L’Argus : cote auto, voiture d’occasion et actualité auto

pot d'échappement à droite, sous le nez des piétons!

Répondre
  • jeanthevenet #1 01-08-2007 09:20:34

    bonjour à vous tous. voici un sujet à ébruiter tant est apparu ÉNORME le manque d'égard des constructeurs d'auto vis à vis de ceux qui ne sont pas leurs meilleurs clients, ceux qui sont donc... à pieds ou à vélo sur le bord des routes... ceux qui, bien qu'aillant une voiture circulent autrement , et donc l'usent moins  et payent moins.

    le pot d'échappement à droite, sous le nez des cyclistes, et déversant les gaz directement sur le trottoir...

    (le véhicule symbole du... pire, le C8 de citron haine), il crache énormément, défaille en qualité de combustion lors des régimes transitoire et a deux pots; à droite, et c'est un constructeur... français! (pays où l'on roule à droite)

    Le font t'il exprès pour vous dégoutter de ne pas être à l'abri dans la voiture?

    Imaginez vous piéton ou cyliste. Le simple fait qu'une voiture qui vous double ait le pôt à gauche ou à droite change pas mal de choses: faut t'il expliquer? si il est à droite il se trouve sous le nez du cycliste qu'on double, et la situation d'alignement de sillage avec celui du cycliste est la règle, le cycliste roulant exactement dans le sillage du pots "à droite" des voitures si il est sur la route. Le pot d'chéppement, à droite fume, bien évidemment, au plus près des trottoir des piétons. Or, alors que toutes les voitures avaient dans le passé le pot à gauche, par égard aux piétons et cycliste c'était si évident qu'on ne se posait même pas la question, il s'avère que la citroen C3 récente, le renaud kangoo, quasiment toutes les toyota récentes, certaines BMW, presque tous les quatre quatre en général ont... le pot à droite. (les anciennes voitures ont presque toute le pot à gauche)
    Résultat, si vous ne l'avez pas constaté vous même, cela n'apporte aucun avantage aux automobilistes sauf peut etre pour rouler la fenètre ouverte coté conducteur, chose qu'on ne fait presque plus avec la clim... En contrepartie, le choix du pot à droite offre une gêne très augmentée pour les piétons et les cyclistes et même, les automobilistes eux même.
    j'ajoute encore une autre remarque inhérente au phénomènes de ventilation, de convection et de différence de température: si l'air pollué est rejeté au bord de la route, c'est à dire sur les trottoirs, les murs des maisons, les fossés d'herbe ou de brousailles, en général il va rester concentré plus longtemps car le vent balaie moins le bord de la route que le milieu. Comme la route est presque toujours plus chaude que la végétation et les murs du fait de son orientation au soleil, les masses d'air pollués vont ensuite se rendre peu à peu au milieu, croisant donc la trajectoire de tous les utilisateurs de la route avant de monter dans l'air chauffé par la route.
    Au contraire, avec le pot à gauche, l'air, déjà placé près du milieu de la route monte plus directement sans croiser les trajectoire des véhicules, ou moins.
    Il serait intéressant de quantifier la différence de concentration moyenne de polluants respirés par un cycliste ou piétons lors de cohabitation avec voitures "pots à droite" et voiture "pot à gauche".

    que l'on ne fasse pas le moindre égard aux non-automobilistes, voir même que l'on concoive les voitures pour dissuader les sans-voitures de perdurer dans leur façon de se déplacer s'explique. Si on concevait des voitures qui n'incitent pas à rouler en survitesse sur le réseau routier, qui ne rejetaient pas autant de gaz d'échappement, il y aurait à coup sur 10 à 20 fois plus de cyclistes et de piétons qui non seulement gêneraient les automoblistes, mais qui surtout useraient moins, donc consommeraient moins dans l'automobile...

    une chose est sure: En plaçant le pot à droite et en concevant les habitâcles de sorte que on aille spontanément trop vite tout en frôlant piétons et cyclistes, on respecte les normes tout en maintenant cependant un niveau de gêne extérieure sufisamment élevé pour empêcher "les récalcitrants" de se passer de voiture tant est dissuasif le fait de se trouver en bordure de route... donc en préservant un marché lucratrif. (si c'est par hasard qui du coup leur rapporte ça tombe bien, surtout rien dire et rien changer)
    Les constructeurs semblent jouer fino, personne ne remarque le détail qui fait la grosse différence, comme c'est le cas pour le comportement violent induit par l'habitacle (une personne prudente et calme devient malgré elle un chauffard faute de sensation prioceptives).

    le seul témoignage que j'ai trouvé, de Ayoub Bacherki, date de 2005
    "Quand j'étais au Lycée, je me demandais pourquoi les bus et camions au Maroc avaient leurs pots d'échappement à droite et non à gauche. Le malheureux piéton inhale les excréments de ces boites ambulantes, à chaque croisement, sur n'importe quel trajet sur un trottoir, s'il existe."
    remarque restée sans réponse.

    Le modèle de la voiture
    Panne auto mécanique et entretien
    0
  • JCDA81 #3 01-08-2007 10:09:05

    Bonjour, Savate 2D

    Le Popo crache à droite, il me semble....

    Enfin pas  celui de Titi 31 qui crache au centre, mais c'est un proto !!!!

    0
  • Golfiste #4 01-08-2007 10:26:46

    n'oubliez pas aussi la conspiration des "vehiculesQuiOntUnEchappementAGaucheMaisQuiRoulentDansLesRuesAUneSeuleVoie"  ....

    :2sur20:

    0
  • jeanthevenet #5 01-08-2007 10:30:03

    le hasard? non... on faisait, dans le temps un peu plus attention aux piétons et cyclistes: ils existaient et on en tenait compte.
    je me rapelle quand on a arrêté de payer l'assurance obligatoire pour les vélos...alors que on pouvait être heureux de ne plus avoir ce petit frais obligatoire à payer, ma mère disait: "c'est grave ça, on ne va plus avoir le droit d'exister"

    maintenant les "se déplaçant sans voiture" n'existent plus où c'est comme si, sinon, peut être que on influencerait plus le hasard pour éviter une gêne inutile! Si c'est par hasard, cela prouve, déjà que les sans voiture comptent même pas pour beurre dans la conception des voitures, et c'est bien ça qui est un peu scandaleux.
    c'est quand même pas bien malin d'imaginer un quatre quatre qui roule à coté d'un trottoir ou se trouve piétons et pousettes quand, lors de la conception on décide une fois pour toute l'emplacement du pot, d'une série de centaines de milliers d'exemplaires qui vont longer des milliers de kilomètres de trottoir, surtout que le quatre quatre est de plus en plus vendu en ville!
    le quatre quatre est aussi destiné à aller sur des chemins un peu paumés, de montagne, ces chemins ou justement il y a plus de piétons, de marcheurs, et autres fuyards des routes. alors? pourquoi le pot à droite?

    connaissant le coup des voitures noires pour mieux lancer la climatisation (je le sais volontaire par une personne de ma famille qui bossait dans le marketing avant "l'opération"), je ne serais pas étonné du placement du pot à droite, préférés quand "ça tombe bien" pour éviter une trop rapide évolution d'autres moyens de transport qui porterait atteinte au commerce des voitures...
    cela vaut surtout pour les constructeurs qui exportent vers des pays qui sont en train de s'industrialiser. j'ai vécu, au pays justement ou la savate deux doigts et chaussures nationale comme la biere bourbon est aussi boisson nationale. J'y ai vue la conversion tout piéton- tout automobile, au point de fuir cette île devenue alors trop chère à vivre. Les "récalcitrant"" trouvant trop long de marcher sur le bord des routes ont bien du s'y mettre aussi. (et le phénomène a même été amplifié par la destruction, volontaire, de sentiers qui permettaient d'éviter la route mais ne désservant pas les zones touristiques des hauts, pour des "raisons de sécurité"). J'ai vu aussi le tentative de tuer les marchés locaux en installant les arrêts de cars aussi loins que possible de ceux ci, pour favoriser les supermarchés tout neufs... etc...  (le marché de st-pierre surtout dans les années 1994-1998), sur cette île, ils ne jouaient pas finon, donc ça se voyait carrément.

    mais si conspiration y'a de la part de nos constructeurs, ils jouent fino de sorte qu'on puisse se dire que c'est par hasard, ça serait sinon trop gros et ça pourrait être dénoncé de façon sure comme une conspiration justement, ça leur porterait tord. nous avons affaire à des histoires de gros sous avec beaucoup d'intelligence de la part des instance supérieures, pour préserver le marche le plus juteux de la planète...

    je ne voudrait pas être paranoïaque, mais un simple raisonnement logique mène à cette conclusion. je suis désolé pour ceux que ça blesserait, mais ce qui compte c'est soustraire le plus de sous à une population, tans pis pour les dégats (que nous payons tous), et les notions d'écologie ne sont utilisés que pour doper le marketing d'idée qui "plaisent"...

    "n'oubliez pas aussi la conspiration des "vehiculesQuiOntUnEchappementAGaucheMaisQuiRoulentDansLesRuesAUneSeuleVoie"  ...."
    mais oui, j'ai enviseagé ce cas, mais l'augmentation de gêne de deux véhicule qui se croisent, donc s'éloignent très vite l'un de l'autre est bien moindre que la gêne d'un véhicule qui en double un autre (ils ne s'éloigne que de la différence de vitesse rarement de plus de 30km/h, même dans le cas d'un vélo/voiture), et aussi, il y a ce phénomène de regroupelent au centre de la voie par convection de l'air des gaz d'échappement envoyés sur les bords.

    0
  • #6 01-08-2007 12:42:26

    Message supprime

    0
  • jeanthevenet #7 01-08-2007 17:28:59

    évidemment, la voiture est un rêve, et à la réunion, j'ai vu des gens vivres dans une cabane en tôle carrément construite sur un échangeur routier (à ST-louis), ce qui en métropole serait juste une cabane à outils, mais il y avait la BMW rutilante, et noire...
    mais résultat, ils y roulent pour 8 francs de frais au kilomètre au lieu de 30 centimes (sauf le car de cilaos 80 centimes) et surtout, pas plus vite, sauf durant la période de transition.
    et y faire du vélo est bien pire, coté atteinte de bronche que de rouler dans n'importe quelquee grande ville d'europe!
    ça fais longtemps que je ne suis plus allé sur l'île, mais j'ai entendu dire que il fallait près de 5 à 6h pour faire Cilaos st-denis en voiture... ou l'inverse. c'est le temps que je mettais en vélo (et en car je gagnais parfois 1h sur la montée de cilaos)!
    une évolution que j'ai mal vécu a été la modernisasation des cars: plus confortables mais plus de grande soute pour y ranger les vélos, cela m'a empêché de combiner les trajets en vélo + car, car un vélo entre des rangées de sièges ça gêne et ça fait sale.
    c'était pratique de marier les deux moyens de transport, il faut l'avoir essayer pour constater comment sont efficace des cars qui passent un peu de partout  et un vélo: on a la fois la liberté de mouvement individuel et le bénéfice de moyens de transports collectifs et peu chèrs, mais avec la modernisation des cars, je devais me taper systématiquement la montée de cilaos à vélo faute de pouvoir le placer dans la soute,  ou me passer de vélos dans les bas et donc me taper des inetrminable marches en bord de route pour aller dans des lieux non desservis (mais les taxis collectifs de st-paul avait eu une excellente idée: ils louaient des vélos!). c'était d'ailleurs pas tant de monter la montée de cilaos qui était le principale obstacle, mais celui de subir les gaz d'échappement, car lors d'un effort d'endurance on respire en une heure ce que quelqu'un au repos respire en 10 (80 litres d'air par minute).

    je pense que cette île magnifique aurait pu être l'exemple même de lieu de petite suoerficie à desservir au moyens de transports collectifs; remettre le train qui fait le tour de l'île, faire un funiculaire permettant de monter à la ligne des 400, des 600, franchir des ravines avec un petit téléphérique évitant de tout descendre pour tout remonter en face (comme entre les haut de st-paul et les haut de la possession)... et avec des cars suivant grosso modi les lignes de niveau on aurait à la fois franchi rapidement les dénivelés et assuré la laision des communes, et à moindre frais.

    les taxis collectifs étaient pratiques, si ce service existait en métropole, plein de gens pourraient se passer de voiture.

    si c'était dans l'ain, par exemple, comme c'était à la réunion avant 1995, on pourrait circuler de partout en parcourant les grands axes en train ou en car et rejoindre les bleds paumés en taxis collectif, je trouve que l'ain ressemble beaucoup à la réunion sur le plan suivant: routes droites sans dénivelés et rapides, mais villages paumés sur des coteaux difficiles d'accès avec énormément de détours, de lacets, qui serait franchi d'un coup d'aile par un funiculaire, marier funiculaires et train permettraient de mailler un terrai en pente entourés de plaines ou de routes suivant des fonds de vallée. Le coût de la vie serait alors plusieurs fois moindre. Mais ce n'est pas de ce monde ci que la plupart des gens veulent, en effet ils veulent se faire plaisir au volant de la voiture qu'ils ont rêvé enfant, et ce désir est très profond, je vois bien la difficulté de penser d'autres moyens de transport. c'est domage que cela a tant de conséquence.

    0
  • jeanthevenet #8 01-08-2007 18:01:15

    "Mon treansporter de 1982 est un 1.6 essence il crache à gauche
    Le meme avec un 2.0 essence crache à droiteC'est avant tout des considérations techniques...
    Mon ex T3, un turbo diese qui fume crachait à droite.
    "
    là tu me fais penser à un truc:

    ce qu'il y a de pire c'est les turbo diesel: lors d'un dépassement, donc d'un changement de régimes soit ils crachent de la fumée noire (pas trop grave mais gênant), soit, en ce qui concerne les moteurs modernes, un gaz invisible à odeur de chlore qui semble plus toxique (gêne à l'effort)
    le comble de malchance, c'est qu'il semble bien, effectivement que c'est les turbos qui ont le pot à droite.

    je mesuré sommairement au moyen des lignes en bord de route la distance sur laquelle le sillage reste concentré: environ 200m, avant de se dilluer pour devenir du moins aussi peu concentré à droite quà gauche de la voiture: le sillage reste nettement à droite et sur la trajectoire qui est imposée par le risque de survenue d'autre voiture (sinon j'hésite pas, je fuit au milieu ou à gauche), en vélo, je roule à 37-41 km/h soit 10m/seconde, et les voitures rarement plus qu'à 20 ou 30m seconde sauf sur des grands axes, il n'y a donc que 10 à 20m/s d'écart de vitesse entre moi et la voiture, et donc exposition à un nuage d'autant plus concentré que alors la voiture doit refaire une accélération si il a pris le soin de ralentir pour ne pas me renverser (ce qui fait que paradoxalement c'est souvent sur les petites routes que j'ai le plus souvent des ennuis respiratoires!).
    en comptant en seconde, l'interdiction de respirer un air propre, cela dure près de 20 à 40 secondes, mais compte tenu de l'effort correspondant à 250-300 watts et la respiration de 80 litres d'air par minute (on ne peut pas faire d'apnée en situation d'effort), il y a tout de même, lors de chaque dépassement, environ 20 à 50 litres d'air inspiré qui ferait plus de 20 fois le seuil de concentration d'une alerte à la pollution (ce chiffre dans les 15000 à 20000 microgrammes par mètres cubes, valeur mesurée par des véhicule laboratoires dans l'habitacle d'un véhicule en suivant un autre, sans doute moindre que dans le sillage, mais comparable).
    ceci équivaut, après avoir été doublé par 10 voitures, à entre 200 et 500 litres d'air pollués 20 fois plus que le seuil d'alerte soit l'équivalent, à raison de l'équivalence de 8 litre d'air par minute respiré au repos mais pollué au seuil d'alerte, dans les 200 à 350 microgrammes/mètres cubes de polluant (seuil qui signifie déjà reccomandation de ne pas sortir et qui s'avère bien trop élevé)  je compte, qu'en situation d'effort être doublé par 10 voitures en respirant 80 litres d'air par minute font
    200 à 500 fois 20 = 4000 à 10000 divisé par 8 500 à 1250 minutes = 8 à 20 heure d'équivalent exposition à une pollution au seuil d'alerte.
    je fais le calcul pour bien montrer le raisonnement, mais je suis certains de l'ordre de grandeur et d'ailleurs vais tenter de le révéler à un journaliste qui suivait un coureur cycliste non dopé pour l'étudier, lors de ce tour de France.
    et c'est pour ça que effectivement, et j'ai compris cela bien plus tard à force de rhinite et pharingytes, que j'ai eu des problèmes de saignement de nez après avoir parcourus plusieurs  jours consécutifs simplement un petit trajet de campagne paumé mais désservant un lotissement, comportant 3km de cote à 5% mais ou je me trouvait doublé, aux heure de pointe par 10 voitures environ genre espace renaud dernier modèle, x-trail quatre quatre, et autres "monstres" conduits à fond par des gens pressés de rentrer chez eux... Je pense aussi à une route ou passe 3000 véhicules par heure, mais caractérisée par un début de pente que les automobilistes attaquent en cinquième mais à 60 à l'heure, rester sous le talus de la route pour régler un bateau d'aviron donne déjà mal à la tête, alors j'imagine ce que donnera à l'avenir la pratique de l'ergomètre en hiver, juste sous ce talus quand le club y aura construit la salle d'entraînement!!!
    ayant alors évité cette route et boudé la base d'aviron, j'ai guéri comme par enchantement! mais j'ai contracté l'envie d'ouvrir la conscience des gens sur la gravité de cette pollution automobile augmentée par négligence plutot que par soucis techniques!

    0
Écrivez votre message ci-dessous