SUV compacts diesel. Les modèles qui décotent le moins... et le plus

voir les photos
suv compacts diesel qui décotent le plus et le moins
Grâce aux données des experts valorisation de L'argus, découvrez les SUV compacts diesel qui conserveront le mieux leur valeur et ceux qui décoteront le plus. La perte est calculée à 3 ans/75 000 km en pourcentage du prix du neuf, et les moteurs se situent dans la tranche 120-150 ch.

Taillés pour effectuer de longs trajets, les SUV compacts restent souvent disponibles en diesel. Mais sera-t-il possible de les revendre à l'avenir sans y laisser trop de plumes ? Les experts de L'argus vous révèlent quels modèles devraient le mieux garder leur valeur.

Nissan Qashqai, Volvo XC40, Mazda CX-30… pour tous ces modèles, le diesel se conjugue désormais au passé. Le récent Renaut Arkana, fabriqué en Corée-du-Sud, ne verra pour sa part jamais passer la moindre goutte de gazole dans son réservoir en Europe. Quant au Kadjar, même s’il doit bientôt retrouver un Blue dCi après quelques mois à s’en dispenser, ce retour ne sera qu’éphémère. Sa prochaine génération, qui sera commercialisée en 2022, ne sera plus disponible qu’en essence et en hybride. Les SUV compacts n’échappent donc pas à la tendance actuelle, qui consiste à délaisser peu à peu le mazout. Mais le phénomène apparaît tout de même moins marqué que dans le segment inférieur, et la majorité des best-sellers propose encore au moins un moteur alimenté au carburant lourd. D’autant que ces véhicules demeurent assez prisés des entreprises, toujours friandes de gazole.

<<< Décote des SUV compacts diesel : le palmarès en images >>>
 

Décote désormais supérieure à l'essence

nissan qashqai nouveau ancien
Contrairement à son prédécesseur, le nouveau Nissan Qashqai ne sera jamais proposé en diesel.

En occasion, la demande existe aussi. Sur le marché de la seconde main, le diesel représentait d’ailleurs encore 57,5 % des transactions en 2020, toutes catégories confondues. Mais il n’empêche : la revente s’annonce de plus en plus compliquée dans les années à venir, du fait notamment des interdictions prévues dans certaines agglomérations. Les experts valorisation de L’argus, qui aident de grands constructeurs et loueurs à fixer le montant de leurs loyers de LOA/LLD, n’ignorent pas ce contexte. Pour eux, en trois ans, l’Audi Q3 Sportback TFSI 150 essence perdra « seulement » 36 à 40 % de sa valeur, alors que la version TDI 150 subira une décote comprise entre 42 et 46 %. Une différence importante, même s’il faut savoir qu’ils tablent aussi sur un kilométrage bien supérieur pour le diesel : 75 000 km au lieu de 45 000 km.

À LIRE. Achat SUV urbains : essence ou diesel, qui décote le plus ?

Des écarts pas toujours aussi importants

décote BMW X1 diesel
6. BMW X1 18d 150 ch
Perte à 3 ans - 75 000 km en % du prix neuf : 46 à 48 % en xDrive BVA, 47 à 49 % en xDrive BVM et en sDrive BVA, 48 à 50 % en sDrive BVM
décote peugeot 3008 diesel
13. Peugeot 3008 1.5 BlueHDi 130 Perte à 3 ans - 75 000 km en % du prix neuf : 52,5 à 54,4 % en BVA et en BVM

Mais, d’un modèle à l’autre, l’écart n’est pas toujours aussi spectaculaire. Sur le BMW X1, la décote a ainsi été chiffrée entre 46 et 49 % pour les versions 18d de 150 ch à deux ou quatre roues motrices, contre 44 à 46 % pour la variante sDrive18i de 136 ch. Pour un Peugeot 3008, comptez 52,5 à 54,4 % pour le BlueHDi 130 au lieu de 50,6 à 51,6 % pour le PureTech de même puissance. Mais il faut aussi s’attendre à une revente en occasion plus compliquée en région parisienne que dans des zones davantage rurales, où le concept de zones à faibles émissions peut encore sembler assez lointain.

A LIRE. Achat SUV compact essence : les modèles qui décotent le moins

Les critères qui jouent sur la cote

boite automatique décote
De plus en plus recherchées, les boîtes automatiques permettent le plus souvent de limiter la décote.
range rover evoque décote 4x4
Plus encore que ses rivaux, l'Evoque garde mieux sa valeur s'il dispose de quatre roues motrices.

