Vous êtes ici :

[Vidéo] Ma Peugeot rénovée 2019 : visite en pleine restauration

voir les photos
Cette année, trois Peugeot 504 coupé et une 406 coupé (photo) ont été sélectionnées afin d'être restaurées.
Cette année, trois Peugeot 504 coupé et une 406 coupé (photo) ont été sélectionnées afin d'être restaurées.

Pour la troisième saison de « Ma Peugeot rénovée », la marque s'attaque aux coupés 504 et 406. Reportage en images et en vidéo au cœur des ateliers.

Après les Peugeot 205 et 306, c’est au tour des 504 coupé et 406 coupé de profiter d’une restauration. Comme à l’accoutumée, c’est un jury qui a sélectionné les autos. Nous avons pu pénétrer dans les ateliers et constater l’avancée des travaux. Les remises des clés à leurs propriétaires respectifs sont prévues le 18 mars 2019.

 

Peugeot 504 coupé de 1971

Peugeot 504 coupé de 1971
Peugeot 504 coupé de 1971

Notre visite débute avec un coupé rouge du début des années 70. Il s’agit d’une première phase motorisée par un quatre cylindres 2.0. Sa couleur initiale est grise, mais sa propriétaire l’a acquise en 2017 dans cette teinte rouge, fidèle aux spécifications du modèle, et souhaite la conserver. Après une vérification des éventuels points de corrosion, le chantier de la cosmétique peut débuter. Un travail conséquent puisque pas moins de 12 couches de peinture ont été découvertes. Les différents joints chromés ont retrouvé leur éclat et le pare-brise a dû être remplacé.

L’intérieur a également profité d’une cure de rajeunissement. La banquette arrière et les sièges ont reçu de nouveaux rembourrages ainsi qu’une belle sellerie. L’ancienne était marquée par de gros trous. Cependant, la moquette a été préservée.

Peugeot 504 coupé de 1971
Peugeot 504 coupé de 1971
Peugeot 504 coupé de 1971

La partie mécanique n’a pas nécessité beaucoup de travail. Pour des raisons de sécurité, les étriers arrière et le maître-cylindre sont neufs. Tout comme les joints moteur, afin de fiabiliser l’ensemble. La restauration touche presque à sa fin puisqu’il « suffit » de rhabiller l’auto (sièges, pare-chocs, optiques…) mais le temps de travail atteint déjà 80 heures, ce qui équivaut à environ 7 000 euros de facture.

 

Peugeot 504 coupé de 1978

Peugeot 504 coupé de 1978
Peugeot 504 coupé de 1978

Le deuxième exemplaire est plus récent, il s’agit d’une phase deux et dispose du V6 PRV. Malgré son bon état apparent lors de son entrée en atelier, elle cachait bien son jeu. En effet, la carrosserie était légèrement bosselée à de multiples endroits. La caisse avait subi un total de 15 couches de peintures ! Résultat, les arrêtes des flancs ont disparu et il a fallu abattre un travail considérable pour retrouver les formes d’origines. Trois couches d’apprêt sont nécessaires avant la mise en peinture. De plus, de la mousse polyuréthane et de la résine se trouvaient au niveau de l’aile avant gauche. Pour une esthétique parfaite, les quatre jantes ont été remises à neuf.

Peugeot 504 coupé de 1978
Peugeot 504 coupé de 1978
Peugeot 504 coupé de 1978

Dans l’habitacle, la sellerie et la moquette ont dû être refaites et le volet de la boîte à gants revu. Enfin, l’aspect mécanique est dans un bon état puisque seuls les flexibles de frein, les quatre amortisseurs et le silencieux arrière devaient être remplacés. Au total, cette restauration devrait nécessiter environ 200 heures de travail.

 

Peugeot 406 coupé de 1997

Peugeot 406 coupé de 1997
Peugeot 406 coupé de 1997

Il s’agit de la seule 406 coupé cette année. Plus récente (1997) que les 504, appartenant au même propriétaire depuis près de 23 ans et bénéficiant d’un carnet d’entretien à jour, la rénovation s’annonçait sans grande difficulté. Malheureusement, sa peinture n’était franchement pas de première fraîcheur, d'autant que ce modèle était garé sur de la terre battue humide. Résultat, la corrosion s’est invitée en dégradant les freins, l’échappement, le catalyseur, les trains roulants ou encore le berceau. Ces derniers éléments ont dû être entièrement traités.

En plus de redresser quelques bosses, notamment au niveau de l’aile arrière droite, il a fallu décaper la carrosserie avant de la repeindre. Les deux boucliers, très fragiles sur ce modèle, sont neufs mais il manque encore les baguettes latérales, difficiles à trouver.

Peugeot 406 coupé de 1997
Peugeot 406 coupé de 1997
Peugeot 406 coupé de 1997

L’intérieur profite d’une sellerie refaite mais il reste encore quelques éléments à remplacer comme le volant et le pommeau de levier de vitesses. Quant au moteur, un 2.0 essence, les mécaniciens l’ont retiré de l’auto et ont pu effectuer une révision complète : distribution, pompe à eau, bougies, joints et même embrayage. Cette 406 pourrait reposer sur ses roues mais il lui manque un élément que les équipes n’ont pas encore dénicher : les flasques de disques de frein arrière.

Malgré une auto qui sembler sur le papier en bon état, il faut compter jusqu’ici plus de 150 heures de main-d’œuvre et environ 7 000 € de pièces détachées !


Peugeot 504 coupé de 1970

Peugeot 504 coupé de 1970
Peugeot 504 coupé de 1970

Une coque quasiment nue, 200 heures de travail et encore de nombreuses réparations à effectuer sur cette 504. C’est celle qui cachait le plus de mauvaises surprises. Suite à des travaux mal réalisés, de l’eau s’est accumulée par endroit causant de gros dégâts. Les équipes ont dû découper certaines parties, notamment au niveau des ailes avant et les remplacer, voire les refabriquer à la main.

Heureusement, le moteur 2.0 essence était en bon état, mais l’intérieur a eu besoin d’un rafraîchissement au niveau de la banquette et des sièges avant.

 

De nouvelles pièces de rechange

Pour cette année 2019, l’Aventure Peugeot Citroën DS souhaite développer davantage la refabrication de pièces détachées. Aujourd’hui, le bâtiment dédié regroupe quelque 14 000 références. Relancer une pièce est toujours une affaire de demande. Les youngtimers étant à la mode, certains éléments de 205 sont à nouveaux disponibles comme le logo de  calandre, le bandeau en plastique du coffre, les badges de custode ou encore les entourages d’ailes et de carrosserie des versions GTi. La série 6 (106, 306, 406…) est désormais à l’étude. L’ordre de priorité est toujours le même, d’abord les éléments de carrosserie puis ceux de sécurité. Vous pouvez retrouver les pièces disponibles sur le site www.pieces-de-rechange-classic.com.
 

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Peugeot