Vous êtes ici :

Devinci Classic DB718 : rétro électrique

voir les photos
Devinci Classic Genève 2019
Lors de sa première année de production, Devinci a réussi à écouler plus de 30 voitures.

Derrière leur apparence inspirée par les voitures de course des années 30, les Devinci présentées au salon de Genève sont l'œuvre d'un constructeur français, créé en 2017.

Bugatti 35, Miller d’Indycar ou encore Morgan : voilà les modèles qui viennent à l’esprit lorsque l’on découvre les Devinci exposées à Genève. Des modèles totalement rétro, qui jouent donc à fond les codes de la nostalgie : roues à rayons, marchepieds, garde-boue optionnels, volant en bois, tableau de bord en métal guilloché… Pas de huit cylindres en ligne à carburateur inversé sous le capot pour autant. Les Devinci sont des véhicules électriques, produit par un constructeur français, né de la volonté de Jean-Philippe Dayraut, six fois gagnant du Trophée Andros. Leur conception a également impliqué Ari Vatanen, le champion du monde des rallyes bien connu.

Devinci Classic GenÚve 2019
Deux des cinq exemplaires « Adèle » étaient exposés à Genève. Ils se distinguent par leur finition très soignée, avec plancher en teck, bagages sur mesure et chargeur thermique intégré...

 

110 km/h maxi...

N’espérez pas des performances de bolides de groupe B pour autant : homologuées en quadricycle lourd, les Devinci plafonnent à 110 km/h et passent de 0 à 100 km/h en 8 s. Le moteur électrique est alimenté par une batterie de 15,3 kWh, qui peut être alimentée par un générateur thermique optionnel. Pour la recharge seule, une prise secteur est prévue. Autant dire qu’il n’est pas question de voyage au long cours, mais plutôt de balades à rythme coulé.

Devinci Classic GenÚve 2019
Le modèle intermédiaire « Lucie » reçoit une teinte noire brillante, une calandre en bois et des garde-boue.

Si le groupe motopropulseur électrique ne brille pas par sa capacité et sa puissance, les Devinci jouent la personnalisation. La même base technique est déclinée en trois versions exposées sur le stand : Brigitte, Lucie et Adèle. Les tarifs démarrent à 49 500 € pour la première et culminent à 99 900 € pour la dernière qui est limitée à seulement cinq exemplaires. Commercialisés jusqu’ici par bouche-à-oreille, ces modèles électriques vont commencer à profiter d’un réseau de distribution en France et dans certains pays européens.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
128 982 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !