Toyota bZ4X (2022). Infos et photos du SUV 100 % électrique de série

voir les photos
Toyota bZ4X dynamique
Voici le Toyota bZ4X dans sa version définitive.

Toyota présente le bZ4X de série. Ce SUV électrique cousin du RAV4, qui repose sur une nouvelle architecture modulaire, possède 2 ou 4 roues motrices et offre jusqu'à 450 km d'autonomie. Il se distingue notamment par un style futuriste, y compris à l'intérieur. Il arrivera en France en juin 2022.

[Mis à jour le 15/12/2021] En attendant les essais, L'argus a déjà pu prendre place à bord du bZ4X en statique. Ce SUV électrique est-il habitable aux places arrière ? Son coffre s'annonce t-il spacieux ? Sa planche de bord propose t-elle suffisamment de rangement et une ergonomie intuitive ? Vous le saurez en lisant notre article

***

Après un concept-car proche de la série en avril dernier, Toyota présente le bZ4X dans sa version définitive. Ce SUV est le premier modèle de la marque exclusivement proposé avec une motorisation 100 % électrique. Il inaugure une plate-forme modulaire pour véhicules « zéro émission » baptisée e-TNGA et développée avec Subaru, qui proposera un « jumeau » du bZ4X nommé Solterra. Le bZ4X affiche un gabarit proche de celui d’un RAV4. Ses dimensions exactes restent à connaître. Son design reprend presque à l’identique celui du concept, et certaines des fonctionnalités les plus novatrices de ce dernier se retrouvent sur la voiture de série.

À LIRE. Subaru Solterra (2022). Le SUV électrique jumeau du Toyota BZ4X

Toyota bZ4X aérodynamique
La partie arrière du SUV électrique est très fuyante.


Une identité visuelle propre pour les Toyota bZ

Le Toyota bZ4X affiche un style tranchant encore plus prononcé que celui du RAV4 avec notamment une proue étirée vers l’avant. Son horizontalité est accentuée par les fins blocs optiques liés par un jonc métallique et remontant vers l’extérieur. Pour la concevoir, le constructeur indique s'être inspiré du requin marteau ; une spécificité qui sera propre aux modèles de la gamme électrique bZ. Point de calandre en dessous mais un bouclier presque plein, à l’exception d’une prise d’air inférieure abritant un volet mobile et des guides juste devant les roues. Les flancs creusés semblent taillés à la serpe quand la poupe combine des montants très inclinés, un becquet de toit et un spoiler au bas de la lunette. Cet arrière fuyant est optimisé pour réduire la traînée aérodynamique, donc la consommation, et ainsi tirer le maximum d’autonomie de la batterie. Les feux arrière sont liés par un bandeau lumineux.

Les protections de bas de caisse et les jantes de généreux diamètre (jusqu’à 20 pouces) renforcent la robustesse de l’ensemble. Comme la plupart des plates-formes actuelles, l’architecture e-TNGA reçoit la batterie en son centre sous le plancher et ses moteurs sur ses essieux. Cela permet au bZ4X d’afficher des porte-à-faux plus courts que le RAV4 tout en bénéficiant d’un empattement plus long de 16 cm au profit de l’espace intérieur. Le capot avant pointe 5 cm plus bas que celui du RAV4. Le bZ4X mesure 4,69 m de long pour 1,86 m de large et 1,65 m de haut.

Des poignées en guise de volant

Toyota bZ4X volant cockpit
Le bZ4X sera proposé avec ce volant digne d'un avion.

La position basse du capot avant améliore la visibilité pour le conducteur. Le poste de conduite avant-gardiste évoque celui d’un avion. Le bZ4X est en effet présenté avec un volant dont la jante est comme coupée à mi-hauteur. Une double poignée qui n'est pas sans rappeler le volant Yoke de Tesla. Ce dispositif, nommé One Motion Grip, est relié à une direction entièrement électrique. L’absence de connexion mécanique entre le volant et les roues a permis aux ingénieurs de calibrer la démultiplication pour qu’une rotation de 150° du volant permette un braquage complet des roues. Ainsi, il n’est pas nécessaire de déplacer ses mains pour faire plusieurs tours. Quid du ressenti à la conduite ? « Le conducteur reçoit toujours un retour précieux de la surface de la route », promet Toyota. Dont acte. En outre, ce système permet de dégager un espace aux jambes plus généreux qu’avec un mécanisme traditionnel, facilitant ainsi l’accès et la descente pour le conducteur. Le volant One Motion Grip sera d’abord proposé en Chine. Son arrivée au catalogue européen du bZ4X est prévue pour plus tard. En attendant, le SUV sera doté chez nous d’un modèle plus classique.

Toyota bZ4X volant écran
Dans un premier temps, un volant classique sera proposé en Europe.


Ambiance futuriste et spacieuse à bord du bZ4X

L’ambiance « aviation » est de mise quel que soit le volant grâce au tableau de bord numérique de 7 pouces à regarder par-dessus, façon Peugeot i-Cockpit. À sa droite se trouve un grand écran tactile dont la diagonale reste à connaître. Les boutons sont très peu nombreux, mais on remarque que la climatisation et le volume audio ont droit à des commandes physiques.

Toyota bZ4X coffre
Toyota annonce un coffre de 452 l pour le bZ4X.

Grâce au généreux empattement (2,85 m), les assises avant et arrière sont espacées d’un mètre selon Toyota. L’auto peut embarquer cinq personnes, et son coffre à plancher réglable affiche un volume de 452 l banquette en place, soit tout de même 118 l de moins qu’un RAV4 traction.

Le détail des équipements du bZ4X n’a pas encore été communiqué, mais Toyota annonce déjà des aides à la conduite améliorées et des mises à jour logicielles à distance.

Toyota bZ4X intérieur avant
Le capot bas (– 5 cm comparé au RAV4) optimise la visibilité et la sensation d'espace à bord.
Toyota bZ4X sièges arrière
L'espace est aussi de mise à l'arrière grâce à l'empattement de 2,85 m (+ 16 cm comparé au RAV4).


Deux motorisations au lancement du bZ4X

Si les modèles ID. du rival Volkswagen reposent sur la plate-forme MEB et ont un électromoteur principal placé à l’arrière, le Toyota bZ4X accueille, lui, son moteur de base à l’avant. Il s’agit donc d’une traction en entrée de gamme. Dans cette configuration, l’auto offre une puissance de 204 ch et un couple de 265 Nm, de quoi passer de 0 à 100 km/h en 8,4 s selon ses concepteurs. Le bZ4X à transmission intégrale, qui coiffera la gamme au lancement, dispose d’un moteur de 109 ch par essieu pour une puissance combinée de 217 ch et un couple de 336 Nm lui permettant d’atteindre les 100 km/h en 7,7 s d’après les projections de Toyota. Il a également droit à des modes de conduite dédiés aux terrains difficiles. Mais, avec deux ou quatre roues motrices, la vitesse de pointe est limitée à 160 km/h.

Toyota bZ4X route
Le bZ4X sera proposé avec deux ou quatre roues motrices.

 

Une batterie dernier cri pour le bZ4X

Toyota bZ4X plateforme e-TNGA
L'architecture e-TNGA en configuration bimoteur

La batterie lithium-ion du bZ4X est à refroidissement liquide. Le constructeur annonce une capacité de 71,4 kWh et prévoit une autonomie WLTP de plus de 450 km, à confirmer lors de l'homologation. Toyota a récemment indiqué que la batterie du bZ4X jouissait d’une efficacité énergétique supérieure de 30 % à celle d’un C-HR électrique.

L’accumulateur peut encaisser une puissance de charge de 150 kW et, sur une borne suffisamment performante, être rechargé à 80 % en 30 minutes d’après la firme japonaise. En option, le toit du bZ4X peut être équipé de panneaux solaires qui alimentent la batterie. Ceux-ci permettent théoriquement de gagner 1 800 km d’autonomie sur une année. Par ailleurs, selon Toyota, après 10 ans ou 240 000 km, la batterie conserve 90 % de ses performances. Du côté de la concurrence, on garantit plutôt 70 % après 8 ans ou 160 000 km.

Le Toyota bZ4X sera commercialisé en France en juin 2022 à des tarifs encore inconnus. Une campagne de pré-réservation sera lancée avant la fin de cette année.

Toyota bZ4X borne
La batterie à refroidissement liquide doit offrir 450 km d'autonomie.


Fiche technique bZ4X 

  bZ4X
(2 roues motrices)
bZ4X
(4 roues motrices)
Dimensions
Longueur x largeur x hauteur (m) 4,69 x 1,86 x 1,65
Empattement (m) 2,85
Coffre (L) 452 NC
Moteur
Puissance max. moteur avant (kW) 150 80
Puissance max. moteur arrière (kW) - 80
Puissance max. combinée (kW) 150 160
Batterie
Type Lithium-ion
Capacité totale (kWh) 71,4
Tension totale (V) 355
Autonomie env. 500 km env. 460 km
Performances
0-100 km/h (s) 8,4 7,7
Poids
Poids (kg) 1920 2005

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Salies31

Que les lobbyistes en accord avec les politiques nous fassent de la pub pour les voitures électriques qui contribuent à développer notre économie, je veux bien. Mais que nous en tant que citoyens responsables, nous marchons avec eux, c'est incompréhensible. C'est comme si nous faisions notre ménage, en rejetant tous nos détritus chez les voisins. Sauf que dans l'électrique, nos voisins qui doivent subir nos déchets et chez qui nous rejetons notre pollution, se trouve toujours dans les pays pauvres, là où il n'y a pas de règles sur le travail, la sécurité, et la désertifications des sols pollués à jamais. Là où les personnes ne peuvent manifester leur colère. En bout de compte, on protège bien nos grandes villes contre la pollution, mais nous continuons à polluer autant sinon plus notre planète, mais là où on veut pas la voir.

Dunaze

Décevant que Toyota ne fasse pas mieux que Kia avec le e-Niro trois ans plus tard ! Même puissance mais couple de 265 Nm au lieu de 395, 0/100 en 8,4 sec au lieu de 7,8, même autonomie avec une batterie plus puissance. Reste une esthétique plus originale que le Kia et un meilleur temps de chargement, attendons de voir le tarif....

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Toyota