Vous êtes ici :

Voitures d'occasion en location

Voitures d'occasion en location

Jusqu'alors réservée aux voitures neuves, la location avec option d'achat (LOA, Leasing) s'ouvre à l'occasion. Constructeurs et sociétés spécialisées visent un public jeune, peu attaché à la notion de propriété, cherchant une voiture récente et pouvant en changer fréquemment, le tout pour un loyer accessible.

Page 1Voitures d'occasion en location 

« Avec seulement 2 500 contrats de location avec option d’achat signés en 2013, pour financer des voitures d’occasion, il est clair que nous sommes face à un marché qui est loin d’être mature », explique Emmanuel Dussussois, directeur des ventes France, chez RCI, la captive financière du groupe Renault. « Pourtant, sur 2014, nous allons développer cette offre, via notre label Renault Occasion. Pour cela nous devons faire évoluer les mentalités du client VO, notamment l’amener à quitter sa culture de la propriété. »

Le leasing sur le VO : une évolution en marche

C’est clair, l’automobiliste français, contrairement à l’anglo-saxon, reste ancré dans le besoin d’être propriétaire de son véhicule. Une évolution en marche, car selon le Comité des constructeurs français d’automobiles, en 2013, la part du leasing « neuf » s’est établie à 19 % (19 % en 2012 et 16% en 2011), face au crédit. Assez anecdotique sur le marché de l’occasion, ce mode de financement devrait se démocratiser sur l’impulsion des constructeurs automobiles. Toyota, BMW/Mini, Mercedes/Smart ainsi que Volvo ont déjà franchi le pas, en proposant la LOA sur certaines occasions, notamment dans le cadre de leur label VO.

A lire : Budget automobile : crédit ou leasing ?

Des clients jeunes peu attachés à la propriété

Fiat, Citroën, Peugeot ou encore Renault, les généralistes, s’y collent plus largement, du VO récent à des modèles plus âgés ou affichant un kilométrage plus élevé, labellisés ou non. Tous y voient un bon moyen de faire tourner leur parc de retour de LOA, de location de longue durée (LLD) et de buy-backs (location de courte durée). Comme les sociétés spécialisées dans la LOA d’occasion, ils collent à l’évolution du comportement d’achat des clients, parmi les plus jeunes, moins attachés à la propriété, avec un budget mensuel serré et aspirant à changer régulièrement de voiture.

Comme la LOA « neuf »

Appliquée à l’occasion, elle répond à ce besoin. C’est un financement facile à mettre en oeuvre, car elle fonctionne comme pour le neuf. Elle se compose des mêmes éléments : offre préalable, délai de rétractation (14 jours), loyer mensuel, dépôt de garantie optionnel, valeur de rachat. Sa durée peut aller jusqu’à 72 mois, période s’ajoutant à celle de la location initiale (en général de 2 à 5 ans).


Des loyers attractifs

À partir du 13e mois, le locataire peut racheter le véhicule ou en changer. À l’échéance, il le restitue sans suite, le rachète ou reloue une occasion. La revente est un tracas de moins, quelle que soit la sortie de contrat. La différence réside dans le coût mensuel. Avec ou sans apport, à modèles identiques, le loyer mensuel sur une occasion sera souvent inférieur de quelques dizaines d’euros à la mensualité d’un crédit pour l’achat d’un VO. Il apparaît alors que le locataire peut s’offrir le luxe de rouler surclassé, en choisissant un modèle premium, soit une finition supérieure. Autre atout, le fait de pouvoir changer fréquemment de véhicule en profitant de modèles récents assure un bon niveau de sécurité au quotidien. Mieux, avec les VO qui entrent dans le cadre d’un label «constructeur», le locataire profite des services attachés à ce dernier (garantie, assistance…).

Toujours des contraintes

Car pour les autres, les options sont coûteuses. L’assurance est donc souvent laissée à la discrétion du locataire. Une garantie financière suffisante doit couvrir la perte totale du véhicule (accident, vol…), car à défaut, en cas de sinistre, les loyers devront être versés jusqu’à l’échéance. À la restitution, le suivi rigoureux et le bon état du véhicule restent capitaux pour chiffrer au plus bas l’éventuelle remise en état, même si le vendeur sait que le véhicule est une occasion. De la même façon, le locataire doit connaître ses besoins réels en termes de kilométrages à effectuer, car le moindre dépassement lui sera chèrement facturé.

A lire : La location avec option d'achat séduit les automobilistes



Des avantages…


  • Accéder facilement à des modèles premium

  • Profiter d’un loyer moins élevé qu’une mensualité de crédit

  • Bénéficier d’une extension de garantie, si celle du constructeur est échue

  • Éviter la saisie du véhicule

  • Revente ou reprise simplifiées.

… et des inconvénients


  • Des services optionnels chers

  • L’assurance « perte financière » (vol, destruction…) indispensable

  • L’entretien en option dans un réseau imposé

  • À la reprise, le véhicule doit être dans un état irréprochable

A lire :  Huit pistes pour acheter son véhicule d'occasion
Partager cet article
Mots clés
Commentaires
un pseudo libre

Bruno, cette comparaison ne vaut, à mon avis, que si tu te mets dans la peau du type qui a choisi la LOA comme mode de consommation. Il est clair dans l'exemple (qui n'est pas une généralité) si tu ne souscrit pas aux options et que tu renouvelles ou abandonne la LOA, a durée égale tu gagnes 1 000 euros... en cela la location semble intéressante. Si tu choisis de racheter le véhicule il est clair que c'est match quasi-nul à une cinquantaine d'euros près. Dans tous les cas tu as intérêts à entretenir la caisse, car avec la LOA si tu la rends en l'état, tu perds le dépôt de garantie et si tu l'avais acheté tu te retrouve avec une poubelle à revendre. Reste l'argument des constructeurs quant au client jeune sans esprit de propriété, ce sont les mêmes qui investissent dans la pierre, roule à vélo et loue une voiture ou covoiture en fonction de leurs besoins. je doute qu'ils "investissent " à perte dans une LOA ou un crédit...

un pseudo libre

C'est moi ou en regardant le comparatif (en image sous l'article) la LOA du véhicule d'occase reviens au même prix (à quelques euros près) qu'un emprunt classique... sauf qu'a la fin des 48 mois en LOA la concession récupère le véhicule alors qu'en emprunt vous avez encore une voiture à revendre au moins la moitié de la valeur initiale ? Si c'est le cas ça ne reviens pas du tout au même prix.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
151 280 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !