Vous êtes ici :

Volkswagen Coccinelle : c'était mieux avant ?

volkswagen coccinelle
Trois générations et plus de 21 millions de modèles produits pour la phénoménale Coccinelle qui tire sa révérence.

La Coccinelle est bientôt morte, mais l'insecte le plus connu de la production automobile connaît toujours une popularité sans faille. Nous l'avons constaté en réunissant un magnifique cabriolet de 1960 et la série limitée Ultimate qui célèbre la fin de vie de cette iconique Volkswagen.

Page 1Volkswagen Coccinelle : c'était mieux avant ? 

L’histoire retiendra que c’est l’année de ses 80 ans que la fameuse Coccinelle annonce sa mort. Présentée à Berlin en 1938, la Coccinelle stoppera sa production en juillet 2019 après trois générations et plus de 21 millions de modèles produits. C’est une deuxième mort pour la Coccinelle qui avait déjà interrompue sa production entre 1986 et 1993. A l’époque, il s’agissait encore du premier modèle de première génération puisque ce n’est qu’en 1998 qu’est arrivée la New Beetle. Cette Coccinelle 2 au look néo-rétro a passé le relais en 2011 au modèle que l’on connaît aujourd’hui.

Coccinelle 1, lancée en 1938 (berline) et 1949 (cabriolet). Elle est produite au Brésil jusqu'en 2003 !
Coccinelle 1, lancée en 1938 (berline) et 1949 (cabriolet). Elle est produite au Brésil jusqu'en 2003 !
New Beetle, 1998-2011
New Beetle, 1998-2011
Coccinelle 3, 2011-2019
Coccinelle 3, 2011-2019

Point commun des trois de générations de Cox : une silhouette inimitable et reconnaissable entre toutes avec les ailes en demi-cercle, les flancs échancrés et le capot rebondi. Le premier modèle sera toutefois le seul avec la nervure sur le capot qui dessine les ailes de coccinelle. Il faut un livre pour raconter l’histoire de cette Volkswagen (d’ailleurs, il en existe plein…., nous retiendrons que la Coccinelle a motorisé l’Allemagne après-guerre au même titre qu’une Citroën 2CV en France, une Fiat 500 en Italie ou une Mini en Angleterre. Autant de modèles devenus des emblèmes de l’histoire automobile du XXe siècle et qui font aujourd’hui les beaux jours des collectionneurs. Au passage, on notera que le graal pour un amateur de vieille Cox est un modèle d’avant 1953 avec la vitre arrière en deux parties, dite « split windows ».

volkswagen coccinelle

Tout au long de sa formidable épopée, la Coccinelle aura vécu plusieurs vies : actrice de cinéma dans le rôle de Choupette dans « Un amour de Coccinelle », transformée en buggy pour amuser des milliers d’apprentis-pilotes dans les courses de Baja, babacool à l’époque hippie au côté du grand frère Combi ou maquillée (défigurée ?) à la grande époque du tuning. Mais son meilleur rôle sera sa propension à équiper les foyers en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud, alors que la New Bettle et la Coccinelle 3 changeront de cap : bye-bye les couches populaires et bonjour les amateurs de Lifestyle et les acheteurs à la fibre nostalgique.

Pour reprendre contact avec le modèle originel, nous avons choisi un cabriolet. Présentée en même temps que la berline en 1938, la Cox cabriolet été commercialisée en 1949 sous l’impulsion de deux célèbres carrossiers : Hebmüller et Karmann. Le second prendra rapidement le dessus et popularisera la Cox cabriolet avec sa fameuse capote repliée au-dessus de la poupe.

La Coccinelle cabriolet que nous avons à notre disposition est un superbe exemplaire américain qui date de juin 1960 et qui a été restauré en 2004. Son propriétaire actuel l’a déniché au fond de l’Utah avant de l’importer en France, il y a cinq ans. L’état du véhicule est parfait, jusque dans les moindres détails, et le look vintage est renforcé par la teinte d’origine Paprika Red. A peine assis à bord, on est transporté dans l’ambiance des années 60 et le soin de chaque détail rappelle une époque où le beau et le pratique faisaient bon ménage. Ce modèle est un régal pour les amateurs du genre et il est expertisé pour une valeur avoisinant les 40 000 €.

Pour le même budget que notre élégante mamie, on dispose de la Coccinelle Cabriolet Ultimate de 2018. Facturée 40 590 € avec le 2.0 TSI, cette série Ultimate célèbre la fin de vie de la voiture. Elle est produite à seulement 300 exemplaires, moitié en coupés, moitié en cabriolets. Notre cabriolet porte la plaque n°1… futur collector ! Pour cette série, Volkswagen met le paquet avec des équipements autrefois inconnus : phares bi-xénon, écran tactile, GPS et accès et démarrage mains libres. S’y ajoute un stickage spécifique sur les flancs de la carrosserie et une dotation plutôt haut de gamme (sellerie cuir Vienna, volant R-Line et jantes de 19 pouces).

volkswagen coccinelle ultimate

Malgré la richesse de la dotation, le charme du modèle de 2018 n’agit pas autant qu’avec la Cox originelle. L’ambiance intérieur trop sombre et le mobilier qui rappelle plus une Golf qu’une Coccinelle déçoivent. On est loin de l’ambiance épurée du premier modèle et des détails délicieux sont remplacés par des commandes sans âme. On note toutefois sur cette version Ultimate les cadrans d'instrumentation en tête de planche de bord, un détail sportif que l'on ne retrouve quasiment plus ailleurs. Sous son capot avant, notre Cox Ultimate cache un cœur de Golf GTI avec le 2.0 TSI de 220 ch. Un monstre, comparé au quatre cylindres à plat de 1 192 cm3  et 30 ch, installé à l’arrière de la Cox jusqu’en 1960.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Volkswagen Coccinelle