L’Argus : cote auto, voiture d’occasion et actualité auto

Le gaz à l'honneur du contrôle technique 2011

Répondre
  • un pseudo libre #2 23-02-2012 06:53:00

    "60,25% fonctionnaient au diesel, et seulement 36,27% à l'essence Le parc à essence veillit donc plus vite que celui au gazole."

    Cela ne veut rien dire du tout, vue que 7 voitures, vendu sur 10 sont des Diesel...

    Bon courage

    0
  • un pseudo libre #3 23-02-2012 20:10:00

    "A elle seule, la fonction "gaz" représente 37,09% des contre-visites prescrites !" PARMI les véhicules GPL! De plus il est "normal" si j'ose dire, de constater que la date de réépreuve du réservoir est souvent dépassée, mais ça ne l'est que pour les installations GPL d'avant 2001. Enfin, pour le "fonctionnement impossible au GPL", sachant que Renault a une très grosse partie du parc GPL, et que leur installation GPL était de très mauvaise qualité... c'est pas étonnant!

    0
  • un pseudo libre #4 24-02-2012 14:41:00

    Encore un article de l'Argus pour stigmatiser le GPL.
    Au lieu de promouvoir ce qui est le meilleur compromis écologique (pas d'odeur, pas de particules fines cancérigènes, pas de NOx, ...), l'argus insiste sur des défauts concernant... des véhicules de plus de 10 ans, puisque depuis 2001 et la nouvelle norme, il ne faut plus rééprouver les réservoirs de GPL . Et c'est ce défaut que brandit l'Argus...

    Pour ce qui est du dispositif de remplissage détérioré, c'est le plus souvent seulement le seul cache plastique qui se visse sur l'orifice de remplissage de réservoir, qui est manquant.

    Enfin, pour ce qui est du fonctionnement au GPL impossible, on ne peut rien faire contre le neu-neu qui a un véhicule ne fonctionnant pas au GPL et qui va quand même le passer au CT...

    Bon, l'Argus, faites plutôt un article comparant tous les rejets nocifs pour la santé (et pas le seul CO2) entre trois véhicules comparables, fonctionnant à l'essence, au GPL et au diesel, après vous deviendrez plus crédible.

    0
  • un pseudo libre #5 24-02-2012 14:42:00

    80 % des véhicule vendu aujourd'hui nous polluent les poumons avec leur particules en roulant au gasoil donc forcément plus de véhicules diesel au contrôle que les autres.
    Et forcément aussi que les pneus d'un même train ne s'usent pas pareille le droit souffre beaucoup plus et nous n'avons plus le droit de les permuter en les croisant.
    C'est parce que les intervenants ne se donnent la peine de jouer sur la molette de réglage, que les feux de croisements sont mal réglés, aberrant de passer en contre visite pour cela
    Quand à vos conclusions sur les véhicules au gaz, elle sont encore plus délirantes

    0
  • un pseudo libre #6 24-02-2012 14:58:00

    Je cite:
    "Bon, l'Argus, faites plutôt un article comparant tous les rejets nocifs pour la santé (et pas le seul CO2) entre trois véhicules comparables, fonctionnant à l'essence, au GPL et au diesel, après vous deviendrez plus crédible".
    Personnellement, je suis repassé à l'essence, car je ne veux pas participer à ce que j'appelle "amiante n°2" du aux FAP des diesels ... Je ne souhaite pas expliquer à mes enfants que leurs poumons sont fichus à cause d'un système qui ne fait que "cacher la misère", mais recrache les mêmes particules, rebrulées tous les 500 km environ avec une post-injection de gasole, et si fines que l'on ne les voit plus ...
    Alors, ne crachez pas sur le GPL s'il vous plait !
    A bon entendeur
    Est-ce cela l'écologie, rendre le danger invisible ?

    0
  • un pseudo libre #7 24-02-2012 15:35:00

    Voici encore un exemple d'utilisation un peu rapide de chiffres qui contribuent à propager des informations fausses ou des craintes injustifiées.
    Je suis propriétaire de plusieurs véhicules au GPL. Au contrôle technique, certains ont été recalés à la première visite alors que tout fonctionnait parfaitement  simplement parce que le réservoir de GPL est couvert par une plaque de bois vissée .
    Les contrôleurs n'étant pas habilités à dévisser quoique ce soit, cela était un motif de contre visite pour "impossibilité d'accès ou de contrôle". Ce n'était en aucun cas lié à un quelconque dysfonctionnement.
    Voilà comment on peut faire monter injustement les statistiques de défauts concernant le GPL.
    Je pense qu'un bon travail journalistique serait justement d'analyser les causes pour rétablir une vérité qui n'est , dans le cas présent, pas traduite par les chiffres bruts.

    Ecoloc

    0
  1. 1
Écrivez votre message ci-dessous