Voitures françaises : sont-elles encore fabriquées en France ? Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Voitures françaises : sont-elles encore fabriquées en France ?

Le made in France fait un retour en force. Pourtant ,plus de la moitié des modèles commercialisés dans l'Hexagone sont produits hors de nos frontières. Découvrez quelles sont les Alpine, Citroën, DS, Peugeot et Renault qui battent encore pavillon tricolore.

Publié le Mis à jour le

Quarante-deux. C’est le nombre de modèles commercialisés en France par nos quatre constructeurs tricolores. Et seulement dix-huit d'entre eux bénéficient du label « Origine France Garantie ». Les vingt-quatre autres sont fabriqués en Espagne, Maroc, Slovaquie, Slovénie, République Tchèque, voire dans des contrées lointaines comme la Chine, la Corée du Sud ou le Japon. Parmi ces pays, l’Espagne a la préférence de nos constructeurs qui y construisent dix modèles.


<<Lancez notre diaporama pour voir où sont fabriquées les françaises>>


Qui produit le plus en France ?

Voitures ds3 crossback : où est-elle fabriquée ?
DS3 CROSSBACK Lancé depuis mars 2019, ce SUV urbain est produit dans l'usine de Poissy, tout comme sa version électrique E-Tense.

Indéniablement, DS est le bon élève puisque 2 véhicules de sa gamme sur 3 est made in France. Suivent Renault (sept modèles sur quinze), Peugeot (cinq modèles sur onze) et Citroën (quatre modèles sur douze). Cet exode industriel ne fait que s’amplifier puisque PSA a ouvert une nouvelle usine à Kénitra au Maroc pour produire, parallèlement au site de Trnava en Slovaquie, la nouvelle 208 ainsi que la Citroën Ami. De même, la fabrication du Peugeot 2008 a été transférée de Mulhouse à Vigo en Espagne.

A LIRE. Où sont fabriqués les Renault ?


Une française « made in China »

DS9 : où est-elle fabriquée ?

La grande berline de DS sera lancée en fin d'année en provenance de Chine où elle est exclusivement fabriquée.

Le mouvement n’est pas fini puisque la grande berline de DS, la DS9 (lancée à l'automne 2020), sera uniquement produite en Chine puis importée en Europe en raison des faibles volumes de vente. Une stratégie déjà employée par Volvo pour la S90. Citroën fera de même avec la nouvelle Citroën C5 à l'automne 2021.

Pourquoi cet exode ? Le prix de revient des petits véhicules, sur lesquels la marge des constructeurs est la plus faible, est grevé par le coût de la dépollution des moteurs mais aussi celui des équipements de sécurité obligatoires pour décrocher les cinq étoiles aux crash-tests. Ainsi, l’organisme EuroNCAP en imposera de nouveaux (aide au maintien dans la voie, freinage d’urgence avec reconnaissance des piétons et des cyclistes…) à compter du 1er janvier 2020, et la liste s’allongera encore en 2022 (airbag entre les deux sièges avant...). D'ailleurs, la plus française des allemandes à savoir la Smart Fortwo, sera délocalisée du site d'Hambach pour être fabriquée en Chine en 2022 .


Le contre-exemple Toyota

Le groupe français n’est pas le seul à fabriquer ses véhicules urbains dans des pays à la main-d’œuvre compétitive. Audi A1, Ford Fiesta, Opel Corsa ou Volkswagen Polo sont assemblées en Espagne. Seuls Nissan et Toyota, avec les MicraYaris et Yaris Cross, démontrent qu’il est encore possible de produire ce type de véhicule en France.

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
leduc81 Le 10/04/2020 - 12:21
Il est certain que je n'achèterai pas un premium français du style DS9 fabriqué totalement en Chine pour des raisons évidentes d'éthique. C'est une véritable escroquerie économique de nier le savoir-faire français en la matière car il me semble que la France est encore un peu la patrie du luxe...
micheljosiane917 Le 09/04/2020 - 21:47
Il manque un élément dans l'article : d'où proviennent les pièces des véhicules qui sont montés en France. D'autre part, il me semble que le coût correspond à environ 7% du tarif d'un véhicule, cela demande vérification. Si, c'est le cas, les industriels font fabriquer à l'étranger par fainéantise intellectuelle.
Henri Le 09/04/2020 - 19:31
Après la pandémie qui touche presque tous les pays industrialisés, des questions légitimes vont se faire jour, tout particulièrement sur l'indépendance industrielle de la France, de l'UE. La trop forte dépendance vis à vis de la Chine devrait être un sujet central. Tous les européens auront en tête leur dépendance pour des masques, pour des médicaments… Les échanges commerciaux mondiaux sans être remis totalement en cause seront sûrement mieux structurés afin de parvenir à réduire sérieusement une dépendance lointaine d'un pays capitaliste sous un régime autoritaire communiste... Comment pourrons-nous encore concevoir que des matières premières européennes partent en Chine pour revenir ensuite en produits finis ? A la fois sur le plan industriel et sur le plan environnemental (45j de shipping x2... Bilan carbonne désastreux). Dans ces conditions, je crois fortement qu'une DS9 assemblée en Chine, expédiée par bateau en Europe pour être vendue à un prix premium ne sera pas bien accueullie. Les constructeurs automobiles européens ont tous les savoir-faire ici en Europe pour réussir des productions aux rapports qualité-prix éprouvés... Que la DS9 soit assemblée en Chine pour les marchés asiatiques a du sens, qu'elle le soit aussi pour l'Europe n'en a plus aucun !
Voir tous les commentaires (17)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...