Vie à bord Dacia Duster I (H79) (2010  -  2017 )

Le bruit de série

29 juin 2012


Le Duster ne fait pas dans la fantaisie. L'ambiance intérieure est austère et les passagers ne profitent que du minimum d'équipements... et encore, à condition de choisir une version haute. Pas de miracles au niveau de la finition. Les plastiques durs manquent de cachet. L'habitabilité est correcte, les passagers disposent d'assez d'espace pour voyager dans de bonnes conditions. On déplore tout de même le manque de rangements.

Mais la qualité du Duster demeure ses suspensions. Prévenantes et souples, elles absorbent parfaitement les irrégularités de la route. À cela s'ajoutent des sièges et une banquette moelleuse. D'autres SUV plus chers et plus tendance ne font guère mieux en matière de confort.

Véhicule low cost oblige, la réduction des coûts ne concerne pas uniquement les éléments visibles. À commencer par l'insonorisation dont la faiblesse est particulièrement criante sur les versions diesels.

Sur autoroute s'y ajoutent les bruits de roulement alors que la forme de la carrosserie et les rétroviseurs génèrent de nombreuses turbulences aérodynamiques. Sur long trajet, cela devient fatigant.

Modularité très limitée
La modularité accuse aussi le coup : la banquette est rabattable en deux parties, à partir de la finition Ambiente, mais ce n'est pas le cas de l'assise...

De plus, il est impossible d'obtenir un plancher plat. On se console avec un volume de chargement dans la bonne moyenne banquette en place, et très avantageux lorsque cette dernière est rabattue.

Coffre : Soute familiale
Le volume n'atteint pas des records mais il convient parfaitement à un usage familial. Les formes simples le rendent facilement exploitable.

En revanche, le seuil de chargement est trop haut et le cache bagages ne possède ni enrouleur, ni glissière. Une économie de trop, car c'est agaçant au quotidien.

Habitabilité : Correcte
Basé sur la plate-forme de la Sandero, ce SUV dispose d'un empattement allongé de 8 cm qui profite directement aux passagers.

L'espace aux jambes est donc correct et la garde au toit permet d'accueillir les grands gabarits.

En revanche, à l'arrière, la largeur aux coudes fait défaut s'il faut loger trois adultes.

Qualité & fiabilité

Traitement simple
Ce n'est pas le luxe que l'on recherche à bord d'un Duster.

Les plastiques sont basiques et la découpe de certains manque de soin.

L'assemblage n'est pas rigoureux, mais les éléments sont bien fixés.

Quant à la moquette, la faible épaisseur laisse présager un vieillissement précoce.

Malheureusement, les bruits d'air sur route ne peuvent être masqués par l'autoradio, à la qualité sonore médiocre.

Quelques clients se sont plaints de bruits au niveau de la baie de pare-brise. Une mousse isolante doit être replacée.

Finition : Sans prétention
Comme les autres modèles de la marque, les plastiques sont basiques, sans cachet et pas toujours bien assemblés. À leur crédit, ils offrent un bon vieillissement.

Les versions supérieures profitent d'une présentation un peu plus flatteuse, mais les rares selleries en cuir affichent une qualité quelconque.

Enfin, la moquette manque d'épaisseur.