Voitures électriques. Des coûts d’entretien vraiment inférieurs à ceux des modèles thermiques ?
habillage
banniere_haut

Voitures électriques. Des coûts d’entretien vraiment inférieurs à ceux des modèles thermiques ?

Avec la voiture électrique, les constructeurs vous promettent des coûts d’entretien réduits. Une affirmation véridique si vous ne comptez pas forcément garder votre véhicule très longtemps. A plus long terme, la batterie et l’électronique embarquée engendrent encore de nombreuses incertitudes.

Publié le

Les voitures électriques promettent des coûts d'entretien plus bas que les modèles thermiques, mais le constat peut s'inverser lorsqu'elles prennent de l'âge.

Peugeot

Acheter un véhicule plus cher pour faire ensuite des économies à l’usage : pendant longtemps, c’est ce qui a fait le succès du diesel. Aujourd’hui, la voiture électrique tente de reprendre cet argumentaire à son compte. Pour cela, elle ne s’appuie pas uniquement sur les prix relativement bas d’une recharge à domicile. Ses coûts d’entretien sont aussi mis en avant. D’après Renault, ils seraient 20 à 35 % moins élevés pour une citadine à batterie comme la Zoe que pour son équivalent thermique. Un véhicule 100 % électrique comporte en effet beaucoup moins de pièces qu’un modèle alimenté à l’essence, au diesel, au GPL ou à l’éthanol. Il n’y a par exemple pas de véritable boîte de vitesses, hormis les Porsche Taycan ou Audi e-Tron GT. Elle est remplacée par un réducteur à rapport unique, beaucoup moins complexe. Il n’y a pas non plus de réservoir, ni de système d’échappement. Quant au moteur électrique, il ne comporte qu’une seule pièce en rotation, le rotor. Il est ainsi bien plus simple que les traditionnels blocs thermiques et n’a pas besoin d’autant de maintenance.

Des économies indéniables au départ

Media Image
Image

Avec un moteur électrique, il n'y a plus besoin de vidanger régulièrement l'huile moteur ou de remplacer les bougies.

Media Image
Image

Grâce au puissant freinage régénératif, les voitures électriques usent moins les disques et plaquettes.

Etienne Roville

Il n’est donc pas nécessaire de procéder à une vidange de l’huile moteur tous les ans ou tous les deux ans. Ni de remplacer périodiquement les bougies, le filtre à air ou la courroie de distribution, puisque ces pièces-là n’existent plus.

La chose qui va s’user, ce sont les roulements qui portent le rotor, mais ça ne va pas s’abîmer très vite, précise Michel Forissier, directeur ingénierie et marketing  chez l’équipementier Valeo.

Il évoque aussi un autre avantage déjà bien connu des propriétaires, l’usure moins rapide des disques et des plaquettes. Sur les véhicules électriques, le puissant freinage régénératif permet en effet de moins solliciter ces organes, tout en augmentant l’autonomie. Seuls les pneus peuvent parfois souffrir plus rapidement que sur un modèle thermique, à cause du couple important qu’ils ont à transmettre et du poids souvent élevé. Sur certains modèles, il faudra également prévoir de temps en temps une vidange du liquide qui sert à refroidir la batterie. Mais pas de quoi annihiler les économies effectuées sur d’autres postes de dépenses. D’autant que la multiplication des mises à jour à distance pourrait permettre de corriger certains défauts sans même avoir besoin de se déplacer.

La batterie comme épée de Damoclès

Media Image
Image

L'entreprise LKQ anticipe une progression assez lente du parc de voitures électriques, qui engendrera par ailleurs moins de dépenses en pièces détachées que les modèles thermiques entre 4 et 7 ans.

LKQ

Ce bilan très positif ne peut toutefois s’appliquer sans réserves que pour des véhicules assez récents. « D’après les projections, les propriétaires dépenseront 40 % de moins dans les pièces détachées pour des véhicules ayant entre 4 et 7 ans comparé aux véhicules thermiques. Mais comme les batteries de traction sont en général garanties 8 ans, elles ne sont pas incluses dans cette statistique », tempère Antonio Calvosa, vice-président stratégie et innovation de LKQ Europe. Or cette entreprise américaine, spécialisée dans la distribution de pièces et dans le recyclage, estime que 64 % de ces accumulateurs atteignent la fin de vie entre 10 et 14 ans. Tout en rappelant que le système de batterie haute tension représente près de 40 % de la valeur sur un SUV compact.

Media Image
Image

D'après l'entreprise LKQ, la durée de vie moyenne d'une batterie de voiture électrique se situerait entre 10 et 14 ans.

LKQ

Media Image
Image

Dans un SUV compact électrique, le système de batterie haute tension représente 40 % de la valeur des pièces détachées.

LKQ

Sur une voiture d’un certain âge, son remplacement pourrait donc excéder la valeur résiduelle du véhicule. Sans compter qu’il faut aussi prendre en compte de possibles défaillances sur d’autres composants complexes et coûteux, comme l'électronique de puissance chargée d’assurer la conversion du courant électrique. Quant aux pompes à chaleur souvent utilisées pour chauffer ou refroidir l’habitacle en optimisant l'autonomie, elles risquent aussi de demander davantage de maintenance qu’une climatisation classique, d’après Michel Forissier de Valeo.

Des accumulateurs réparables ou recyclables

Media Image
Image

Même si l'opération est délicate, certaines batteries de voitures électriques peuvent être réparées plutôt que remplacées en cas de défaillance.

Opel

Quand on sait que l’âge moyen du parc automobile français est supérieur à 11 ans, avec une immense majorité de moteurs thermiques pour l’instant, tout cela peut donner l’impression que les constructeurs jouent avec une sacrée bombe à retardement. Mais heureusement, il existe des lueurs d’espoirs. Plutôt que de remplacer intégralement l’accumulateur, il est par exemple possible, sur certains modèles, de changer seulement les cellules défectueuses.

Les batteries qui sont un peu endommagées ou un peu en difficulté, on doit pouvoir les réparer, je pense que ça va devenir essentiel, insiste Michel Forissier.

Il adresse au passage un petit tacle, sans le nommer, à Tesla et à son idée d’intégrer directement les cellules de batterie au châssis : « ce genre de chose n’est absolument pas réparable » , déplore l’ingénieur. Certaines productions chinoises qui se targuent d’intégrer jusqu’à huit composants différents dans un seul boîtier en prennent également pour leur grade. D’après lui, « il y a certains constructeurs qui jouent le jeu et d’autres qui ne le font pas, le marché se cherche encore.» Mais la profession des réparateurs automobiles est bien en train de s’organiser pour éviter de laisser passer le train de l’électrique. Tandis que Michel Forissier se veut aussi plutôt rassurant sur la possibilité de recycler à 100 % les accumulateurs. Comme les matériaux qu’ils comportent ne cessent de prendre de la valeur, on peut ainsi imaginer, à terme, que la revente d’une batterie usagée serve à financer une partie de son coût de remplacement. D’autant qu’une future législation européenne prévoit d’imposer aux constructeurs automobiles l’utilisation de matériaux recyclés dans leurs accumulateurs.

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Dunaze Le 20/11/2022 - 10:25
@sprinteur J'ai actuellement un Renault Master de septembre 2006 qui a sa batterie d'origine, je n'ai encore jamais vu ça ! 16 ans , c'est une Varta.
PhilCO Le 19/11/2022 - 11:44
la même étude concernant les hybrides va surement nous affoler !!... L'automobiliste de base, raisonnable et un peu économe va avoir bien des difficultés à se projeter dans son renouvellement de véhicule : beaucoup d'incertitudes, grande complexité jointe au sentiment de baisse de liberté de circuler, surcoûts en tous genres ( bonjour les stationnements ;-/// ). L'objectif final serait-il un gros coup de pouce au contrôle général des populations qui ira jusqu'au blocages ou limitations - par commande à distance !... - des VP et m^me de la trottinette aux autocars (!??...); ça s'ajoute à mon chauffe-eau maison qui va se désactiver... C 'est " Le Progrès " nous répète-t-on....
pemmore Le 18/11/2022 - 12:06
Bonjour, Neanmoins le risque de panne de l'électronique est très élevé et la garantie devrait être poussée à 11 ans. Plus la garantie de trouver un variateur bien au delà. La qualité du matos est à des milliers de milles d'industriels qui peuvent faire 200000 facile, je parle d'heures bien sûr. Ou parfois 40 ans. 24/24 7/7.
Voir tous les commentaires (8)