Vous êtes ici :

Citroën DS4 (2015) : la version restylée est prête

Fini le positionnement ambigu pour la DS4. Le restylage de septembre 2015 verra l'apparition d'une version typée SUV et à l'opposée d'une déclinaison plus basse.
Fini le positionnement ambigu pour la DS4. Le restylage de septembre 2015 verra l'apparition d'une version typée SUV et à l'opposée d'une déclinaison plus basse.

Après la DS5 au salon de Genève 2015, la DS4 se refera une beauté à l'occasion du salon de Francfort. Elle se conformera à la nouvelle identité de la marque, mais surtout la déesse dédoublera sa personnalité. Une version rabaissée jouxtera le modèle actuel qui lui, adoptera un look typé SUV.

Six nouveaux modèles sont attendus dans la gamme à partir de 2017. Deux ans d’attente qui obligent la marque à animer son catalogue ( Alire : Scoop DS 3X l'anti Mini Countryman de DS).

Débutée avec le restylage de la DS3 en juin 2014, l’offensive se poursuivra, courant 2015, avec la DS5 au printemps, puis la DS4 à l’automne.

Petite info exclusive, la DS3 aura droit à un second restylage, programmé pour le printemps 2016.

 

DS4 : un bilan mi-figue, mi-raisin

Avec sa calandre Citroën, l'actuelle DS4 peine à se démarquer esthétiquement de la C4.
Avec sa calandre Citroën, l'actuelle DS4 peine à se démarquer esthétiquement de la C4.

Écoulée à 45 000 exemplaires en France, depuis son lancement en 2011, la DS4 ne donne pas pleinement satisfaction au niveau commercial.

Elle a même décroché sur l’exercice 2014 : avec moins de 10 000 immatriculations (8 661 exactement), c’est 40 % de moins qu’en 2012, sa meilleure année.

Le bilan n’a pourtant rien de catastrophique puisque la compacte chic française présente des ventes annuelles comparables à celles de ses rivales Audi A3, BMW Série 1 et Mercedes Classe A.

Néanmoins, le constructeur doit réagir car le remplacement de la DS4 n’est pas pour demain.

 

Inspirée de la DS Divine

Le concept car High Rider préfigurait en 2010 la DS4, sans dévoiler ses portes arrières.
Le concept car High Rider préfigurait en 2010 la DS4, sans dévoiler ses portes arrières.

Malgré un concept original (coupé haut sur pattes), préfiguré en mars 2010 par le concept car High Rider (voir photo) la DS4 n’a pas auprès du public l’impact de sa petite sœur DS3.

En interne, le mimétisme avec la C4, pour la partie avant et la planche de bord, est l’une des explications avancée. La marque va donc profiter du restylage pour rectifier le tir.

Par conséquent, la face arborera la nouvelle signature déjà appliquée sur le SUV DS6 (vendu en Chine) et le concept DS Divine, dévoilé au Mondial de Paris à l’automne 2014.

A lire. Le concept DS Divine à la loupe
 

La calandre DS Wings métamorphose le museau de la DS4 (2015) et rompt définitivement avec la Citroën C4.
La calandre DS Wings métamorphose le museau de la DS4 (2015) et rompt définitivement avec la Citroën C4.


Restylage à minima mais qui se voit

Concrètement, la DS4 phase 2 se différenciera par une calandre inédite, ornée du logo DS, l’intégration des DS Wings ainsi qu’un bouclier redessiné.
 

La calandre DS Wings reliant les phares donne plus d'assise à la DS4 restylée.
La calandre DS Wings reliant les phares donne plus d'assise à la DS4 restylée.

Si le contour des phares sera identique, les designers se sont attachés à retravailler l’aspect intérieur. Idem pour les feux arrière. Au sein de l’habitacle, pas de révolution. D'autant plus que la DS4 a enrichi son équipement depuis le début de l'année avec l'arrivée du système d'accès et démarrage mains-libres et un nouveau système GPS tactile sur la finition Sport Chic.


A lire. DS4 : la valse des moteurs

Arches de roues, bas de caisse et sabot sous les boucliers donne à la DS4 une allure de SUV. Et pas besoin de toucher à la garde au sol, elle est déjà à la bonne hauteur.
Arches de roues, bas de caisse et sabot sous les boucliers donne à la DS4 une allure de SUV. Et pas besoin de toucher à la garde au sol, elle est déjà à la bonne hauteur.


Docteur Jekyll et Mister Hyde

Dans le but d’élargir sa clientèle, la DS4 complètera son catalogue d’une nouvelle version. Exit la garde au sol rehaussée, elle retrouvera le plancher des vaches pour se muer en une berline compacte de stature classique.
 

Avec son moteur 1.6 THP de 256 ch, la DS4 Racing aurait pu être la Citroën la plus puissante de l'histoire.
Avec son moteur 1.6 THP de 256 ch, la DS4 Racing aurait pu être la Citroën la plus puissante de l'histoire.

Ce qui n’est pas vraiment une surprise puisqu’au salon de Genève 2012, Citroën avait présenté un concept DS4 Racing  dont  l’assiette était rabaissé de 35 mm.

Si cette mouture sportive n’a jamais passé les portes des concessions (même si une version de série a été développée chez Peugeot Sport), elle ne sera pas si éloignée du modèle dévoilé à l’automne 2015.

En revanche, DS osera t-il commercialiser cette version Racing (1.6 THP de 256 ch) ? Mystère. Il ne faudra pas faire ombrage  à la version de série de la Peugeot 308 R

A lire. DS4 Racing (2012) la Citroën la plus puissante de l'histoire
 

Pour certains, la DS4 assumera son concept de crossover jusqu’au bout. La version actuelle adoptera les atours des SUV avec des barres de toit, un kit carrosserie spécifique et diverses protections. 

 

Mécaniques déjà renouvelées

Sous le capot, ce sera le calme plat. Et pour cause. Depuis l’automne 2014, la française s’est convertie à la norme Euro 6 avec l’arrivée, en essence, du trois-cylindres 1.2 Puretech 130 et le 1.6 THP de 165 ch.

En diesel, l’ensemble de la palette a été renouvelée avec le 1.6 BlueHDi de 120 ch et le 2.0 BlueHDi de 150 et 180 ch.

A lire. Essai Citroën DS4 1.2 PureTech 130 : regain de forme

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (14)
armand-costanza384

ds4 hdi 150ch SAV Citroën Dinan super

phvialard758

Belle calandre ! Toujours pas de toit ouvrant ! Peu de coloris dispos ! Intérieur et extérieur ! Vitres arr bien sûr ! Encore un petit effort pour être à la hauteur de nos voisins ...

partneroverseas407

Vous critiquez les marques Françaises, car d'après vous c'est du + que rien ,une remarque à cela , je suis à ma 32 ième voiture, j'ai eu autant d'allemandes que de Françaises, j'ai eu des déboires avec les allemandes comme avec les Françaises. Suite à cela en comparent les frais occasionnés par les désagréments des unes ou des autres , le bilan est très positif du coté Français Les pannes ,il y en a dans toutes les marques La différence à cela ,sur les marques Allemandes ,il n'y a jamais de commentaires désobligeants ,par contre on assassine nos marques ,très prisées d'ailleurs en Allemagne et ailleurs dans le monde . Arrètez de faire autant de critiques

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la DS DS 4