L’Argus : cote auto, voiture d’occasion et actualité auto

Casse moteur suite à panne turbo

Répondre
  • espacequatre #1 10-11-2008 16:47:32

    Incident lors d'un parcours de 20 km, avec perte de puissance lors de l'accélération. Le lendemain matin, témoin d'appoint d'huile allumé, nouvel incident sur un parcours, identique avec perte de puissance, sur une dizaine de km à l'aller (parcours de 60 km allre/retour), aucun incident au retour.

    Après coup de fil au concessionnaire le lendemain matin, prise en main de la voiture par le concessionnaire (Renault Espace 150 DCI), avec transmission orale des événements constatés (perte puissance et témoin d'appoint).

    Diagnostic panne turbo, décision de remplacer le turbo, avec indication de prix aux alentours de 1600,- euros. Accord oral donné, en toute confiance.

    2 jours plus tard, vérification téléphonique pour savoir quand la voiture sera prête : ce sera peut-être réparé en soirée, car les coussinets ont été changés, atteints suite au manque d'huile dans le moteur, merci de rappeler.
    Le soir, difficultés pour joindre le concessionnaire, puis coup de fil choc : lors de l'essai de la voiture, le moteur a explosé sur l'autoroute.

    Annonce d'un coût total de réparation de 9000,- euros, demande de réflexion proposée.
    Rappel le lendemain, avec demande de solutions : réparer, vendre la voiture en l'état ?
    Finalement, plutôt réparer car invendable en l'état, et l'on dispose ensuite d'un moteur neuf avec garantie constructeur (pas de moteur d'occasion disponible sur le marché, en vérité).

    Quelques jours après, rappel pour savoir quand la voiture sera terminée : là annonce qu'il faut payer en plus du moteur, le turbo qui n'est pas livré et qui n'est pas dans le prix annoncé : total prévisible 10.800,- euros environ !

    Plusieurs questions se posent à moi :

    1) cette voiture a été entretenue dans les règles de l'art et la courroie de distribution a été changée à 120.000 km, puis la révision des 120.000 km effectuée dans la foulée.

    2) à 133.000 km, comment un moteur entièrement "chouchouté" par les concessionnaires expérimentés a-t'il pu ainsi se détériorer ?

    3) quelle part de responsabilité le concessionnaire qui a fait exploser le moteur a-t'il en pareil cas (a-t'il vérifié l'huile suite à l'indication de départ transmise lors du dépôt de la voiture ?), car il a avoué au téléphone avoir d'abord "grillé" le premier turbo neuf monté, au lendemain de la panne !

    4) aucune offre de crédit proposée par le constructeur (réservées aux ventes de voitures neuves).

    5) le constructeur Renault est-il en mesure de prendre en compte ces remarques si elles lui sont transmises ? Car ces moteurs diesel sont quand même robustes en principe et aucune indication préalable de défaut de niveau d'huile n'a été signalée.

    Merci d'avance pour vos réponses constructives.

    Salutations.

    Le modèle de la voiture
    Renault Espace
    Catégorie de la panne : Turbo
    0
  • pierrev2v #2 10-11-2008 17:49:04
    Citation de espacequatre
    Incident lors d'un parcours de 20 km, avec perte de puissance lors de l'accélération. Le lendemain matin, témoin d'appoint d'huile allumé, nouvel incident sur un parcours, identique avec perte de puissance, sur une dizaine de km à l'aller (parcours de 60 km allre/retour), aucun incident au retour.

    Après coup de fil au concessionnaire le lendemain matin, prise en main de la voiture par le concessionnaire (Renault Espace 150 DCI), avec transmission orale des événements constatés (perte puissance et témoin d'appoint).

    Diagnostic panne turbo, décision de remplacer le turbo, avec indication de prix aux alentours de 1600,- euros. Accord oral donné, en toute confiance.

    2 jours plus tard, vérification téléphonique pour savoir quand la voiture sera prête : ce sera peut-être réparé en soirée, car les coussinets ont été changés, atteints suite au manque d'huile dans le moteur, merci de rappeler.
    Le soir, difficultés pour joindre le concessionnaire, puis coup de fil choc : lors de l'essai de la voiture, le moteur a explosé sur l'autoroute.

    Annonce d'un coût total de réparation de 9000,- euros, demande de réflexion proposée.
    Rappel le lendemain, avec demande de solutions : réparer, vendre la voiture en l'état ?
    Finalement, plutôt réparer car invendable en l'état, et l'on dispose ensuite d'un moteur neuf avec garantie constructeur (pas de moteur d'occasion disponible sur le marché, en vérité).

    Quelques jours après, rappel pour savoir quand la voiture sera terminée : là annonce qu'il faut payer en plus du moteur, le turbo qui n'est pas livré et qui n'est pas dans le prix annoncé : total prévisible 10.800,- euros environ !

    Plusieurs questions se posent à moi :

    1) cette voiture a été entretenue dans les règles de l'art et la courroie de distribution a été changée à 120.000 km, puis la révision des 120.000 km effectuée dans la foulée.

    2) à 133.000 km, comment un moteur entièrement "chouchouté" par les concessionnaires expérimentés a-t'il pu ainsi se détériorer ?

    3) quelle part de responsabilité le concessionnaire qui a fait exploser le moteur a-t'il en pareil cas (a-t'il vérifié l'huile suite à l'indication de départ transmise lors du dépôt de la voiture ?), car il a avoué au téléphone avoir d'abord "grillé" le premier turbo neuf monté, au lendemain de la panne !

    4) aucune offre de crédit proposée par le constructeur (réservées aux ventes de voitures neuves).

    5) le constructeur Renault est-il en mesure de prendre en compte ces remarques si elles lui sont transmises ? Car ces moteurs diesel sont quand même robustes en principe et aucune indication préalable de défaut de niveau d'huile n'a été signalée.

    Merci d'avance pour vos réponses constructives.

    Salutations.

    [modo_bonjour]

    0
  • fc2 #3 11-11-2008 18:38:29
    Citation de espacequatre
    Incident lors d'un parcours de 20 km, avec perte de puissance lors de l'accélération. Le lendemain matin, témoin d'appoint d'huile allumé, nouvel incident sur un parcours, identique avec perte de puissance, sur une dizaine de km à l'aller (parcours de 60 km allre/retour), aucun incident au retour.

    Après coup de fil au concessionnaire le lendemain matin, prise en main de la voiture par le concessionnaire (Renault Espace 150 DCI), avec transmission orale des événements constatés (perte puissance et témoin d'appoint).

    Diagnostic panne turbo, décision de remplacer le turbo, avec indication de prix aux alentours de 1600,- euros. Accord oral donné, en toute confiance.

    2 jours plus tard, vérification téléphonique pour savoir quand la voiture sera prête : ce sera peut-être réparé en soirée, car les coussinets ont été changés, atteints suite au manque d'huile dans le moteur, merci de rappeler.
    Le soir, difficultés pour joindre le concessionnaire, puis coup de fil choc : lors de l'essai de la voiture, le moteur a explosé sur l'autoroute.

    Annonce d'un coût total de réparation de 9000,- euros, demande de réflexion proposée.
    Rappel le lendemain, avec demande de solutions : réparer, vendre la voiture en l'état ?
    Finalement, plutôt réparer car invendable en l'état, et l'on dispose ensuite d'un moteur neuf avec garantie constructeur (pas de moteur d'occasion disponible sur le marché, en vérité).

    Quelques jours après, rappel pour savoir quand la voiture sera terminée : là annonce qu'il faut payer en plus du moteur, le turbo qui n'est pas livré et qui n'est pas dans le prix annoncé : total prévisible 10.800,- euros environ !

    Plusieurs questions se posent à moi :

    1) cette voiture a été entretenue dans les règles de l'art et la courroie de distribution a été changée à 120.000 km, puis la révision des 120.000 km effectuée dans la foulée.

    2) à 133.000 km, comment un moteur entièrement "chouchouté" par les concessionnaires expérimentés a-t'il pu ainsi se détériorer ?

    3) quelle part de responsabilité le concessionnaire qui a fait exploser le moteur a-t'il en pareil cas (a-t'il vérifié l'huile suite à l'indication de départ transmise lors du dépôt de la voiture ?), car il a avoué au téléphone avoir d'abord "grillé" le premier turbo neuf monté, au lendemain de la panne !

    4) aucune offre de crédit proposée par le constructeur (réservées aux ventes de voitures neuves).

    5) le constructeur Renault est-il en mesure de prendre en compte ces remarques si elles lui sont transmises ? Car ces moteurs diesel sont quand même robustes en principe et aucune indication préalable de défaut de niveau d'huile n'a été signalée.

    Merci d'avance pour vos réponses constructives.

    Salutations.

    bj
    a mon avis ton garagiste a fait une gourde.
    Si tu n'as pas signer d'ordre de raparation,si ti tu n'as pas confiance au garagiste,tu n'as pas a payer.Voit avec ton assurance qui peut faire passer un expert pour voir si le garage est en tort
    Francis

    0
  1. 1
Écrivez votre message ci-dessous