Véhicules hybrides : tout savoir sur l'hybride rechargeable | L'Argus Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Véhicules hybrides : tout savoir sur l'hybride rechargeable

Les avantages de la voiture électrique sans les inconvénients : c'est un peu la promesse des véhicules hybrides rechargeables, sur lesquels les constructeurs misent beaucoup aujourd'hui. Voici ce qu'il faut savoir sur cette technologie, qui devrait être de plus en plus accessible avec le temps.

Par Léo Mingot
Publié le Mis à jour le
peugeot 3008 hybrid Voir les photos

Comme de nombreux constructeurs, Peugeot se lance dans l'hybride rechargeable, avec ses 3008 et 508 Hybrid, qui sont disponibles en deux ou quatre roues motrices.

tibo

Actuellement, pour de nombreux constructeurs, l'hybride rechargeable apparaît un peu comme la solution miracle, permettant d'afficher des chiffres de consommation et d'émissions de CO2 très bas, sans pour autant sacrifier le champ d'action des véhicules, comme c'est le cas avec l'électrique. Le meilleur des mondes, en quelque sorte. Au départ réservée à des véhicules plutôt haut de gamme en raison du surcoût qu'elle implique, la technologie hybride rechargeable tend à se démocratiser avec le temps, comme on peut le voir avec le nouveau Renault Captur E-Tech, qui devient le véhicule plug-in hybrid le moins cher du marché (à partir de 33 700 €). De plus depuis le mois de juin, ces véhicules peuvent bénéficier du bonus écologique de 2 000 €.

renault captur e tech arrière
Les hybrides rechargeables deviennent de plus en plus accessibles, comme le nouveau Renault Captur E-Tech.
porsche panamera turbo s e hybrid
Mais ils peuvent également être extrêmement performants, comme la Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid.

Pour les constructeurs premium, l'hybride rechargeable peut même permettre de proposer des véhicules dotés d'un très haut niveau de puissance, tout en affichant des niveaux de CO2 très faibles. Par exemple, une Porsche Panamera Turbo S E-Hybrid de 680 ch n'est soumise à aucun malus écologique, puisqu'elle est annoncée pour seulement 86 g/km de CO2 selon le cycle WLTP. Une aubaine pour les clients, comme pour les constructeurs, qui peuvent faire baisser significativement leur moyenne annuelle de CO2.

 

Comment ça marche ?

audi Q5 55 TFSI e prise
Les hybrides rechargeables nécessitent d'être branchés pour que la batterie soit chargée au maximum.

Comme les véhicules full hybrid, les plug-in hybrid disposent d'un moteur thermique, d'un ou plusieurs moteurs électriques et d'une batterie dédiée à ce système hybride. Et bien entendu, ces véhicules se dotent d'une prise de recharge, afin de pouvoir charger au maximum la batterie et de profiter pleinement de l'autonomie électrique.

Car la capacité de la batterie est ici bien supérieure à celle d'un modèle full hybrid, sans pour autant égaler celle des véhicules électriques. Par exemple, sur un Audi Q5 55 TFSI e, la batterie lithium-ion affiche une capacité de 14,1 kWh, alors que celle de l'électrique e-tron est donnée pour 95 kWh. La puissance délivrée par le moteur électrique est également plus importante.

peugeot 3008 hybrid
Dans sa version HYbrid4 de 300 ch, le Peugeot 3008 bénéficie de quatre roues motrices grâce à l'hybridation.

En mode hybride, le fonctionnement des plug-in hybrid est globalement assez similaire à celui des full hybrid. Le moteur électrique assiste le moteur thermique et sert également de générateur, pour recharger en partie la batterie. Une fois la batterie pleine, après recharge sur secteur, le gros avantage de ces véhicules est de pouvoir rouler en tout électrique bien plus longtemps qu'avec un full hybrid (généralement au moins 40 km).

