Volkswagen Golf GTD 5 portes : la force de l'âge
habillage
banniere_haut

Volkswagen Golf GTD 5 portes : la force de l'âge

La dernière GTD remonte à la Golf III, sortie en 1992. L'esprit est ici identique, le résultat bien meilleur.

Publié le Mis à jour le

Volkswagen Golf GTD

  • DIESEL
  • 170 ch
  • 29 000


 

Volkswagen Golf GTD - D.R.La Mazda 3 est sportive. La Lancia Delta, peut-être pas assez. En bonne Golf, la GTD réalise le compromis idéal. Et n'en fait ni trop, ni trop peu. Boucliers et calandre sont repris de la Golf GTI. Pas la sortie d'échappement, plus discrète, alors que les liserés rouges sont remplacés par du chrome. Idem pour les sièges, identiques en forme et en motifs, mais gris au lieu de rouges. Juste de quoi affirmer la robe, sans verser dans le tape à l'oeil.


 

 

La douceur en plus

 

De même, le moteur est puissant (170 ch), mais moins que nos deux compactes précédentes. La Golf reste ainsi sous la barre des 140 g de CO2, et peut intéresser une clientèle professionnelle (la taxe sur les véhicules de société est bien moins onéreuse sous ce seuil). Et sans offrir les performances de la Mazda, la vigueur du TDI suffit pour s'insérer sur voies rapides, doubler sans peine en montagne ou tenir des moyennes élevées sur autoroute allemande.


 

Championne de la synthèse, la Golf se montre donc plus recommandable que ses rivales, et bien plus que la génération précédente. Son TDI à injecteurs-pompe, brutal, altérait la douceur de conduite et la motricité sur les premiers rapports. Ce souci n'est plus sur la GTD à rampe commune, qui reçoit aussi un châssis retravaillé : le train avant est précis, le roulis, contenu, le freinage, mordant.


 

Dernière « plus-value » dans sa catégorie : la boîte robotisée DSG, pour 1 700 €. Subsistent deux petits défauts : une sonorité un peu trop présente en forte accélération, et un léger manque de vigueur sous 2 000 tr/min. Le tarif, élevé, n'en est pas vraiment un. Car la Golf se revend cher...

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours