Vous êtes ici :

Toyota RAV4 150 D-4D : Pour l'évasion... fiscale

voir les photos
Toyota RAV4 150 D-4D : Pour l'évasion... fiscale

Afin d'échapper au malus écologique, la plupart des tout-terrain de loisirs renoncent à leur transmission intégrale. Pas le RAV4 restylé, qui allie sobriété et possibilité d'escapade.

  • Diesel
  • 150 ch
  • Ni bonus ni malus
  • Disponible
  • A partir de 27 000 €


Y.P.L'histoire se répète souvent : une star au sommet de sa gloire manque de clairvoyance pour se remettre en question et finit par dégringoler de son piédestal. Le RAV4, initiateur et longtemps leader de la catégorie des SUV de loisirs, débutait pareille descente aux enfers. Pour l'aider dans sa réhabilitation, le cons tructeur lui offre un restylage et un nouveau moteur.


Évolution cachée

Il faut l'oeil d'un inconditionnel pour remarquer les phares légèrement plus biseautés, le bouclier « rafraîchi » ou les feux arrière à diodes. Car le principal ne se voit pas : le D-4D, plus puissant de 14 ch, consomme aussi 0,8 l aux 100 km de moins en moyenne. A l'usage, l'économie n'est pas énorme. A l'achat, elle l'est bien plus : en diminuant ses émissions de CO2, le japonais perd sa taxe de 750 €, et devient ainsi le seul 4 x 4 de sa catégorie à échapper au malus écologique.

Puisqu'il n'a pas cédé à la mode du 4 x 2, le RAV4 demeure à l'aise dans la boue ou dans la neige avec ses pneus mixtes, sa bonne garde au sol, et la possibilité de bloquer le différentiel central jusqu'à 40 km/h. Le nouveau diesel, un poil creux en dessous de 2 000 tr/min, lui est bien utile dans ces situations, et assure de meilleures reprises sur route tout en se montrant assez discret.


Voyage en famille

Mais l'agrément de conduite du RAV4 n'est pas pour autant au niveau de celui de ses concurrents : la suspension trépide toujours à basse vitesse, les pneus mixtes limitent l'adhérence en virages et les commandes déçoivent (direction légère, commande de boîte accocheuse).En revanche, on retrouve avec plaisir l'habitacle spacieux et bien pensé du Toyota. La banquette arrière coulisse sur 16 cm pour privilégier tantôt le volume de coffre, tantôt l'espace aux jambes. Des poignées situées dans la soute permettent de rabattre la banquette en un clin d'oeil. Et pour ne rien gâcher, des efforts ont été faits sur les prix (environ 1 800 € de moins par rapport à l'ancienne version). Dès lors, nous pouvons adresser à ses fans ce message rassurant : le RAV4 va beaucoup mieux.

Bilan. Le RAV4 n'a pas profité du restylage pour améliorer son confort, sa position de conduite ou sa finition. Mais, moins cher et demeurant le seul SUV de loisirs à quatre roues motrices exonéré de malus, il dispose de nouveaux arguments pour retrouver sa place de leader.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
julien.huysmans689

je viens de parcourir en 1 traite 1000 kms . Le lendemain de mon arrivée je souffre du bas du doc et je suis persuadé que cela proviens de l'assise Coté droit la surélévation du siège baquet appui très fortement sur le bassin . J'ai tenté divers règlages sans obtenir de réelles solutions. Que me conseillez vous ? Merci

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
142 875 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !