Vous êtes ici :

Peugeot 208 2 (2019) : A bord de la nouvelle 208 en photos et vidéo

voir les photos
Peugeot 208 (2019) vue avant jaune Faro en studio sur fond noir
Séduction immédiate ! Tel est le sentiment que la 208 provoque au premier regard. D'autant plus dans cette livrée métallisée Jaune Faro que Peugeot proposera sans supplément.

Contrairement à sa grande rivale, la Renault Clio 5, la nouvelle Peugeot 208 opère une véritable révolution esthétique, technologique (i-cockpit 3D) mais aussi technique avec une version électrique, e-208. Commercialisée en octobre prochain, la petite lionne va secouer le marché des citadines.

Page 1Peugeot 208 2 (2019) : A bord de la nouvelle 208 en photos et vidéo 

[Mise à jour le 01/03/19] La nouvelle Peugeot 208 c'est un style, une version électrique mais aussi des technologies inédites à l'image de l'i-cockpit 3D et une flopée d'aides à la conduite. A découvrir dans notre vidéo.

***

Comme dit le proverbe, « le succès appelle le succès ». Celui des 308, 3008 et 5008 a conforté l’ambition de Peugeot : devenir le meilleur constructeur généraliste européen ! Si l’actuelle 208 connait une brillante carrière commerciale, elle ne déclenche pas immédiatement le coup de cœur et les clients internationaux lui reprochent son gabarit menu. Dès 2013, le cahier des charges est clair : la nouvelle 208 doit être « sexy, irrésistible, faire dresser les poils » selon les mots de Guillaume Clerc, patron du projet P21.

A lire. Peugeot 208 ancienne vs nouvelle : quelles sont les différences ?


Une plateforme inédite

Peugeot 208 (2019) vue arriÃÆ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’ Ã ÅşÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ĉہ ÃƒÆ’ Ã ÅŞÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã  ÃƒÆ’ƒÆ’â€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã  ÃƒÆ’ƒÆ’â€Ã  ÃƒÆ’ĉہ ÃƒÆ’ Ã ÅşÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’ Ã ÅşÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã  ÃƒÆ’ƒÆ’â€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã    ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å  ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ¢â‚¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã  ÃƒÆ’ƒÆ’â€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡re jaune Faro en studio sur fond noir
Lunette inclinée, épais montant de custode, contour de vitre latérale : la 208 évoque subtilement son aïeule la 205 GTI. Obtenue dès les premiers dessins et signée Kevin Goncalves, la partie arrière est splendide.

Pour atteindre cet objectif, les hommes du Lion ont mis les bouchées doubles, quitte à changer quelques habitudes. A commencer par celle d’un style extérieur cultivant la filiation entre les différentes générations. Née en 2012, l’actuelle Peugeot 208 héritait des rondeurs de la Peugeot 206, puis de celles de la 207. La dernière-née de la série 200 est en nette rupture. Notamment parce qu’elle doit adopter la nouvelle griffe de la marque. C’est d’ailleurs une stratégie design opposée à celle de la Renault Clio 5 qui s’inscrit dans la continuité de son aînée.
 

Peugeot 208 (2019) vue de profil jaune Faro en studio sur fond noir

Longue de 4,05 m, soit 9 cm de plus que sa devancière, la nouvelle Peugeot 208 n'est disponible qu'en 5 portes.

Conçue sur la nouvelle plateforme technique CMP, partagée avec la DS3 Crossback, la future Opel Corsa et le Peugeot 2008 II, la 208 adopte de nouvelles proportions : + 9 cm en longueur (4,05 m) et – 3 cm en hauteur (1,43 m). En revanche, c’est le statu quo en largeur (1,74 m) et en empattement (2,55m).

Outre par ses dimensions, le dynamisme de la 208 est aussi accentué grâce à un capot plus long et très horizontal, et par le recul du pare-brise. De profil, elle a l’allure d’une berline compacte avec de faux airs de 308. Au-delà de la liberté offerte aux designers, la CMP a d’autres vertus (baisse de la consommation, plaisir au volant…) puisqu’elle est plus légère de 30 kg par rapport à la plateforme PF1 de l’actuelle 208.
 

Une petite 508 !

Peugeot 208 2019 jaune faro vue de profil centre de style Peugeot ÃÆ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’ Ã ÅşÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢  VÃÆ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’ Ã ÅşÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã  ÃƒÆ’ƒÆ’â€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚©lizy (78)
Nous avons pu découvrir la Peugeot 208 en avant-première dans le centre de style Peugeot à Vélizy (78)

Cette nouvelle 208 a une vraie gueule ! Nous l’avons découverte en avant-première dans le studio de style de Peugeot à l’ADN à Vélizy (78). Athlétique et trapue, elle respire le dynamisme et revisite avec originalité les codes du segment des berlines polyvalentes, plutôt traditionnaliste. Mais sans être aussi caricaturale que la nouvelle Audi A1 Sportback.

Peugeot 208 (2019) vue du feu full LED
Sur les versions haut de gamme (Allure, GT Line et GT), les phares full LED sont prolongés par des crocs lumineux.
Peugeot 208 (2019) vue du feu full LED
Idem à l'arrière où ils reprennent les triples griffes chères à la marque. Les versions d'entrée de gamme ont des optiques plus basiques.
Peugeot 208 Active blanche vue avant
Sur la finition Active (niveau 2) les projecteurs ne sont pas à LED, il y a néanmoins les crochets lumineux.

Affutés, ses projecteurs se parent chacun de trois griffes qui font écho aux feux arrière. Apparus sur la Peugeot 508, les crocs lumineux sont reconduits sur la 208. A l’instar du capot biseauté et du monogramme « 208 », juchés au sommet de la calandre. Mais toute ressemblance s’arrête là, la petite lionne cultive sa propre identité.

A commencer par une calandre sculptée à même le bouclier. Le style se veut plus pur mais également plus travaillé. En témoignent les flancs, creusés au niveau des poignées de portes et qui arborent une ligne subtile dont les extrémités pointent en direction du centre des roues. Un motif apparu sur le concept-car Peugeot Quartz qui donne une bonne assise à la nouvelle 208.


Clin d’œil à la 205 GTI

Peugeot 205 GTI et Peugeot e-208 bleu
La filiation entre la Peugeot 205 GTI, au premier plan, et la nouvelle Peugeot 208 est subtile.

Si cette nouvelle 208 s’éloigne visuellement de ses devancières, elle fait une légère référence à sa mythique aînée, la Peugeot 205 GTI. La lunette inclinée, l’épais montant de custode, la forme creusée dans laquelle est inscrit le niveau de finition et les arches de roues noires rapportées (sur GT Line et GT, et toutes les finitions sur e-208) évoquent le « Sacré Numéro ». Le bandeau noir entre les feux passerait presque inaperçu tant il est désormais attendu sur toutes les nouvelles réalisations de la marque.

En revanche, ce qui est inédit, c’est l’imposant insert noir laqué habillant le bas du bouclier. Cela allège visuellement l’ensemble et regroupe la plaque d’immatriculation, les catadioptres, le feu de brouillard et les sorties d’échappement. C’est astucieux et fonctionnel. Pour clôturer la liste des éléments noirs, propres à la finition GT Line, on recense un becquet de toit, le pavillon et les coques de rétroviseurs. Cela tranche particulière avec la robe métallisée Jaune Faro, choisie comme couleur de lancement. La clientèle jeune va adorer !


Essence, diesel et… électrique

Peugeot 208 (2019) vue avant jaune Faro
Peugeot 208 (2019) vue arriÃÆ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’ƒÃ‚¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã Ã ÅŞÃƒÆ’Ã¢â‚¬Å¡Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬ ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’ Ã ÅşÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’ƒÆ’¢ââ€Ã ¡Ã‚¬Ã¢â€Ã ÅşÃƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¢ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â€Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¬ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã   ÃƒÆ’ƒÆ’Æ’Ãƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬ ÃƒÆ’Æ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Å¡Ã‚Â¬ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬ÅŞÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€ ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€žÂ¢ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¢ÃƒÂ¢Ã¢â‚¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Ã  ÃƒÆ’ƒâ€šÃ‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢Ãƒƒâ€ ÃƒÆ’Â¢Ã¢â€šÂ¬Ã¢â€şÂ¢ÃƒÆ’Ã†â€™Ãƒâ€šÃ‚Â¢ÃƒÆ’Ã‚Â¢ÃƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ã‚¬Ãâ€Å ÃƒÆ’‚¡ÃƒÃ†Ã¢â‚¬â„¢ÃƒƒÂ¢Ã¢â€šÂ¬Ã ¡Ãƒâ€Ã ¡Ãƒâ€šÃ‚¡re jaune Faro

La gamme s’articulera autour de cinq niveaux d’équipement : Like (non disponible sur e-208), Active, Allure, GT Line et GT (uniquement sur e-208). Au lancement, vers la mi-octobre, la 208 s’appuiera sur les motorisations actuelles. En essence, le bloc à trois cylindres 1.2 PureTech sera décliné en trois puissances de 75 (BVM5), 100 (BVM6 et auto EAT8) et 130 ch (EAT8). A titre de comparaison, la nouvelle Renault Clio 5 proposera une offre moteur essence strictement identique. Signe des temps, l’actuelle 208 proposait jusqu’à trois blocs diesels, la nouvelle n’en offrira qu’un seul : le 1.5 BlueHDi de 100 ch assorti d’une boîte manuelle à six rapports. Une offre adaptée pour les entreprises. La Clio 5 joue l’alternative avec son 1.5 Blue dCi de 85 et 115 ch.

La Peugeot 208 ne passera pas par la case hybride et misera sur une version 100 % électrique,  baptisée Peugeot e-208. La nouveauté technique est le lancement d’une version électrique, livrable vers la fin de l’année.  D’une puissance de 136 ch, dotée d’une valeur de couple de 260 Nm, elle bénéficie d’une autonomie de 340 km, selon le protocole WLTP (à lire la nouvelle Peugeot e-208 en détail).

Et la GTi dans tout cela ? En octobre dernier, Peugeot a annoncé officiellement le développement de versions sportives électrifiées dont le premier volet est le concept Peugeot Sport Engineered. Ainsi, il n’y aura pas de Peugeot 208 GTi équipée du 1.6 PureTech de 225 ch, comme prévu initialement. Selon nos informations, Peugeot Sport va booster la e-208 pour la transformer en e-GTi (moteur plus puissant et ajout de batteries dans le coffre), mais pas avant 2021.

Quant aux tarifs, Peugeot devrait les annoncer vers le mois de mai, histoire s'enquiquiner sa rivale la Clio 5, commercialisée en juin. D'ailleurs, au salon de Genève, Peugeot offrira la possibilité aux clients de réserver sa nouvelle 208 via un site dédié et en versant un acompte.

 

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (4)
Laolesloups

Obligé de changer ma CLIO III ( dont j'ai été enchanté pendant 10 ans ! ) je sens que je vais longuement hésiter entre la CLIO 5 et cette 208... qui se fera attendre plus longuement, dont la gueule me revient bien, même si je préfère l'intérieur de la 5 : dommage de ne pas pouvoir mixer ! L'électrique ? Ne rêvons pas, il faudrait un surcoût nettement inférieur pour un accès généralisé : la richesse reste toujours privilégiée !

b.cordeiro862

Bonjour, Enfin une "petite" Peugeot qui a de la gueule! Elle est vraiment belle et agressive et l'intérieur est moderne sans être bling bling, ne reste plus qu'à attendre les prix.

Tiger33

Bonjour ATTENTION Merci de respecter le reglement du forum ! Malgre votre anciennete apparemment la politesse du bonjour et le respect des articles quels qu'ils soient vous ont echape Merci d'en tenir compte car la vous insultez sans avoir aucune connaissance de l'origine de l'article alors votre commentaire est totalement inutile et insultant La moderation devra intervenir sur votre compte si cela se reproduisait tiger

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Peugeot 208