Un semestre historique à la Bourse de Paris
habillage
banniere_haut

Un semestre historique à la Bourse de Paris

Par Yves de Kerdrel
Publié le

Tendance

La Bourse de Tokyo a enregistré au cours des toutes dernières séances un rebond inattendu de l'ordre de 10 %, permettant aux valeurs françaises de reprendre leur évolution haussière. L'indice CAC 40 a ainsi inscrit un nouveau record historique - on ne les compte plus ! - un peu au-dessus de 4 300 points, avant que de légitimes prises de bénéfices se fassent jour. Des arbitrages justifiés par la crainte de voir la Bourse américaine réagir de manière négative aux premières publications de résultats semestriels qui devraient apparaître aux Etats-Unis d'ici à quelques jours.

Valeurs françaises

Une fois encore, le compartiment des valeurs automobiles a été l'un des plus favorisés de la cote, après l'annonce d'une progression de 9,1 % des immatriculations de voitures neuves au mois de juin sur le marché français. Une performance très satisfaisante qui porte à plus de 10 % la croissance des ventes de véhicules au cours des six premiers mois de cette année.

C'est Renault qui, tant au mois de juin que sur l'ensemble du semestre, enregistre la meilleure performance. Il n'est donc pas étonnant de voir l'action de la firme au losange afficher un bond de plus de 8 % en quelques jours pour venir se stabiliser autour de 370 F. Si bien que, en l'espace de six mois, la valeur de l'entreprise Renault est passée de moins de 41 milliards de francs à près de 90 milliards, témoignant ainsi de la confiance des investisseurs dans le potentiel d'amélioration des profits du groupe. Et ce n'est sans doute pas fini. Car plusieurs analystes financiers fixent désormais un objectif de cours compris entre 420 et 450 F, un niveau qui commence alors peut-être à donner envie à l'Etat de se désengager un peu plus de l'ex-Régie.

Sans afficher des écarts aussi spectaculaires, l'action Peugeot a été également très recherchée cette semaine, de même que le titre Valeo qui a continué de bénéficier de recommandations positives après le rachat d'Electrical Systems qui renforce sa présence aux Etats-Unis.

Mais la bonne surprise de la semaine a été, pour une fois, l'action Michelin, qui a commencé à combler une partie de son retard. Le titre du numéro 1 mondial du pneumatique a progressé de plus de 5 %, à 372 F. Mais, si l'on se réfère à la prestigieuse banque d'affaires américaine Morgan Stanley, le potentiel de hausse de l'action est loin d'être épuisé, puisqu'elle maintient son objectif de cours autour de 460 F à un horizon de un an.

Les valeurs d'une taille plus modeste, comme Labinal, Plastic Omnium, Sommer-Allibert et Montupet, n'ont guère évolué. Mais cela pourrait bien constituer les premiers signes de la traditionnelle léthargie estivale qui frappe une grande partie de la cote.

Valeurs étrangères

On a pu observer à nouveau une grosse activité sur l'action Volkswagen. Cette dernière a encore progressé de 7 % en une semaine. Le titre du premier constructeur européen a bénéficié de rumeurs portant sur de possibles discussions avec le groupe Volvo. Le groupe suédois a très rapidement démenti ces informations, en précisant que ces contacts étaient justifiés par la coopération des deux industriels dans le domaine des moteurs Diesel.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours