Vous êtes ici :

Voiture d'occasion : quelle Peugeot 208 acheter ?

Voiture d'occasion : quelle Peugeot 208 acheter ?

En tirant le bon numéro, Peugeot a gagné le gros lot. Comportement routier agile, ligne élégante et présentation moderne, habitacle et coffre suffisamment spacieux: la 208 sait tout faire et elle le fait bien. Le tout emballé à des tarifs attractifs en occasion

Page 1Voiture d'occasion : quelle Peugeot 208 acheter ? 


La disponibilité et les prix


Depuis son lancement en mars 2012, la Peugeot 208 emporte l’adhésion du public, et les acquéreurs d’un modèle d’occasion ont donc toute latitude pour dénicher chaussure à leur pied.

En grande majorité, les offres émanent du réseau Peugeot (voitures de démonstration, véhicules en stock immatriculés, retours de location...) et, dans une moindre mesure, des collaborateurs de la marque et de marchands indépendants. On note toutefois un déséquilibre du marché entre la faible disponibilité des versions à essence et celle, exponentielle, des diesels.

L’explication tient au fait que les nouveaux trois-cylindres à essence, le 1.2 VTi et le 1.0 VTi, ont été commercialisés tardivement (respectivement en septembre et fin 2012). Un contretemps préjudiciable alors que sur le segment des citadines polyvalentes, le sans-plomb reprend du poil de la bête. Néanmoins, il est possible de trouver des versions 1.2 VTi 20% sous le prix du neuf. Non commercialisées en France, les 208 1.4 VTi s’invitent également dans la liste des annonces.

Profusion de diesels

Représentant 80% des ventes, les moteurs diesels inondent le marché, notamment le petit 1.4 HDi de 68ch qui flirte parfois avec les moins 30% par rapport à un véhicule neuf, et ce avec environ 15 000 km au compteur.

Pour beaucoup, il s’agit d’anciens véhicules de location de courte durée en provenance d’Espagne. Le bloc le plus vendu, le 1.6 e-HDi 92, se négocie à des tarifs inférieurs d’environ 25% par rapport au neuf. Ce qui est également le cas du 1.6 e-HDi 115.

Comparativement aux remises accordées sur un véhicule neuf, leurs homologues d’occasion constituent donc des affaires en or.


La finition à privilégier


Malgré 9 cm de moins en longueur que la Peugeot 207, l’espace aux jambes à l’arrière gagne 5 cm et le volume de coffre 15 l. Du coup, elle affiche une belle
polyvalence.

Avec quatre finitions au lancement, la lecture de la gamme est des plus limpides. Et c’est encore plus facile pour l’acheteur d’un modèle d’occasion puisque l’offre est polarisée sur les finitions Active et Allure qui représentent près de 75% des ventes.

Excepté l’atout du prix, la livrée d’entrée de gamme Access est assez dépouillée en équipements. Elle sert principalement au constructeur à afficher un tarif attractif pour attirer le chaland.

Par conséquent, la finition Active est un passage obligé puisqu’elle dispose du minimum requis dans cette catégorie, à savoir la climatisation manuelle et une banquette fractionnable. L'Active a surtout l’avantage de proposer l’écran tactile qui fait l’originalité de la 208.

Mais pour profiter de certaines motorisations comme le 1.6 VTi ou le 1.6 e-HDi 115, le choix de la livrée Allure est imposé. Le supplément de prix se justifie par la richesse de la dotation (climatisation automatique, capteurs de pluie et de lumière...).

Mais pas seulement, car une fois habillée de la sorte, la 208 prend une autre allure avec ses jantes en alliage, ses pourtours de vitres soulignés de chrome, sa calandre spécifique et ses sièges sport.

Réservée aux 1.6 à essence et 1.6 e-HDi 115, la Féline fait le plein d’équipements. Peugeot comble aussi les amateurs de sport avec le retour de la griffe GTi ainsi qu’avec une version XY déclinée de cette dernière au niveau des trains roulants et du style. Elle n’est proposée qu’avec le THP 155 et les deux 1.6 e-HDi.*



Quelle motorisation choisir ?




Les choix de L’argus

  • 1.6 VTi (essence)
  • 1.6 e-HDi 92 (diesel)


La fiabilité de la Peugeot 208


Partant du principe que le zéro défaut est une chimère, la Peugeot 208 affiche un taux de garantie assez faible malgré des pépins de jeunesse qui ont touché les premiers mois de production courant 2012. Des problèmes agaçants, mais qui ont été pris en charge dans le cadre de la garantie.

À l’exception de la pompe à eau sur le 1.6 à essence, les motorisations sont épargnées par les avaries graves, les anomalies relevant principalement de la gestion électronique.

Les propriétaires se plaignent principalement du bruit dans le train avant et des cafouillages de l’inédit écran tactile regroupant les fonctionnalités multimédia.

Un bilan somme toute logique puisque la 208 s’appuie sur la base technique évoluée de la Citroën C3 II lancée deux bonnes années au préalable. Les risques sont donc limités comme le confirme le volume réduit de notes techniques correctives émises par le constructeur.


La qualité de finition


À l’extérieur comme à l’intérieur, la 208 se distingue par sa présentation élégante et moderne. Cette première (bonne) impression est toutefois vite tempérée après une inspection approfondie.

Si la robe flatte l’oeil, la réalisation n’est pas assez soignée au niveau des détails. Trop d’éléments de carrosserie sont mal alignés (boucliers, ailes, feux, joints et habillages des portes...). La remarque vaut également pour les cerclages chromés autour des vitres dont la fixation, lâche, laisse vraiment à désirer sur la version à trois portes.

À bord, les plastiques sont de bonne composition si l’on compare à nombre de ses concurrentes (Toyota Yaris, Renault Clio IV...). Cependant, leur traitement de surface n’est pas assez résistant aux rayures, ce qui est amplifié sur les intérieurs noirs.

Par ailleurs, les assemblages approximatifs de certains éléments génèrent des bruits de mobilier qui apparaissent même sur des véhicules de faibles kilométrages et laissent perplexes sur le bon vieillissement. À l’image des rossignols dans les panneaux de portes ou la planche de bord et des grincements du pommeau de levier de vitesses ou de l’accoudoir central avant. 

Bilan


 

Pourquoi acheter une Peugeot 208 ?


  • Comportement routier agile
  • Présentation moderne
  • Confort de roulage
  • Espace à bord satisfaisant
  • Volume de coffre
  • Agrément de conduite


Pourquoi hésiter ?


  • Réactions sèches des suspensions à basse vitesse
  • Qualité de finition
  • Bruit de roulement
  • Maniement de la boîte (BVM5)
  • Lisibilité des compteurs
  • Boîte manuelle pilotée


Les notes de L’argus


  • Qualité : 3/5

  • Fiabilité : 4,5/5

  • Au volant : 4/5

  • Vie à bord : 3,5/5


Note finale : 15/20

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (15)
gagnepaincf635

je possède une 208 hdi 92 urban soul dont je suis globalement satisfait; C'est une voiture confortable,silencieuse,économique 4,5 l/100 assez performante mais éteinte sous 1500 t/m ce qui pose problème lors des relance sur route départementale et plus le levier de vitesse est mou. J'apprécie la tenue de route ,la direction est un régal de précision,la position ne me pose aucun problème.La voiture est bien fini avec une belle présentation.Cette voiture à 40000 kms sans aucun soucis. Je trouve le coût d'entretien assez élevé(vidange,assurance).

KHALED1954

je possède une 208 , que j'ai conduit au sahara, la seule chose que je n'ai pas aimé c'est que cette voiture n'est pas étanche , le sable fin rentre partout dans la voiture les joints de portière sont pas étanche

un pseudo libre

je roule depuis juin 2013 avec 208 1,2 vti que du bonheur , direction epoustouflante de douceur, consamation faible,finition superbe, agrement sur route ou ville Merci a peugeot d avoir cree ce vehicule au confort d une grande.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
139 737 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !