Un moteur au coeur du marché
habillage
banniere_haut

Un moteur au coeur du marché

Le constructeur italien lance un deuxième rejeton de ses Cursor. Propulsant les Euro Tech et Euro Star de 390 ch et de 430 ch, cette cylindrée de 10,3 l vise le gros du marché des tracteurs.

Publié le

Fidèle à son engagement de sortir une nouveauté tous les six mois jusqu'à la fin de 2000, Iveco vient de présenter le Cursor 10, un moteur de six cylindres en ligne et de 10,3 l. Comme son petit frère de 7,8 l (le Cursor 8, lancé il y a un an), il fait appel à nombre de technologies de pointe, voire inédites : turbocompresseur à géométrie variable au niveau de la section d'entrée (et non des pales), quatre soupapes par cylindre, injecteurs pompes à contrôle unitaire, culasse monobloc, arbre à cames en tête, distribution à l'arrière. Il est proposé en 390 ch et à 430 ch, puissances disponibles sur une large plage de régimes, de 1 600 tr/min à 2 100 tr/min, pour des couples de 173 mkg et 194 mkg délivrés de 1 000 tr/min à 1 600 tr/min.

Pour l'heure, la version de 390 ch est uniquement disponible avec la cabine Euro Tech, le véhicule de grande flotte par excellence. Celle de 430 ch est proposée au choix avec l'Euro Tech ou l'Euro Star. Le marché que cible le Cursor 10 a représenté, l'an passé en Europe, près de 80 000 camions de 370 ch à 450 ch, soit environ deux tiers des véhicules de plus de 16 t. Dans 84 % des cas, il s'agit de tracteurs.

Plus que le Cursor 8 et que le Cursor 13, qui apparaîtra dans un an, ce moteur est au coeur du marché de la gamme lourde. « C'est le segment de notre métier, explique François Spicq, directeur commercial d'Iveco France. Il se décline en deux branches : les 360 ch à 410 ch d'une part, les 411 ch à 450 ch, d'autre part. En France, notre position est aujourd'hui contrastée. Elle demeure faible dans la première, avec 4,3 % de part de marché. Elle est, en revanche, solide dans la seconde, où nous réalisons 15,4 % de pénétration. »

Ce résultat contrasté est dû à la méfiance que portent, à l'égard du moteur de 9,5 l et de 375 ch, les clients de la marque, plus enclins à faire confiance à la grosse mécanique de 13,8 l et de 420 ch. Ce Cursor 10, avec sa « petite » cylindrée et ses 41,7 ch/l de puissance spécifique maximale, doit faire évoluer les mentalités. Ce sera d'autant plus facile que les atouts de la technologie Cursor sont déjà bien ancrés dans les esprits. C'est notamment le cas de ce turbo à géométrie variable, qui offre des performances de puissance, de couple, mais aussi de décélération, jusque-là réservées à des cylindrées plus imposantes... et encore.

« En terme de valeur ajoutée pour nos clients, les avantages du Cursor 10 sont nombreux et importants, souligne François Spicq. Il en résultera une augmentation moyenne du prix, de l'ordre de 5 %, par rapport aux modèles remplacés. » Cette décision de l'usine ne sera pas facile à imposer sur le marché français, réputé en Europe pour son niveau de prix particulièrement bas. 5 %, cela représente, en gros, 20 000 F HT. Les forces de vente de la marque vont devoir faire des miracles dans l'argumentation. Sur quoi pourront-elles se reposer ?

En terme de consommation, Iveco annonce, pour son Cursor 430, une baisse de 5 % à 6 % par rapport au 420 ch. Sur cette même version équipée de la cabine Euro Star, 230 kg de charge utile sont gagnés par rapport à l'ancienne version de 420 ch. A lui seul, le moteur Cursor permet un gain de 140 kg, comparé au moteur 8210 de 13,8 l. En revanche, l'Euro Tech de 390 ch ne gagne rien par rapport à l'ancien de 375 ch. Soulignons que, en fait d'ancien, les versions Euro Tech et Euro Star de 375 ch et de 420 ch, propulsées par les moteurs de la série 8000, vont continuer à être commercialisées.

Autre avantage, réservé aux tracteurs : des freins à disque, à l'avant et à l'arrière, avec gestion électronique EBS (electronic braking system), intégrant l'ABS et l'ASR. En dosant la pression des freins selon la charge des essieux, l'usure des plaquettes et le poids total de l'ensemble routier, et en s'adaptant à l'état des freins de la semi-remorque, ce freinage intelligent a un double avantage. Sur le plan de la sécurité, la distance d'arrêt est plus courte d'environ 16 m, dans le cas d'un ensemble de 40 t roulant à 85 km/h, comparé à un véhicule équipé de tambours et d'une classique commande pneumatique. Côté maintenance, le remplacement de toutes les plaquettes ne se fera qu'à trois reprises, jusqu'à 650 000 km, annonce Iveco.

Auparavant, sans l'EBS, il fallait compter cinq changements de plaquettes pour l'essieu avant et trois remplacements des garnitures des tambours arrière, opérations qui, de plus, n'avaient pas forcément lieu en même temps. Toujours au sujet des coûts d'entretien, la vidange moteur est désormais programmée à 100 000 km ; celle du pont, à 200 000 km.

Outre le moteur, la chaîne cinématique des nouveaux modèles a évolué. Apparaissent ainsi le pont Meritor U 177, lancé, sans les freins à disque, avec le Cursor 8, et les boîtes ZF à commande pneumatique Servoshift. Les modèles à moteur Cursor 10 sont de suite disponibles, en option, avec la boîte automatisée Euro Tronic à douze rapports. Il s'agit de la première génération, lancée il y a deux ans sur le 375 ch et le 470 ch, qui, au contraire de la version originelle de ZF (AS Tronic), ne possédait pas de pédale d'embrayage.

Les cabines ont moins évolué que la mécanique. Signalons tout de même que l'Euro Tech bénéficie maintenant d'une suspension pneumatique. A l'intérieur, deux améliorations seront très appréciées des utilisateurs : un chauffage autonome de série et, dans la partie couchette, une console regroupant différentes commandes : lumière, trappe de toit, etc. L'isolation thermique et phonique a également été améliorée.

La dernière étape du renouvellement des moteurs de gamme lourde chez Iveco aura lieu dans un an, avec le Cursor 13. Entre-temps, devraient apparaître, sans doute au Salon d'Amsterdam en février prochain, ceux de la gamme intermédiaire Euro Cargo, développés avec Cummins. A la fin de 2000, tous les moteurs de la gamme Iveco auront donc été renouvelés. Viendra alors l'heure de moderniser les cabines.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Guides d’achat