Vous êtes ici :

TPMS ou alerte de pression des pneus : comment ça marche ?

L'alerte de la pression des pneus est obligatoire depuis le 1e novembre 2014. Voilà de quoi améliorer la sécurité et économiser du carburant.
L'alerte de la pression des pneus est obligatoire depuis le 1e novembre 2014. Voilà de quoi améliorer la sécurité et économiser du carburant.

Obligatoire depuis le 1er novembre 2014, l'alerte de pression des pneus ne comprend pas un mais deux systèmes en fonction des véhicules. Le premier, dit « indirect », est moins coûteux, le second « direct » est plus efficace et ouvre la voie à de nouvelles informations.

La pression des pneus doit être vérifiée une fois par mois. Elémentaire mon cher Watson ! Pourtant, cette règle est loin d’être un réflexe. Des tests menés par le manufacturier Bridgestone au printemps 2013 (sur 28 000 véhicules en Europe) ont révélé que plus de 3 automobilistes sur 4 roulaient avec des pneus sous-gonflés.

> Pourquoi il est important de vérifier l'état des pneumatiques

La généralisation de l’alerte de pression des pneus va donc dans le bon sens. Au-delà de l’aspect sécuritaire, elle a une vertu écologique puisqu’une roue mal gonflée augmente la consommation de carburant.

> Tests exclusifs : Pneus sous-gonflés : la sécurité sous pression

Indirect mais peu précis

Plus simple et moins coûteux, le système indirect ne mesure pas activement la pression mais la calcule à partir des informations provenant des capteurs de vitesse de rotation des roues (ABS/ESP).

En raison de son imprécision, le système indirect ne peut afficher les valeurs de pression
Si le système détecte que l’enveloppe tourne trop vite par rapport à la vitesse du véhicule (circonférence incorrecte), il conclut à une pression anormale. Dans ce cas, le système informe le conducteur par le biais d’une alerte au tableau de bord.

En raison de son imprécision, il ne peut afficher les valeurs de pression roue par roue. De plus, il est nécessaire de parcourir plusieurs kilomètres avant que le système détecte une pression insuffisante.


Système direct plus sophistiqué

Le système direct est nettement plus efficace grâce à la mesure précise et instantanée de la pression.
Le système direct est nettement plus efficace grâce à la mesure précise et instantanée de la pression.

L’autre technologie, directe, présente un niveau de sécurité plus élevé. Ce système utilise des capteurs de pression directement intégré à la valve. Cela permet une mesure plus fine avec une indication de la pression exacte au tableau de bord. Transmis par radiofréquence au calculateur, le capteur prend aussi en compte la température de l’air qui influe directement sur la pression. À noter qu’une pile équipe chaque capteur, sa durée de vie varie entre 6 et 10 ans.


Marge de progression

L’équipementier Continental estime aujourd’hui que le taux d’équipement est de 40 % en systèmes indirects contre 60 % de directs. Dans le futur, la tendance ne risque pas de s’inverser.

En effet, le premier a atteint ses limites alors que le second possède une belle marge de progression. VDO (appartenant à Continental) a présenté un produit, le REDI-Sensor. Il est pour le moment réservé à l’après-vente mais sera en première monte en Europe d’ici 2017.

À l'avenir, le TPMS délivrera plusieurs informations : charge du véhicule, usure des pneus, état de la chaussée...
À l'avenir, le TPMS délivrera plusieurs informations : charge du véhicule, usure des pneus, état de la chaussée...

Vainqueur du prix Automechanika Innovation Awards 2014, ce capteur répond à une large gamme de véhicule (80 % du marché avec 5 références). Surtout, il est collé directement à l’intérieur du pneu tout en étant interchangeable lors du remplacement des enveloppes.

Cet emplacement permettra dans le futur de collecter les vibrations du pneu pour en déduire de multiples informations. D’ici 2 à 3 trois ans, il sera possible de savoir si le véhicule est en surcharge mais surtout de connaître l’état d’usure du pneu, un autre facteur de négligence !

À la fin de la décennie, l’équipementier pense pouvoir communiquer au conducteur l’état de la chaussée sur laquelle il roule (humide, sèche, présence  de verglas…) et même prévenir en cas d’amorce d’aquaplaning.
Partager cet article
Mots clés
Commentaires
petit.bazar291

+1 !

laurent.francois2001305

Les constructeurs sont obligés de mettre en place des capteurs de pression, mais je ne trouve aucun texte de loi qui oblige le propriétaire à conserver ce système actif (sur un jeu de roues hivers par exemple). Si vous pouvez trouver cette information, ce serait intéressant car je n'ai trouvé aucun article à ce sujet. Merci.

brunodu13342

"Des tests (...) ont révélés" J'aurais écrit : "Des tests (...) ont révélé" ;-) Article interessant, mais j'en ai lu un tres similaire sur ce site, il y a quelques semaines... non?

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
157 034 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !