L’Argus : cote auto, voiture d’occasion et actualité auto

80 km/h. Pas moins de morts sur les routes selon une nouvelle enquête

Répondre
  1. 1
  2. 2
  • ggaudy061 #1 15-09-2021 17:28:00

    Quel effet a eu la mise en place du 80 km/h ? La Ligue de Défense des Conducteurs s'est plongée dans les statistiques d'accidentologie, département par département, pour voir si, comme le claironne la Sécurité routière, « 349 vies ont été sauvées ». Leur verdict n'est pas aussi glorieux.

    Lire la suite : 80 km/h ...
    0
  • Rody 76 #2 15-09-2021 19:00:06

    Pas etonnant de la part de l etat menteur

    0
  • Excalibur83 #3 16-09-2021 07:17:55

    La vitesse est effectivement un facteur d'accident mais, et surtout, c'est l'inadaptation de la vitesse à l'environnement qui en est la cause, pas sa valeur. Associé à cette vitesse inadaptée, c'est aussi le manque d'attention qui cause le plus de perte, à mon avis, ainsi que l'absence d'anticipation. Il n'y a qu'à regarder le regard vide de certains quand ils conduisent, quelle que soit la vitesse... Et que dire de ceux que je double sur route et qui m'auront rattrapé après avoir traverser le village suivant...

    0
  • Landais #4 16-09-2021 09:07:48

    Tout à fait d’accord avec cet article.
    Il ne faut pas oublier que fixer des limites et les faire respecter sont 2 sujets bien différents et que l’on gagnerait beaucoup sur le sujet des accidents à faire respecter les vitesses limitées, en particulier lorsqu’elles sont fondées.

    0
  • eurpastmp392 #5 16-09-2021 09:37:53

    8 départements stables, 39 départements à la hausse, cela fait quand même 50 départements à la baisse (si j'ai bien compté sur le tableau). C'est donc la baisse qui est majoritaire en nombre de départements concernés.
    qu'on soit contre, je le comprends. Mais qu'on manipule les chiffres pour tenter de convaincre les gens, ce n'est pas du journalisme très sérieux...

    0
  • observateur #6 16-09-2021 09:43:35

    Il faudrait enfin que le bon sens revienne à nos représentants. En effet, cette façon de laisser à penser qu'il n'y a qu'à eux qu'incombe la vérité et quelle vérité. Celle de faire croire que la vitesse est mère de tous les vis tout en effaçant du revers de la main les autres causes responsables des accidents. Causes qui sont connues mais vis à vis desquelles on ne veut pas ou on ne peut pas mettre en œuvre les moyens humains ou matériels nécessaires. Et puis 80 et 90 il n’y a pas d’abysse entre ces deux chiffres d’où un retour presque indispensable à l’ancienne réglementation pour laquelle des départements ont déjà souscrit. Mais qu’attendent les autres... !

    0
  • jchab657 #7 16-09-2021 10:44:56

    Je suis statisticien et cela fait des années que je dénonce y compris auprès des politiques l' imposture de la politique de répression routière,les arguments faux de l' ONISER et leurs statistiques "interprétées".

    Du coup la responsabilité de la conduite échappe de plus en plus aux conducteurs alors que  ça devrait être le contraire. NOUS sommes responsables et pas eux: Etre attentif aux autres, rester maître de sa vitesse et l' adapter aux circonstances. Des axiomes simple mais qu'on enseigne pas.

    Et si rien ne va dans ce sens, c'est tout simplement parce que ces technocrates font tout pour conserver leur prérogatives sans que jamais on ne donne la parole à ceux qui ont une autre vision, à ceux qui sauraient expliquer comment on peut facilement biaiser les chiffres
    Nous sommes en démocratie parait-il ? Pas sur la route ou s'est installée une dictature technocratique. Je pourrais donner dix exemples d' affirmations inexactes.
    mais ce n'est pas l'endroit.

    Rien que les questionnaires remplis par les gendarmes lors des accidents sont tendancieux, on y mélange par exemple "vitesse excessive " ce qui ne veut pas dire dépassement de la vitesse réglementaire et "défaut de maitrise du véhicule". Ou encore "il est facile de comprendre qu'un choc est plus violent à 90 qu'à 80"...sauf que jamais ça ne se passe comme ça: Dans la vraie vie la vitesse résiduelle au moment des impacts est fonction de l' aptitude des conducteur à gérer l' urgence, et ça bien sûr nul n'en parle.

    Bref la sécurité c'est nous, c'est notre responsabilité, pas celle des bureaucrates, mais ces derniers sont très actifs dans la préservation de leurs prérogatives, de leurs bugets et soutiennent en sous-main quelques associations tataouine qui ne font que crier haro sur l' auto, que d' hurler à la violence routière. Ces gens sont des irresponsables car lors d'un éventuel accident c'est à nous que revient d'essayer d' éviter le pire, pas à eux et à leurs sinistres acolytes de dite "prévention routière"

    0
  • Archigroom #8 16-09-2021 17:41:51

    Extrait du rapport de la Ligue de Défense des Conducteurs :
    « Sur les 101 départements de métropole et d'Outre-mer, 4 n'étaient pas concernés : Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val de Marne.
       
    Sur les 97 départements concernés, voici les chiffres :
       
    Dans 1 département sur 2 passé à 80 km/h (47 % pour être précis), la mortalité routière a stagné (8 départements) ou s'est aggravée (39 départements) !
       
    Dans les départements "positifs", on note une amélioration de 28 % de la mortalité routière, le nombre de tués passant de 1 297 à 937.
       
    Quand dans les départements "négatifs", on note une dégradation de 27 % de la mortalité routière, le nombre de tués passant de 728 à 923.
       
    Les 8 départements "neutres" ont une mortalité routière restant à 183.
       
    Ces résultats diamétralement opposés selon les départements démontrent une fois de plus, à quel point il est faux d'établir un lien mécanique entre vitesse et mortalité routière… »
    D’un côté 300 vies épargnées, de l’autre 200 victimes supplémentaires, l’étude démontre clairement l’inefficacité de la réduction de la vitesse à 80 km/h.

    0
  1. 1
  2. 2
Écrivez votre message ci-dessous