D’autres critères influent aussi sur la manière dont le véhicule va conserver sa valeur. Ils sont le plus souvent communs avec les modèles à essence :

  • La transmission : dans le segment, les boîtes automatiques sont de plus en plus demandées. Elles profiteront donc d’une surcote en occasion…qui ne suffira cependant pas toujours à compenser le surcoût exigé en neuf. En revanche, la raréfaction des modèles proposant quatre roues motrices est à l’avantage de ceux qui résistent. Les clients de seconde main qui veulent absolument une transmission intégrale, notamment dans les départements montagneux, n’auront en effet pas d’autre choix que d’y mettre le prix.
     
  • Le niveau d’équipement : jugées trop dépouillées, les finitions de base sont en général plus compliquées à écouler. Mais le mieux est parfois l’ennemi du bien. Ainsi, sur un Kuga, c’est la luxueuse version Vignale qui perdra le plus de sa valeur selon nos experts. La faute, notamment, à l’absence d’image haut de gamme de Ford.
     
  • Le niveau de puissance : un moteur jugé trop juste pour partir en vacances en famille pourra être un handicap… tout comme une mécanique trop musclée, jugée dispendieuse et inutile par certains acheteurs. Notre classement se limite donc aux seules déclinaisons « cœur de gamme », ici comprises entre 120 et 150 ch.
     
  • La carrosserie : la folie des « SUV-coupés » commence à toucher les modèles compacts. Mais les exemples sont encore rares, d’autant que le Renault Arkana se passe de Blue dCi. En diesel, seuls les BMW X1 et Audi Q3 Sportback représentent donc réellement le genre. Bien plus chers en neuf que le X1 et le Q3 classique, ils compensent en partie en se revendant ensuite à un niveau plus élevé.
     
  • Les conditions commerciales : accorder des remises généreuses, cela fait évidemment toujours plaisir au client. Mais cette pratique tend aussi à nuire à la valeur résiduelle. De plus en plus de constructeurs tentent donc de la réduire, à l’image de Renault sous l’égide de son nouveau patron, Luca de Meo.
     
  • L’âge du véhicule : un véhicule sera bientôt renouvelé ? Même en occasion, il devra très vite affronter la concurrence de son remplaçant. Il risque donc de subir une décote accélérée par rapport à une nouveauté, un des nombreux points dont nos experts tiennent compte dans leurs calculs.

D’autres critères plus subjectifs ne sont en revanche pas considérés. C'est le cas notamment de la couleur de la carrosserie, qui peut pourtant bien avoir une influence.


L’Audi Q3 double la mise

décote audi q3 tdi
1. Audi Q3 35 TDI 150

Perte à 3 ans - 75 000 km en % du prix neuf : 42 à 44 % en Quattro s tronic, 43 à 46 % en s tronic 2RM, 44 à 47 % en BVM
décote audi q3 sportback tdi 150
2. Audi Q3 Sportback 35 TDI 150

Perte à 3 ans - 75 000 km en % du prix neuf : 42 à 46 % en Quattro, 43 à 46 % en s tronic 2RM, 44 à 47 % en BVM

Le classement ainsi obtenu reste assez proche de celui des modèles essence. C’est de nouveau le récent Audi Q3 qui l’emporte. Seule différence,  sa version classique prend ici légèrement l’ascendant sur le coupé Sportback. L’écart demeure toutefois ténu entre les deux carrosseries et varie en fonction du choix de transmission. On retrouve ensuite le Mercedes GLA, dernier-né chez les SUV compacts premium, alors que l’Evoque de Range Rover parvient à damer le pion au duo BMW X1-X2… à condition de le choisir avec quatre roues motrices et une boîte automatique. Quant aux constructeurs généralistes, ils sont ici emmenés par le Volkswagen Tiguan, restylé l’an dernier. Il devance un Hyundai Tucson qui démarre sa carrière en fanfare et le surprenant SsangYong Korando. Si ce coréen méconnu n’est sans doute pas le plus facile à revendre vite, il peut néanmoins compter sur ses tarifs serrés pour adoucir la décote.

Partager cet article
Commentaires
houznic

Après avoir eu un véhicule GPL, je peux dire que çà n'est pas la meilleure solution pour remplacer un diesel. C'est UNE solution parmis d'autre. De mon point de vue, la meilleure solution (coût kilométrique), ce sont les véhicules flexfuel d'origine, pouvant rouler à l'E85 (éthanol). ces véhicules ont moins des contraintes à l'usage que le GPL.

pemmore

Pas bien passionnant d'acheter un suv qui n'est pas en 4x4, donc les gens n'hésiteront pas, mais s'ils en trouvent un, mettre plus cher, et la suite de décote 3 ème, 4 ème acheteur sera la même chose. Par contre rares sont ceux qui fabriquent des gpl de série qui pourtant est la meilleure solution pour sortir du diésel.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
401 797 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !