Radars discriminants : définition, emplacement et comment réagir ?

voir les photos
emplacement radars discriminants
Qu'est-ce que les radars discriminants?

Depuis déjà de nombreuses années, les radars fixes flashent les automobilistes en excès de vitesse à la place des forces de l'ordre. Ils se sont perfectionnés au fil des ans et sont à présent capables de flasher dans plusieurs sens, mais pas que...

En plus des modèles « classiques », on parle désormais de radars discriminants. Ces appareils de mesure sont capables de faire la différence entre plusieurs types de véhicules.

Qu’est-ce qu’un radar discriminant ?

Le radar discriminant est capable de faire la différence entre plusieurs types de véhicules, et plus particulièrement distinguer les poids lourds des véhicules légers ou les motos. Leurs caractéristiques techniques leur permettent d’identifier le volume de certains véhicules. Selon la sécurité routière, les radars discriminants sont également capables d’agir sur plusieurs voies et d’identifier avec certitude le véhicule en infraction dans le cas où plusieurs apparaissent sur le cliché. C’est le cas par exemple si vous êtes dépassé juste à hauteur du radar par un véhicule en excès de vitesse, ce qui arrive somme toute assez régulièrement. Les premiers radars discriminants sont apparus début 2012.

Où peut-on trouver des radars discriminants ?

Pour qu’ils soient efficaces et légitimes, les radars discriminants doivent être placés sur les routes ou portions de route où la vitesse maximale autorisée est différente selon qu’il s’agisse d’un poids lourd ou d’un véhicule léger. On parle de poids lourd pour les véhicules de transport de marchandises ou de personnes ayant un PTAC (poids total autorisé en charge) supérieur à 3,5 tonnes. Lorsque par exemple une commune est traversée par une route à 2 × 2 voies, il arrive souvent que la vitesse soit limitée à 70 km/h pour les VL (véhicule léger) et seulement à 50 km/h pour les poids lourds. Le radar discriminant est donc capable de faire la différence entre ces types de véhicules. Sur les routes où la vitesse maximale est la même pour tous les véhicules, le radar discriminant n’a aucun intérêt. Mais avec les récentes mesures du gouvernement, les radars discriminants se perfectionneront encore davantage et seront également capables de faire la différence entre un non-port de ceinture ou bien l’utilisation d’un téléphone portable.

Bon à savoir : ils sont capables de contrôler dans les deux sens également
Les radars discriminants, uniquement lorsqu’ils sont équipés d’un double système de mesure et selon les endroits, sont capables de contrôler également dans les deux sens.

Sont-ils fiables à 100 % ?

Comme tous les modèles, les radars discriminants sont très fiables, mais les contraintes techniques imposées par la réglementation risquent parfois d’entrainer des erreurs d’appréciation, particulièrement en début d’installation, lorsque le calibrage n’est pas affiné. Pour différencier les véhicules, le radar tient compte du volume, sachant qu’un poids lourd a en principe une longueur de 8 mètres et une hauteur de 2 mètres au minimum. Le « zéro erreur » est donc peu probable et il arrive que des véhicules légers soient flashés comme poids lourds, notamment pour ce qui est des fourgons de gros volumes. Les études montrent qu’en moyenne 10 % des VL risquent d’être discriminés dans la catégorie PL (poids lourd), chiffre somme toute non négligeable.

Comment réagir lorsqu’on est flashé à tort ?

Dans un premier temps, sachez qu’il est peu probable que le propriétaire d’un véhicule léger reçoive une contravention alors qu’il a été discriminé comme PL. Les P.-V. pour erreur de discrimination ne sont jamais envoyés, car une vérification est faite en amont par rapport aux informations figurant sur le certificat d’immatriculation. Si toutefois quelqu’un devait passer entre les mailles du filet et recevoir à domicile un avis de contravention, il faut contester sans tarder conformément aux instructions figurant sur cet avis.

Les radars sont de plus en plus nombreux sur les bords des routes françaises, mais ils sont également de plus en plus perfectionnés. Le fait qu’ils soient discriminants permet de mieux contrôler la vitesse des PL. Et en particulier lorsque la vitesse maximale autorisée est inférieure à celle des VL sur certaines routes. En plus de leur rôle sécuritaire, ces radars discriminants permettent aussi de fluidifier le trafic à certains endroits.

Les points-clés à retenir sur les radars discriminants :

- Les radars discriminants savent faire la différence entre plusieurs catégories de véhicules, notamment les véhicules légers et les poids lourds.
- Ils sont utilisés sur les portions de route où la vitesse maximale autorisée est différente selon la catégorie de véhicules (souvent les routes à 2 × 2 voies traversant une agglomération).
- Les erreurs d’appréciation sont possibles et il peut arriver qu’un VL soit discriminé comme PL. Si l’erreur est en principe rectifiée avant l’édition de l’avis de contravention, il faut impérativement contester l’amende en cas d’éventuelle réception à domicile.

Partager cet article
À lire aussi
Annonces auto
353 556 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !