Vous êtes ici :

Stationnement : les véhicules de fourrière sont-ils illégaux ?

A Paris comme dans de nombreuses villes, la plupart des sociétés de fourrière sont autant hors-la-loi que les automobilistes mal stationnés...
A Paris comme dans de nombreuses villes, la plupart des sociétés de fourrière sont autant hors-la-loi que les automobilistes mal stationnés...

Un avocat dénonce qu'une majorité des véhicules utilisés par les fourrières le sont en toute illégalité. Dans de nombreuses villes comme Paris, ces camions seraient donc autant hors-la-loi que les propriétaires des véhicules qu'ils enlèvent.

A Paris, comme dans la majorité des villes de France, le service de mise en fourrière est assuré par des sociétés privées. Bien souvent, celles-ci cherchent à rentabiliser au maximum cette activité, quitte à employer des méthodes pas forcément très légales et ainsi devenir hors-la -loi.

L'avocat spécialiste du droit routier Sébastien Dufour s'est ainsi intéressé à ces sociétés privées, et notamment aux véhicules qu'elles utilisent pour emmener les véhicules gênants en fourrière. Alors qu'il faudrait légalement utiliser des poids lourds pour réaliser ces opérations, la grande majorité des véhicules employés sont des 4x4 ou pick-up modifiés.

 

Des véhicules bien trop légers pour la fourrière

Le problème est que, malgré les transformations qu'ils ont reçu, ces véhicules demeurent trop légers pour cette activité. Leur poids total roulant autorisé (PTRA) ne devrait théoriquement pas excéder
3 000 kg
, ce qui revient à dire qu'ils ne pourraient légalement pas tracter de voitures plus lourdes que des Smart Fortwo, et encore...

Une fois chargés, ces véhicules ont tendance à se soulever de l'avant et du coup, à perdre nettement en adhérence et en capacités de freinage

Bien entendu, la plupart des sociétés de mise en fourrière ne se soucient pas de ces problématiques et remorquent des voitures de toutes tailles, voire des utilitaires. Mais au-delà de la loi, le principal problème relève de la sécurité. En effet, une fois chargés, ces véhicules ont tendance à se soulever de l'avant et du coup, à perdre nettement en adhérence et en capacités de freinage.

 

Objectif rentabilité pour les sociétés privées

stationnement fourrière

Malgré cet important problème de sécurité, ces véhicules gardent un gros avantage pour les sociétés privées qui les utilisent : ils représentent un investissement moindre que des camions réellement adaptés et surtout leur évitent d'avoir à embaucher du personnel qualifié, titulaire du permis poids lourd. Une façon pour ces entreprises de rentabiliser au mieux leur affaire.

Si la mairie de Paris se penche sur ce sujet depuis quelques mois, il ne semble pas certain qu'elle puisse réellement agir pour changer les choses, avant la fin des contrats signés entre la préfecture de police et les entreprises de fourrière, soit 2020.

De son côté, Sébastien Dufour relève depuis cette semaine ces infractions dans la capitale, avec l'appui de constats d'huissiers, avant d'attaquer en justice la municipalité si rien ne change.

Source : Le Parisien

 

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
KHT30

Problème déjà très ancien. Les dépanneurs ont été obligé de s'équiper de PL pour intervenir sur les autoroutes, mais pas les fourrières. La loi du plus fort est toujours la meilleure et ce puis bien avant La Fontaine ...

Coyote911

Encore une belle démonstration, déjà sortie il y a 2 ans, que personne ne peut rien contre le pouvoir en place lorsqu'il s'agit de faire de l'argent. La loi ne concerne que les payeurs, pas les gens chargés de la faire respecter.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
151 280 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !