Vous êtes ici :

Voiture autonome : sans les mains au volant du Renault Symbioz [VIDÉO]

voir les photos
renault symbioz demo car véhicule autonome
Le Renault Symbioz est le résultat d'un projet né en 2015. C'est la première fois que Renault nous invite à essayer un véhicule autonome de niveau 4 sur route ouverte.

Nous avons eu l'occasion de prendre le volant du Renault Symbioz Demo Car, un concept de voiture autonome de niveau 4. Partez à la découverte d'une expérience inédite au cours de laquelle nous avons été amenés à conduire sans les mains sur l'autoroute !

Vous n’êtes pas très rassuré lorsque vous êtes passager dans une voiture ? Alors imaginez-vous au volant d’une voiture autonome ! C’est l’expérience que nous avons vécu avec Renault lors d’un essai sur… route ouverte. Une grande première que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

Nous avons rendez-vous dans un petit village, en Normandie, situé à quelques kilomètres de l’autoroute A13. Pour l’occasion, Renault a construit une infrastructure à l’allure futuriste, représentant ce que seront certainement les maisons de demain. La voiture est là, garée au beau milieu du salon.

renault symbioz demo car salon

Son nom ? Renault Symbioz Demo Car. C’est un prototype de voiture autonome de niveau 4 (sur une échelle de 5), capable de conduire toute seule dans le flot de la circulation sans l’intervention du conducteur.

C'est une voiture autonome de niveau 4, capable de rouler toute seule sans l'intervention du conducteur

Elle ressemble beaucoup au concept-car éponyme (voir : Renault Symbioz), dévoilé lors du dernier salon de Francfort. A la différence près qu’il s’agit d’un démonstrateur roulant. Une « Demo Car », comme ils l’appellent chez Renault, qui aurait déjà parcouru près de 10 000 km sur les routes.

Vue de profil renault symbioz demo car
Le Renault Symbioz repose sur une plateforme spécifique. Il mesure 4,92 m de long et pèse 2 200 kg à vide.

La première chose qui frappe en découvrant la voiture c’est la pureté de ses lignes. Bien souvent, les prototypes autonomes testés par les constructeurs sont bardés de capteurs et de caméras. Pas le Symbioz.

« Ça a été le grand défi des designers qui ont dû dessiner la voiture en tenant compte des nombreux capteurs présents sur la carrosserie », déclare Mathieu Lips, le chef du projet.

Phares renault symbioz demo car
36 capteurs sont dissimulés sur la carrosserie.
Des lasers Lidar sont dissimulés dans les blocs optiques.

En clair, les capteurs, lasers Lidars et autres caméras sont bien présents, mais pratiquement invisibles. On en trouve derrière la calandre, sur les portières et même dans les optiques. Au total, le Renault Symbioz dispose de 36 capteurs.

 

Une voiture autonome de 500 ch !

Nous prenons place à bord du véhicule. Nous sommes accompagnés d’un instructeur, capable de reprendre la main à tout moment en cas de problème. Il donne le ton :

« Vous allez conduire sur une portion de route pour vous rendre sur l’A13. Vous êtes responsable de la voiture. Une fois sur l’autoroute, notre responsabilité est engagée »

Ce n’est pas sans une certaine appréhension que nous démarrons le véhicule. Nous quittons la maison sans un bruit : c’est une voiture électrique. Les premiers kilomètres sur les petites routes de campagne ne sont pas très rassurants. Car la voiture n’a pas le gabarit d’une Smart : 4,92 m de long pour 1,90 m de large.

Nous finissons par nous habituer et apprécier la conduite du Renault Symbioz, étonnamment agréable pour un concept-car. Nous profitons d’une longue ligne droite pour découvrir un peu plus l’habitacle, tout particulièrement les trois grands écrans tactiles qui font office de poste d’instrumentation et de console centrale.

Console centrale renault symbioz demo car
Développé par LG, le système multimédia est très perfectionné. Les trois écrans OLED sont très lisibles.

L’instructeur nous invite à engager le mode « Sport », en appuyant sur le logo du volant. L’accélération est telle que notre tête est plaquée contre le siège. Nous comprenons mieux pourquoi en apprenant les caractéristiques de l’engin, qui est animé par deux moteurs électriques, situés à l’arrière et offrant une puissance totale de 500 ch.

Deux moteurs électriques, propulsion, 500 ch, quatre roues directrices : le Symbioz a tout d'une voiture sportive

La voiture se montre également efficace dans les virages car Renault l’a équipée du système à quatre roues directrices de la nouvelle Mégane RS. Qui a dit que l’on ne pouvait pas s’amuser au volant d’une voiture autonome ?

vue arrière renault symbioz demo car
La voiture est animée par deux moteurs électriques, installés à l'arrière. La puissance totale avoisine les 500 ch.

 

Du mode manuel au mode automatique

renault symbioz demo car
Lorsque les feux de jour virent au bleu, c'est que la voiture est en mode autonome.

Les choses sérieuses commencent quand nous arrivons sur l’autoroute. Une simple pression sur deux boutons au volant, et la voiture devient autonome. Nous sommes invités à lâcher le volant : le Renault Symbioz s’aide de ses nombreux capteurs pour accélérer, freiner, activer les clignotants, doubler un véhicule, se rabattre. C’est bluffant et efficace, même si l’instructeur a dû reprendre la main à certains moments. N’oublions pas que la voiture est encore en phase d’expérimentation.

Volant renault symbioz demo car
Dans le Renault Symbioz, les rétroviseurs sont remplacés par de petites caméras.

La voiture ne s’aide pas uniquement de ses capteurs pour se repérer, elle peut également compter sur sa cartographie HD, développée par TomTom, d’une précision de 50 cm en longitudinal et 15 cm en latéral. Renault s’est aussi associé à la société d’autoroutes Sanef pour obtenir des données sur les infrastructures routières (travaux, accidents…) et l’état du trafic aux péages.

Justement, nous arrivons à une gare de péage. C’est le moment critique de ce test, car les voies s’élargissent, le marquage au sol disparaît et la voiture doit gérer les nombreuses voitures ne respectant pas la limitation de vitesse.

Nous arrivons à une gare de péage, le moment critique de ce test...

Nous sentons que l’instructeur n’est pas complètement serein. Il se tient prêt à reprendre les commandes en cas de problème, notamment à l’approche de la barrière car la route n’est pas très large. Finalement, la voiture n’aura eu qu’une petite hésitation, mais elle est passée sans problème et sans casse. Objectif atteint !

Son viadelet renault symbioz demo car
Les passagers arrière profitent de sièges indépendants. L'habitacle est très lumineux.
Renault s'est associé avec Devialet pour le développement d'un système audio de haute qualité.

 

Comment s’occuper pendant le trajet ?

un homme porte un casque de réalité virtuelle dans le renault symbioz demo car

Que faire lorsque le mode « autonome » est engagé ? Se reposer, regarder un film. Mieux : enfiler un casque de réalité virtuelle !

Selon Renault, la voiture autonome permet de gagner du temps. Pour travailler par exemple, pour se distraire en regarder un film, se reposer grâce au siège inclinable. Ou encore vivre une expérience inédite. Pour cela, nous sommes invités à enfiler… un casque de réalité virtuelle.

Renault s’est associé avec Ubisoft pour plonger le « conducteur » dans un monde imaginaire. Nous voyons la route et les voitures à travers le casque en temps réel, mais tout ce qui est autour semble sortir d’un jeu vidéo : éclipse de soleil, monde futuriste et sensation de voler dans les airs. Génial !

Renault s’est associé avec Ubisoft pour plonger le conducteur dans un monde imaginaire

On se dit alors que la voiture autonome, souvent critiquée, a peut-être de bons côtés. Mais il va falloir se montrer encore un peu patient car Renault ne prévoit pas le lancement d’une voiture autonome de niveau 4 avant l’horizon 2021.

 

Bilan essai Renault Symbioz Demo Car

renault symbioz concept voiture autonome
La voiture de demain s'annonce assurément pleine de surprises.

Essayer une voiture autonome, nous l’avions déjà fait. Mais prendre le volant d’un prototype aussi abouti sur une route ouverte, avec un casque de réalité virtuelle sur la tête, c’est une grande première.

Cette expérience nous a montré à quel point les constructeurs avancent vite sur le dossier des voitures autonomes. Et que la voiture de demain s’annonce assurément pleine de surprises...

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
jeangustave2598

La route n'est pas un jeu video . Les constructeurs partent dans une direction que Google a bien voulu ouvrir, et pour cause, pour ses intérêts. Cette direction ne me plait pas du tout. Je suis un passionné d'automobile, voir que l'on veut substituer le conducteur par un logiciel, et sutout nous emmener dans un monde virtuel ne me convient pas. J'ai bien compris ou tous ces grands groupes veulent en venir, bien entendu , poussé par les gouvernement. A terme, enlever le volant des humains, car ils sont jugés trop dangereux. Et bien désolé, on ne nous demande pas notre avis, on va nous imposer les chose, avec l'excuse de la sécurité. De ce futur , je n'en veux pas. Et j'espère ne pas etre le seul, car je ne vois pas beaucoup d'objections à cette technologie, tout le monde à l'air d'etre emballé. Mais quand les conducteurs comprendrons qu'ils ne pourront plus rien faire, plus rien diriger, et surtout plus avoir le dernier mot, ce sera trop tard. On ne sera meme plus libre de choisir son itinéraire , et dans ces lunettes, bien entendu, nous aurons des offres commerciales ou l'on nous fera passer devant certains magasins, car au préalable, les logiciels auront pris le soins d'analyser nos comportements et nos habitudes d'achats. C'est ca l'avenir. Je constate que tous ces informaticiens font tout pour donner l'impression que ce qui était fait avant était pas bien, et que leur inventions seront forcément les meilleures. Le reve va vite devenir cauchemard pour les conducteurs, si on aime conduire on ne pourra plus le faire, car les loies pro ordinateur et pro internet, feront tout pour nous dissuader de le faire, en mettant le prix des assurances à des tarifs prohibitifs. Et la ce ne sera pas du virtuel! mais bien du réel Autre point, ces lunettes que l'on voit portées, a terme, ne seront t'elles pas nocives pour la santé? Probleme de vision, perte d'équilibre , car on déconecte le serveau de l'humain dans ce monde virtuel, pendant des heures. On ne va pas me faire croire que c'est sans risque pour notre preception des choses, notament pour la vision. Risque d'étourdissement Pour conclure, les grands gagnants ce serons Google et tous ses partenaires. Je souhaite tout simplement ne jamais voir cette invention, car elle me fait peur et ne correspond pas à la voiture telle que je la veux

Julien SARBORARIA-

Le passager dispose d'une console avec joystick pour prendre les commandes du véhicule en cas de problème. C'était une sécurité obligatoire étant donné que le véhicule, qui n'est qu'un prototype, roulait sur une route ouverte à la circulation.

olivier35580

Bonjour, que fais exactement le passager lors de l'essai ? On voit nettement qu'il conserve la main sur une commande dès lors que le véhicule passe en autonome ?

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Renault