Volvo XC90 T8 (2015) : zoom sur sa technologie hybride rechargeable
habillage
banniere_haut

Volvo XC90 T8 (2015) : zoom sur sa technologie hybride rechargeable

Le nouveau Volvo XC90 T8 surprend par sa sobriété, sa motorisation hybride rechargeable affiche 400 chevaux, pour une consommation réduite à 2,5l aux 100 km. Après une première présentation succincte au Mondial de l'Automobile, Volvo apporte quelques explications sur son fonctionnement.

Par Benoît Solivellas
Publié le

Le nouveau Volvo XC90 sera disponible au deuxième trimestre 2015. La version T8 sera la plus puissance mais aussi la plus sobre.

Le XC90 haut de gamme, c'est lui, le T8. Cette version se positionne comme le plus puissante mais aussi le plus économe des XC90, grâce à sa technologie hybride rechargeable.

Downsizing extrème

Première surprise, le bloc thermique est un petit quatre cylindres de 2 litres de cylindrée puisque Volvo a décidé de bannir les 6 et 8 cylindres de ses nouvelles productions.


Pour utiliser une telle cylindrée, la marque a optimisé au maximum le rendement du nouveau bloc 2.0 à essence, afin d'arriver à un niveau de puissance digne d'un haut de gamme d'une marque premium.
Avec l'aide d'un compresseur dédié aux bas régimes et celle d'un turbo officiant lorsque le moteur monte dans les tours, ce quatre cylindres développe 318 chevaux pour 400 Nm de couple. C'est énorme !

A lire. Les tarifs du nouveau Volvo XC90 2015



Une technologie hybride mieux intégrée

La partie électrique réserve aussi son lot de nouveautés et diffère sensiblement de celle utilisée sur la V60 Plug-in.

Ce système hybride reprend le même principe mais dans une forme plus aboutie. Par exemple, la batterie de traction n'est plus dans le coffre mais dans le tunnel de transmission. Une position astucieuse qui permet de ne pas empiéter sur le volume de l'habitacle (la troisième rangée d'assises est toujours présente), tout en assurant une bonne protection aux cellules lithium-ion en cas de choc.

Le moteur électrique (60 kW et 240 Nm) reste positionné sur le train arrière et assure une traction intégrale comme sur les Peugeot et Citroën Hybrid4. Mais il est désormais épaulé par un autre module électrique, un gros alterno-démarreur (34 kW et 150 Nm) dont le rôle est de récupérer de l'énergie en décélération et d'assurer des coups de boost en accélération.

La batterie est quant à elle légèrement moins importante que sur la V60 (9,2 kWh contre 11,2 kWh) et assure une autonomie théorique de 40 km. Son temps de charge sur une prise domestique varie de  2,5 à 6h suivant l'ampérage choisi.

 

Plusieurs modes de fonctionnement

Pour le conducteur, le fonctionnement de cette mécanique complexe est complètement transparent, mais il reste possible de prendre la main via quatre modes de conduite.

Batterie chargée, le mode « Pure » permet de rouler uniquement à l'électricité, à condition de ne pas écraser l'accélérateur.

"Save for Later" permet, au contraire, de ne pas activer le mode électrique et de conserver la charge de la batterie pour une utilisation ultérieure, en ville par exemple.

Le mode « Power » fait appel à la puissance des deux moteurs et peut alors grimper à 100 km/h en 5,9 secondes. Enfin, le mode AWD se charge de coordonner train arrière électrique et moteur thermique, pour assurer une traction intégrale.

Bien entendu, la consommation de carburant variera suivant le mode activé et le niveau de charge de la batterie. La moyenne de 2,5l aux 100 km reste théorique et reflète une utilisation mixte, en mode électrique et hybride. Cette valeur grimpera très nettement lorsque le SUV roulera batterie vide, sur voie rapide. Il ne pourra alors compter que sur son quatre cylindres essence pour supporter les 250 kg additionnels de la mécanique électrique.


3 questions à Per-Arne Reinholdsson, directeur technique du programme hybride de Volvo


Pourquoi le XC90 T8 utilise-t-il une plus petite batterie que la V60 Plu-in ?

Choisir la capacité d'une batterie est une histoire de compromis, entre son encombrement et les besoins des utilisateurs. Il ne faut pas qu'elle soit trop imposante tout en restant suffisamment importante pour offrir une autonomie intéressante. Idéalement, lorsque la batterie du XC90 est recharge deux fois par jour (le soir et dans dans la journée), 62% des trajets quotidiens peuvent être effectués en mode électrique, sans aucun sacrifice au niveau du coffre. Cette équilibre nous a semblé pertinent.

Quel est l'avenir de l'hybride diesel ?

Nous avons choisi d'utiliser un moteur essence sur ce XC90 T8 car c'est la technologie la plus répandue dans le monde et notamment aux États-Unis qui représente le premier marché pour ce modèle.

C'est donc un choix purement marketing mais il est techniquement possible d'adapter ce nouveau dispositif à notre nouveau moteur diesel. Mais aujourd'hui, nous n'avons pris aucune décision quant à cette éventualité.

D'autres Volvo pourront recevoir ce système hybride ?

Oui, c'est justement l'un de ses avantages. Cette motorisation a été développée en même temps que la nouvelle plateforme modulaire SPA, utilisée sur le XC90. Tout est donc nouveau et pourra être réutilisé sans contrainte sur les prochains modèles.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
dkhondji260 Le 09/07/2015 - 01:35
Article intéressant mais j'aimerai surtout avoir des nouvelles sur une future XC70 Hybride/essence. Aucun interêt our le diésel qui est très dangereux pour la santé publique.
chbo912 Le 28/03/2015 - 14:55
bonjour. J'aimerais savoir quand ce modèle sera disponible à Montréal et une idée du prix si possible. (faudra-t-il être sur une liste pour pouvoir L'acheter dès sa sortie comme ce fut le cas pour ma Volt?)
Voir tous les commentaires (2)