Voitures électriques d'occasion : des modèles à partir de 2 000 €
habillage
banniere_haut

Voitures électriques d'occasion : des modèles à partir de 2 000 €

Déjà éligibles à la prime à la conversion, les véhicules électriques d'occasion peuvent désormais profiter d'un inédit bonus écologique de 1 000 €. C'est une opportunité de faire de belles affaires, avec des modèles dès 2 000 €, voire encore moins dans les cas de figure les plus favorables !

Par Benjamin Defay
Publié le Mis à jour le

Les Renault Zoé de première génération sont désormais bien représentées sur le marché de l'occasion, et certains exemplaires peuvent revenir entre 1 000 € et 4 000 € grâce à la prime à la conversion maximale et au bonus écologique de 1 000 e.

[Mis à jour le 23/12/2020] Annoncée par Emmanuel Macron le 25 mai, la prime à la conversion exceptionnelle, limitée à 200 000 voitures, n'aura guère duré plus de deux mois. Mais si les règles du jeu se sont durcies dès le 3 août, les acheteurs de véhicules électriques, neufs ou d'occasion, au revenu fiscal de référence inférieur à 6 300 € peuvent toujours profiter de 5 000 € d'aide, tout comme les gros rouleurs (plus de 12 000 km par an) et ceux dont le trajet domicile-travail excède 30 km. Attention, le montant maximal est fixé à 80 % du prix d'achat : si vous trouvez un modèle à 5 000 €, vous ne l'obtiendrez donc pas gratuitement. Idem pour un hybride rechargeable (autonomie supérieure à 50 km). La principale obligation est de mettre à la casse un "vieux" véhicule, que ce soit un modèle essence d'avant 2006 ou un diesel d'avant 2011. Enfin, depuis décembre 2020, pour l'achat d'un modèle âgé de deux ans minimum, il est aussi possible de profiter d'un inédit bonus écologique d'occasion de 1 000 €. Attribué cette fois sans la moindre condition de ressource, uniquement pour les véhicules 100 % électriques (moins de 20 g/km de CO2), il peut même se cumuler avec la prime à la conversion si vous y avez droit.

A LIRE. Prime à la conversion 2021 : tout savoir sur le double barème

 

Ainsi, grâce à cette aide, de nombreux véhicules électriques deviennent plus abordables. Certains modèles neufs voient leur tarif divisé par deux grâce aux aides cumulées qui peuvent atteindre 12 000 euros, tandis que les occasions sont encore plus rentables avec des premiers prix dès 2 000 euros. A ce tarif, on trouve des modèles de la première moitié des années 2010. Certes leur autonomie est inférieure à celle des modèles de dernière génération (encore que…) mais cela n'est pas rédhibitoire dans le cadre d'un usage urbain et péri-urbain. Autre avantage, ils affichent des kilométrages assez faibles. Par conséquent, cette prime exceptionnelle est une aubaine pour les automobilistes qui cherchent une deuxième voiture pour la ville.

Retrouvez toutes nos annonces de véhicules électriques

 

Les bonnes affaires : entre 1 000 et 6 000 €

Sachez que l'offre sur le marché des véhicules électriques d'occasion demeure encore restreinte. Parmi les candidates, le choix peut se porter sur la Renault Zoé de première génération, qui représente la majorité des annonces en seconde main. Les premiers modèles (de 2013 à 2016), à l'autonomie assez modeste, s'échangent habituellement autour des 7 000 à 10 000 € (hors location de batterie) : si vous avez droit la prime à la conversion maximale (5 000 €) et y ajoutez le bonus de 1 000 €, vous pouvez ainsi obtenir certains exemplaires dès 1 000 € ! Les prix sont bien sûr variables en fonction de l'année et du kilométrage. Sachez par ailleurs qu'il est désormais possible de s'affranchir de la location en rachetant la batterie de sa Zoe d'occasion, même si cela se révèle très onéreux à court terme.

A LIRE. Comment racheter la batterie de sa Zoe ?

 

nissan leaf occasion prime conversion électrique
Les premières Nissan Leaf, des années 2011 à 2014, représentent de bonnes affaires : souvent peu kilométrées, elles sont vendues entre 9 000 à 10 000 € hors primes.

Une autre candidate est la première Nissan Leaf, dont on trouve des exemplaires de 2012, 2013 ou 2014, peu kilométrés, autour des 9 000 à 10 000 euros hors prime. Ainsi, grâce à la mise au rebut d'un véhicule ancien et au bonus, elle peut revenir à moins de 3 000 € pour les ménages aux revenus faibles et les gros rouleurs. Les modèles plus récents, juste avant le remplacement par la seconde génération en 2018, seront quant à eux plus chers. Comme pour le Kia Soul EV, on trouve des exemplaires de 2014 aux alentours des 12 000 à 13 000 €, ce qui peut ramener leur prix à 6 000 € grâce aux primes.

volkswagen e-up occasion prime conversion électrique
Les premiers exemplaires de la petite Volkswagen e-Up! (à partir de 2013) s'échangent dès 7 500 €. Cela permet de faire descendre le tarif jusqu'à 1 500 €.
peugeot ion occasion prime conversion électrique
En 2010, Peugeot lance la Ion. Elle se vendait à l'époque 35 000 euros neuve ! Aujourd'hui, on peut en trouver dès 5 000 € sur les sites de petites annonces.

Le segment des micro-citadines est également bien fourni : la triplette des Peugeot Ion / Citroën C-Zéro / Mitsubishi I-Miev se négocie à des tarifs très bas : on trouve certains exemplaires dès 5 000 € ! Mais ne rêvez pas, le plafond de la prime à la conversion étant fixé à 80 % du tarif, vous ne repartirez pas à leur volant sans rien dépenser. Toujours chez les citadines de poche, la petite Volkswagen e-Up! s'échange à partir de 7 500 €. Cela permet de faire descendre le tarif jusqu'à 1 500 €.

citroën c-zéro occasion prime conversion électrique
Elle était aussi déclinée chez Citroën avec la C-Zéro...
mitsubishi i miev occasion
Mitsubishi i-Miev.

Quant à la Smart Fortwo Electric Drive, elle se vendait à l'époque plus cher et n'est donc pas aussi bon marché mais elle peut également faire partie des choix, notamment sur la génération "450" (2009-2017) qui débute dès 6000 € sur la plupart des sites d'annonces. Pour avoir accès à la Fortwo EQ (génération "451") et à la cinq-portes Forfour EQ, plus récentes et mieux équipées, il faudra compter au minimum 11 500 € pour les premiers modèles de 2017. Cela peut permettre d'acheter une Smart de moins de trois ans pour un peu plus de 5 500 €, quand les neuves sont actuellement affichées à plus de 25 000 € hors bonus.

Pour plus de 10 000 €

Pour ceux qui ont un budget un peu plus conséquent, d'autres modèles s'offrent à eux. C'est le cas des voitures (citées précédemment) un peu plus récentes comme les derniers exemplaires de Renault Zoé de la première génération ou les Smart d'après 2015, mais aussi de certains véhicules plus coûteux à l'achat comme les BMW i3. Les exemplaires de 2013 à 2016 dont le kilométrage oscille entre 40 000 et 120 000 km sont disponibles autour des 15 000 €, ce qui ramène le prix à 9 000 € avec la prime à la conversion maximale et le bonus.

bmw i3 occasion prime conversion électrique
La BMW i3, plutôt chère à l'achat en neuf, peut coûter un peu plus de 9 000 € en occasion grâce aux aides.

On peut également citer des berlines compactes. Une Hyundai Ioniq de 2016 ou 2017 s'échange par exemple contre un budget de 18 000 €, soit 12 000 € avec les primes. Les premières Volkswagen e-Golf (dès 2014) se dénichent à partir de 15 000 € en général, soit un peu plus de 9 000 € lorsqu'un véhicule ancien est mis à la casse et que vous êtes éligibles aux aides maximales.

A LIRE. Quel véhicule électrique acheter en 2020 ?

hyundai ioniq occasion prime conversion électrique
La Hyundai Ioniq peut également faire partie des choix, même si elle nécessite un budget plus conséquent : un modèle de 2016 ou 2017 s'échange par exemple pour 18 000 €, soit 12 000 € avec les primes.
volkswagen e-golf occasion prime conversion électrique
Les premières Volkswagen e-Golf se trouvent en occasion dès 15 000 €, soit 9 000 € lorsqu'un véhicule ancien est mis à la casse grâce à la prime à la conversion de 5 000 € pour les ménages à bas revenus et les gros rouleurs.

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
amicaljm Le 01/06/2020 - 22:36
Nos dirigeants font tout pour ruiner l'économie française. La prime à la casse devrait être strictement réservée à l'achat d'un véhicule électrique au moins 75 % made in France. Autrement dit pas de prime à la casse tant que la batterie et le reste ne sont pas français. Ce serait la moindre des choses. D'autre part ces mêmes dirigeants ont commencé à fermer Fessenheim. Où allons-nous prendre l'électricité ? En Allemagne où elle est faite de charbon ? Bravo à ces fous qui nous gouvernent, la porte leur conviendrait avant qu'ils n'aient fini de nous ruiner
chuchede986 Le 01/06/2020 - 09:21
"mais cela n'est pas rédhibitoire dans le cadre d'un usage urbain et péri-urbain", "une deuxième voiture pour la ville", ce qui est rédhibitoire à utiliser une voiture dans ce cadre, c'est la pollution émise. Celle-ci est fonction de la masse en mouvement et quelquesoit le type de motorisation, seule la provenance des particules change (entre combustion, usure des pneus, usure des freins, usure de la chaussée et remise en suspension). Une voiture électrique plus lourde d'au moins 260 kg que la voiture équivalente (en catégorie) émet autant de particules.
jchab657 Le 01/06/2020 - 09:00
Et voila comment l' Etat français subventionne l' industrie chinoise ! Parce que les batteries, l' élément le plus coûteux de ces voitures restent fabriquées en Chine et payées au prix fort. Donc en subventionnant l' achat de ces véhicules on verse des dividendes aux chinois. ET c'est bien beau de vouloir un "Airbus" de la batterie en Europe...chiche...Qui va s'y coller en premier ? Pour le moment c'est "demain on rase gratis" car les mêmes écolos qui hurlent contre la voiture dite polluante crient tout aussi fort si on veut implanter une usine de batteries près de chez eux...quelle pantalonnade !
Voir tous les commentaires (3)