilisation du téléphone portable au volant.

  • Afin de lutter contre l’usage de stupéfiants au volant, le gouvernement va expérimenter dans onze départements, le dépistage par le double prélèvement salivaire.


> Conduite sous stupéfiants : une expérience dans 10 départements


Alcool: entre prévention et répression

  • Tous les médecins agréés pour l’évaluation de l’aptitude médicale à la conduite, devront être formés au dépistage précoce des problèmes d'alcool et de stupéfiants.


  • Un renforcement des contrôles des exploitants de débits de boissons autorisés qui ont obligation de mise à disposition de dispositifs d’autocontrôle  (ceux qui ferment entre 2h00 et 7h00) et le durcissement des sanctions administratives à l’égard des contrevenants.


Améliorer l'information

  • Création d’un site internet du Conseil national de la sécurité routière (CNSR). Il permettra de mieux sensibiliser le public aux enjeux de la sécurité routière.


  • Mise en place sur le site de la Sécurité routière d’une rubrique « A l’épreuve des faits », délivrant  une information réactive face aux idées reçues et fausses affirmations sur la sécurité routière.

  • Fournir aux collectivités locales des outils pour les soutenir dans leurs démarches d’amélioration de la sécurité routière.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
chatelain.p22896 Le 20/04/2015 - 08:01
Au lieu de vouloir à tout pris réduire le nombre d'accident, qui je pense ne baissera pas beaucoup plus du moins pas en instaurant cette politique, peut-être en faisant de la prévention dès le plus jeune age. Pourquoi ne pas améliorer les dispositifs de sécurité dans les voitures et moto directement. Combien de moto sont tombé en glissant, combien d'accident à cause des angles morts... Tout ces problèmes pourrait être réglé. Et je ne parle pas des autres dispositif ne permettant peut-être pas d’éviter l'accident mais au moins de le limité dans ses dégâts. Pourquoi ne pas investir de l'argent le dedans plutôt que dans des radars. Qui d'ailleurs sont source de danger, à cause de ceux qui freine brutalement.
xocolida842 Le 07/04/2015 - 23:02
Il faut juste respecter le code de la route.. Puis tout ira bien, pas besoin de s ennerver ça ne sert à rien.
xocolida842 Le 07/04/2015 - 23:00
l état du reseau routier ne changera rien au fait qu il faut respecter le code de la route.
Voir tous les commentaires (11)