Toyota Yaris Cross (2021) vs Ford Puma. Opposition de styles
habillage
banniere_haut

Toyota Yaris Cross (2021) vs Ford Puma. Opposition de styles

L'un joue la carte du baroudeur assez cubique, l'autre se veut plutôt sportif et élancé. Au premier abord, tout semble donc opposer le nouveau Yaris Cross et le Puma. Mais les petits SUV Toyota et Ford sont bien plus comparables qu'il n'y paraît, comme le montre ce premier match statique.

Publié le Mis à jour le

Dans la jungle très peuplée des SUV urbains, le nouveau Toyota Yaris Cross va notamment devoir résister aux coups de griffe du récent Ford Puma.

Adrien Cortesi

La famille des petits SUV semble ne jamais vouloir cesser de grandir. En 2020, pour épauler le vieillissant Ecosport, Ford avait dégainé un deuxième modèle, le Puma. Avec un certain succès, puisqu’il est devenu directement la deuxième meilleure vente de la marque en France, tout près de la Fiesta. Aujourd’hui, après une interminable éclipse suite au flop de l’Urban Cruiser, c’est Toyota qui revient enfin dans le bal, grâce à son Yaris Cross fabriqué en France, près de Valenciennes. L'absence du géant japonais était d'autant plus surprenante que le premier RAV4 cinq portes faisait office de pionnier du genre, dans les années 1990, avec ses 4,16 m de long ! Voilà donc deux concurrents qui débarquent bien tardivement dans un segment très disputé, avec des arguments bien différents. L’argus a organisé cette première rencontre statique pour vérifier si la cuirasse du débutant japonais est assez épaisse pour résister aux coups de griffes du félin américain.


Style : Deux philosophies aux antipodes

toyota yaris cross style
Le lien extérieur le plus explicite avec la Yaris, c'est ce bandeau sombre qui relie les feux arrière, même s'il n'est pas traité de la même manière.

Avec un panel de modèles parmi les plus vastes du marché, la catégorie des SUV urbains accueille des personnalités très variées. Prenez le Puma, par exemple. Comme le petit coupé des années 1990-2000 dont il reprend le nom, il joue les sportifs, avec sa poupe fuyante surplombée par un becquet et ses surfaces vitrées affinées. Certains lui trouvent même de petits airs de Porsche Macan, du fait de ses phares haut perchés. Au premier abord, chez Toyota, on serait ainsi tenté de l’opposer au C-HR, qui emploie des ingrédients proches. Mais celui-ci est bien plus imposant et onéreux. Non, son vrai rival chez le numéro 1 japonais, ce sera bien le nouveau Yaris Cross, au style quasiment opposé.

ford puma 2 coupé
Pour se montrer digne de son prédécesseur, ce Puma 2 adopte un style résolument dynamique et sportif.

Cette fois, c’est en effet toute la panoplie du baroudeur de poche qui a été enfilée. Passages de roues carrés, hayon très vertical, calandre trapézoïdale, bas de caisse habillés de plastique noir… pas de doute, le grand frère RAV4 a servi ici de modèle. Même la forme des rétroviseurs et la livrée bicolore sont similaires ! Malgré son appellation, ce SUV se distingue ainsi tout autant de la Yaris berline que le Puma se démarque de la Fiesta. Ce qui ne l’empêche pas de cultiver un petit air de famille malgré tout, grâce au bandeau qui relie les feux arrière et à son regard assez jovial. Ceux qui déplorent depuis toujours que “toutes les voitures se ressemblent” seront en tout cas mal inspirés s’ils défendent leur thèse en s’appuyant sur nos deux protagonistes du jour.

Des dimensions assez semblables

toyota yaris cross ford puma dimensions
4,18 m pour le Yaris Cross contre 4,19 m pour le Puma : la longueur est très proche, mais l'empattement du Ford est plus étiré de 3 cm.

Côté mensurations, en revanche, ces deux-là sont bien plus difficiles à départager. En longueur, ils ne sont même séparés que par un petit centimètre, à l’avantage du Puma. Tous deux figurent ainsi dans la moyenne d’un segment qui fait le grand écart entre les 4,11 m d’un Volkswagen T-Cross et les 4,33 m du nouveau Honda HR-V. L’empattement de la Yaris Cross, commun avec la berline, demeure toutefois inférieur de 3 cm à celui de son rival, et le japonais est aussi moins large de 4 cm. Pas forcément de bon augure pour l’habitabilité, mais nous reviendrons plus tard sur cet aspect. Quant à la hauteur, même si les apparences peuvent faire penser le contraire, elle demeure assez proche. Le dernier-né de Toyota ne dépasse ici son concurrent que
de 2 cm.

Dimensions Toyota Yaris Cross Ford Puma
L/l/h (m) 4,18/1,77/1,56 4,19/1,81/1,54
Empattement (m) 2,56 2,59
Coffre 4x2/4x4 (l) 397/327 456/-


Des habitacles sans grande surprise

yaris cross planche de bord
Partagée avec la berline, à quelques détails près, la planche de bord paraît beaucoup moins dépaysante que l'extérieur.
ford puma 2 planche de bord
Comme dans le Yaris Cross, la planche de bord ne brille pas par sa fantaisie : elle est simplement reprise de la Fiesta.

Originaux à l’extérieur, chacun à leur manière, nos deux adversaires rentrent dans le rang à bord. N’escomptez pas l’effet “Waouh” procuré par un Peugeot 2008, ni l’excentricité un peu baroque d’un DS 3 Crossback. Dans les deux cas, l’ambiance est ici aussi sombre que sobre, avec des personnalisations limitées et des points communs évidents : gros levier de boîte automatique “à l’ancienne”, nombreux boutons sur le volant, persistance appréciable de molettes pour la climatisation et écran tactile perché au sommet de la console centrale. Cette dalle se limite toutefois à 8 pouces sur le Puma, alors que celle du Yaris Cross grimpe jusqu’à 9 pouces, avec une interface qui paraît aussi plus moderne et une réactivité supérieure. D’ordinaire à la traîne dans ce domaine, Toyota a ici fait des efforts. Le nippon est également le seul à proposer un affichage tête haute, rarissime dans la catégorie, ou un frein à main électrique, bien plus courant.

yaris cross instrumentation numérique
L'instrumentation numérique du Yaris Cross se limite à 7 pouces et reste encerclée par deux compteurs à aiguilles.
ford puma 2 instrumentation numérique
En option, l'instrumentation numérique du Puma peut s'étaler sur 12,3 pouces. Mais les possibilités d'affichage demeurent limitées.

En revanche, son instrumentation numérique reste cerclée par deux compteurs à aiguilles et se limite à 7 pouces, quand son rival étale la sienne, en option, sur 12,3 pouces. Dommage que Ford n’en ait pas profité pour offrir davantage de possibilités d’affichage : la carte du GPS ne pourra, par exemple, pas être projetée en face du conducteur. Le Puma est aussi le seul à recevoir un système de navigation intégré dans ce match. Chez Toyota, seule la réplication de celui de votre smartphone, via Apple Carplay ou Android Auto, était présente sur notre exemplaire. Avec, heureusement, deux rangements bien conçus pour accueillir deux téléphones grand format, dont un avec un chargeur à induction. Sur ce point, son concurrent est moins bien loti, la niche aménagée à cet effet derrière son levier de vitesse se révélant trop petite et inclinée pour être pratique à utiliser. La profondeur bien supérieure du logement dans l’accoudoir, qui intègre une prise USB-C, ne compense pas totalement cette lacune.

À LIRE. Toyota Yaris Cross : à bord du SUV urbain hybride et 4x4

Finition : avantage Ford à confirmer

Question qualité des matériaux, le match est un peu biaisé car “notre” Yaris Cross n’est qu’une pré-série. Quelques éléments sont donc amenés à évoluer d’ici la commercialisation. Mais le petit nouveau ne semble pas pouvoir rivaliser ici avec les meilleurs élèves du segment, bien au contraire. Seul le haut de la planche de bord profite en effet d’un revêtement (légèrement) moussé, et les zones de contact optent toutes pour des plastiques durs. L’aspect des contre-portes est également peu engageant : Toyota perd ici l’occasion de faire mieux que Volkswagen, qui a fait des économies bien visibles sur les T-Cross et T-Roc. Dans cette finition Titanium, le Puma fait meilleure impression, avec des matériaux plus doux au toucher, à l’image de ce simili-cuir abondamment présent. Même s’il garde des plastiques au grain trop rugueux pour être classé parmi les références, il prend donc ici l’ascendant. Reste à confirmer ou non ce verdict avec un Yaris Cross de production.

Habitabilité : chacun ses atouts

toyota yaris cross habitabilité arrière
Malgré le vélum du toit panoramique, le Yaris Cross propose une meilleure garde au toit que son rival. La largeur aux coudes est aussi à son avantage.

Comme on l’a vu plus haut, le Puma repose sur un empattement plus étiré. Il parvient à en tirer partie pour offrir 4 cm d’espace aux jambes en plus aux passagers arrière, malgré des assises de taille identique. En revanche, sa largeur supérieure ne se retrouve pas dans l’habitacle. Au contraire, les coudes seront bien plus à l’étroit que dans le Yaris Cross, aussi bien devant que derrière. Les grands gabarits auront aussi la tête plus près du ciel de toit, et devront davantage la baisser en prenant place à bord, la faute à la courbure du pavillon. L’accessibilité du japonais reste malgré tout perfectible, à cause de la faible ouverture dégagée par ses portes.

ford puma 2 habitabilité
Grâce à son empattement plus étiré, le Puma offre davantage d'espace aux jambes que son rival.

La place centrale est, elle, dans les deux cas assez étroite et inconfortable, mais le dossier se montre tout de même plus moelleux chez Ford. Celui du japonais a toutefois des excuses puisqu'il peut se transformer en accoudoir, avec deux porte-gobelets intégrés. Appréciable en cas de voyage à quatre. Notez enfin que nos deux adversaires avaient un toit vitré fixe à l’arrière, mais que seul celui du Puma peut s’ouvrir à l’avant. En contrepartie, celui du Yaris Cross s’affranchit de toute séparation centrale. A vous de voir, dès lors, si vous préférez un bain de lumière ou un grand bol d’air.

À LIRE. Match : le Toyota Yaris Cross face au Renault Captur

Nos mesures d'habitabilité Toyota Yaris Cross vs Ford Puma

Habitabilité Toyota Yaris Cross Ford Puma
Largeur aux coudes AV/AR (cm) 142/141 139/136
Garde au toit AV/AR (cm) 98/93 97/88
Espace entre les sièges AR (cm) 26 30
Longueur assises AR (cm) 45 45
Seuil de chargement (cm) 78 78


Coffre : le Puma joue les magiciens

ford puma megabox
La Megabox, c'est ce profond rangement de 80 l aménagé sous le plancher du coffre. Il dispose même d'une bonde pour évacuer l'eau.

En ouvrant le hayon, qui peut être motorisé dans les deux cas, le SUV Toyota peut donner l’impression d’être plus logeable. Il propose en effet 4 cm de plus sous tablette. Il suffit cependant de soulever le fond du coffre pour comprendre où Ford a logé les centimètres manquants : l’un des atouts du Puma, c’est la Megabox, ce grand compartiment de 80 L qui possède même une bonde pour vider une éventuelle humidité. Vous pourriez presque envisager de vous en servir pour faire la vaisselle lors de vos vacances en camping ! Seul bémol, l’étroitesse de ce rangement n’est pas adaptée aux objets trop longs. Mais grâce à ce tour de prestidigitation, le volume total atteint 456 L.

toyota yaris cross double fond
Le plancher du coffre est scindé en deux parties inégales. Une idée intéressante sur le papier, mais peu convaincante à l'usage.

C’est nettement mieux que le Yaris Cross qui plafonne à 397 L, voire 327 L pour les versions quatre roues motrices AWD-i qui doivent composer avec un petit moteur électrique supplémentaire à l’arrière. Elles perdent ainsi le double fond des variantes 4x2, dont la hauteur se limite toutefois à une petite quinzaine de centimètres : on est loin de la profondeur de la Megabox ! L’originalité ici, c’est que ce plancher est scindé en deux parties inégales... Ce qui ne nous a pas forcément semblé des plus pratiques à l’usage. Même réserves concernant le cache-bagages encore plus léger que celui de son rival : s’il a le mérite de protéger l'habitacle des courants d’air, sa résistance n’inspire guère confiance. En revanche, la possibilité de rabattre la banquette en trois parties, pour emporter des skis par exemple, mérite un bon point. C’est un aménagement qu’on est plus habitué à trouver dans la catégorie supérieure.

À LIRE. Toyota Yaris Cross vs Nissan Juke : duel de SUV urbains japonais

Moteurs : vrai hybride ou vraie variété ?

ford puma moteur 1.0 125
Ce 1.0 turbo-essence de 125 ch n'est qu'un des nombreux moteurs proposés dans la gamme du Kuga. Il existe depuis peu en version Flexifuel compatible E85.

Question moteurs, méfiez-vous des appellations. Même si Ford propose des versions hybrides de 125 ch (y compris avec boîte double embrayage EDC depuis peu) et 155 ch, la technologie employée demeure moins ambitieuse que chez Toyota… ou que sur le grand frère Kuga. Il s’agit ici d’une “simple” hybridation légère qui n’offre pas de véritable roulage en électrique. Moins onéreuse, elle permet surtout de baisser un peu les consommations, de gagner en disponibilité à bas régimes ou de disposer d’un Stop & Start plus doux et plus rapide. Pour faire de grosses économies à la pompe, la toute nouvelle version 1.0 Flexifuel 125 ch, compatible à l’E85 et dépourvue de cette technologie mHEV, apparaît ainsi plus pertinente. Les gros rouleurs pourront aussi se tourner vers le diesel 1.5 EcoBlue 120 ch, une offre de plus en plus rare dans la catégorie. Quant aux sportifs, ils se rueront sur le Puma ST : avec son châssis enjoué et son trois-cylindres de 200 ch issu de la Fiesta ST, il propose un cocktail unique chez les petits SUV.

À LIRE. Essai Ford Puma ST : le plus sportif des petits SUV

toyota yaris cross moteur hybride
En Europe, les acheteurs n'ont pas l'embarras du choix : seul ce moteur 1.5 hybride de 116 ch est proposé.

Unique, le Yaris Cross l’est aussi, à plusieurs titres. En Europe, il ne propose en effet qu’une seule motorisation de 116 ch. Pas de quoi lutter à armes égales avec la large gamme de son rival. Toyota reste ici fidèle à une stratégie employée avec succès depuis quelques années, en misant tout sur sa technologie "full hybrid" maison. Le trois-cylindres 1.5 atmosphérique de 92 ch est ainsi épaulé par un moteur électrique de 80 ch, capable d’officier seul dans bien des cas de figure. De quoi profiter d’une réelle douceur en ville et annoncer des émissions de CO2 très basses : à partir de
90 g/km de CO2. Conséquence de ce choix, il n’y aura ici pas de boîte manuelle, contrairement au Puma. Il faudra s'accommoder d’une transmission type CVT, qui pourra donner l’impression que le moteur “mouline” par moments.

toyota yaris cross version awd-i
Les versions quatre roues motrices AWD-i, facturées 2 000 € de plus, sont l'une des grandes originalités du modèle.
yaris cross molette 4x4
Les variantes 4x4 disposent d'une molette supplémentaire entre les sièges, pour choisir un mode "neige" ou "piste".

Comme pour être raccord avec son patronyme et avec son look résolument baroudeur, le Yaris Cross y ajoute un atout devenu rarissime sur un modèle de ce format : une transmission intégrale. Si l’on excepte l’onéreux Renegade 4xe rechargeable sur secteur, un autre fort en gueule, il est même le premier à proposer ces quatre roues motrices grâce à un moteur électrique supplémentaire sur le train arrière. Limité à 5 ch, celui-ci ne fonctionnera que sous 70 km/h et en cas de perte de motricité. En revanche, il évite la présence d’un encombrant arbre central et permet aux émissions de CO2 de rester sous la barre des 100 g/km. Tout en promettant de se montrer bien plus utile lors des escapades hors bitume ou des virées aux sport d’hiver que le simple antipatinage de son concurrent du jour : malgré ses modes "faible adhérence" et "piste", le Puma restera toujours une traction.

Prix : l’hybride n’est pas encore pour tous

yaris cross puma comparatif
De 25 000 à 34 000 € pour le Yaris Cross, et de 23 300 € à 38 850 € : la fourchette de prix est plus proche que la palette des moteurs.

Livré seulement en septembre, le Yaris Cross n’ouvrira ses carnets de commande que courant mai. Pour l’heure, seule une fourchette de tarifs a ainsi été révélée : de 25 000 à 34 000 €. C’est un peu plus onéreux que le Puma, qui démarre à 23 300 €, un prix qui a la particularité de s’appliquer à deux versions différentes du 1.0 turbo-essence de 125 ch. Pour cette somme, vous aurez en effet le choix entre la variante Flexifuel, très attrayante si vous avez des stations distribuant du bioéthanol à proximité, ou la mHEV à hybridation légère. Quant au sportif ST de 200 ch qui coiffe la gamme chez Ford, il est affiché 33 850 €. Sans tenir compte du malus de 1 172 €, c’est à peine 150 € de moins que le Yaris Cross La Première de “seulement” 116 ch. L’hybridation Toyota se fait donc payer assez cher, mais cette série spéciale de lancement est aussi très bien dotée. Elle profite même de la fameuse transmission intégrale, qui demande un supplément de 2 000 € en temps normal.

À LIRE. Prix Toyota Yaris Cross : le SUV urbain dès 25 000 €

Bilan : Mieux vaut tard que jamais

match suv urbains yaris cross puma
L'un adopte un style plutôt carré et baroudeur, l'autre se veut élancé et musclé : chacun à leur manière, ces deux concurrents se démarquent.

Pour proposer un SUV urbain moderne, Toyota aura vraiment pris son temps. Mais pour se faire excuser d’arriver aussi en retard à la réception, le Yaris Cross a quelques arguments forts. Sa motorisation “full hybrid” pour commencer, bien plus poussée que l’hybridation légère du Puma. Sa variante quatre roues motrices également, quasiment unique sur le segment. Sans oublier un rapport habitabilité-encombrement bien étudié et un look qui sort des sentiers battus. Le style, c’est aussi un des gros atouts de son concurrent badgé Ford... dans un registre quasiment opposé. Il y ajoute un coffre grand et astucieux, ainsi qu’une palette de moteurs très large, loin de la proposition unique de son concurrent nippon. Avec même une alternative originale à l’hybride, pour ceux qui veulent rouler moins cher : sa version Flexifuel carburant à l’E85. Mais c’est également sur la route que ce félin bien dompté sait se faire apprécier, en étant aussi dynamique à conduire qu’à regarder, même sans opter pour le sportif ST. Pour savoir si son rival nippon peut lui en remontrer sur ce point, il faudra toutefois attendre qu’il nous laisse son volant, ce qui n’est prévu qu'à l'été.

L'argus remercie vivement le Domaine de Grand'Maisons à Villepreux (Yvelines) pour sa disponibilité et son accueil.

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
pierremtc340 Le 30/04/2021 - 19:20
YARIS POUR LES 4 ROUE MOTRICES
pemmore Le 30/04/2021 - 11:57
Chez Ford la version flexfuel marche forcément très bien, les Américains ont des années d'expérience, même le ft150 le meilleur de tout ce qu'on peut trouver chez ford en est équipé de série. Juste dire que le E85 est peu cher mais ne le restera pas, donc une version gpl avec une petite hybridation car le couple au démarrage est faible au gaz, mais qu'on retrouve en haut des tours, ce moteur tout doux, tout lisse, sans vibrations parasites, sans odeur, devient complètement rageur quand on lui tire sur la couenne, au contraire du mazout qui s'effondre en cas de danger.Donc le gpl en attendant l'électrique pour tous et 1000 km sous le pied reste malgré tout la meilleure solution.
Voir tous les commentaires (3)