 

Evolution des hybrides rechargeables

Fin 2008, le chinois BYD fut le premier constructeur à lancer une voiture hybride rechargeable de grande série, avec la berline F3DM. Toyota, spécialiste du full hybrid, fut également l'un des premiers constructeurs à se lancer dans l'hybride rechargeable, avec la version plug-in de la troisième génération de Prius, lancée en 2012. On peut également citer Volvo, qui proposa fin 2012 une version hybrid plug-in de son break V60, celle-ci devenant le premier véhicule du genre à se baser sur un moteur diesel. A noter enfin que des modèles très sportifs ont été dotés de la technologie hybride rechargeable, comme la BMW i8 ou les supercars Porsche 918 Spyder et McLaren P1.

 

Avantages et inconvénients de l'hybride rechargeable

Au premier abord, l'hybride rechargeable apparaît forcément comme la meilleure des solutions. En effet, ce système permet à la fois de rouler en tout électrique sur des distances couvrant la majorité des trajets quotidiens, tout en pouvant effectuer de longues distances comme un véhicule thermique. Pas de crainte de tomber en panne de batterie sans pouvoir recharger, puisque l'on peut aller faire le plein de carburant à n'importe quelle station service ! Cependant, cela implique quelques contraintes...

audi Q5 55 TFSI e schéma

L'hybride rechargeable présente de nombreux atouts, mais se montre très complexe comme technologie. Ce qui induit une augmentation du poids, mais aussi du prix. On peut voir ici les divers éléments du système plug-in hybrid de l'Audi Q5 TFSI e.

Le principal inconvénient des hybrides rechargeables est qu'ils doivent être rechargés régulièrement, si l'on veut exploiter leur potentiel de manière optimale. Sur ce point, ils se montrent donc quasiment aussi contraignants que les véhicules électriques. De plus, en raison de leurs grosses batteries, les hybrides rechargeables affichent un surpoids, qui peut parfois engendrer des consommations de carburant en hausse, notamment sur autoroute. Ils présentent enfin un surcoût relativement important par rapport aux modèles thermiques équivalents, même s'ils se rattrapent en étant non soumis au malus écologique, malgré un niveau de puissance parfois très important.

 

Les modèles hybrides rechargeables disponibles sur le marché

Les véhicules hybrides rechargeables sont aujourd'hui présents dans la majorité des gammes, des constructeurs premium comme des généralistes, et ils tendent à se multiplier avec le temps. Alors que la grande majorité est basée sur des motorisations essence, on commence à voir certains modèles diesels, notamment chez Mercedes. Retrouvez ci-dessous les principaux modèles disponibles actuellement avec cette technologie :


 

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
LeGege Le 07/11/2020 - 13:18
Je découvre tardivement cet article... Dans le paragraphe "Evolution.../...", il manque LA voiture qui est pourtant à l'origine des PHEV en Europe, même si on ne l'appelait pas encore comme ça car on ne connaissait pas bien sa technologie, c'est l'Opel Ampera. Apparue en Europe en 2010 je crois, en tout cas bien avant la Prius hybride Plugin, il a fallu un certain temps avant que GM reconnaisse, du bout des lèvres, qu'à partir d'une certaine vitesse le moteur thermique, en dehors d'entraîner la génératrice, entraînait mécaniquement les roues AV; soit exactement le même principe que l'Outlander PHEV (même si ce dernier a un moteur électrique en plus sur l'essieu AR) apparu en 2013 en Europe...
YvesMD Le 05/08/2020 - 20:39
Le surpoids doit être considéré comme un inconvénient majeur, à l'heure où il va falloir consommer moins d'énergie non renouvelable. En effet, il engendre une surconsommation non seulement sur autoroute mais aussi sur les parcours accidentés et en particulier en montagne, où ce surpoids est payé cash à la montée sans être récupérable à la descente plus qu'un hybride simple.
Voir tous les commentaires (3)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...