Dossier Qualité / Fiabilité Fiat Panda II (2003  -  2013 )

Une citadine vieillissante

À l'image de son aînée, cette seconde génération est une citadine économique et pratique. Des qualités non négligeables qui sont trahies par quelques failles, notamment en termes de fiabilité.

Points forts

  • +La Panda est en quelque sorte la reine des villes. Courte et facile à conduire, elle n'en oublie pas pour autant les aspects pratiques.
  • +Les cinq portes et le coffre aux formes carrées se révèlent forts utiles au quotidien.
  • +De plus, l'intérieur est bien agencé et rehaussé par des couleurs gaies.
  • +Mais le principal atout demeure ses tarifs très attractifs en occasion.
  • +Le volet économique concerne aussi l'entretien qui ne révèle aucune mauvaise surprise.
  • +Enfin, elle demeure la seule de sa catégorie à proposer une version à transmission intégrale.

Points faibles

  • -Depuis son lancement en 2003, la concurrence s'est réveillée et propose des modèles plus modernes et mieux équipés. En effet, les versions de base de la Panda sont chiches en équipement, il faut donc monter en gamme.
  • -Par ailleurs, son rayon d'action reste limité en raison d'un comportement peu précis et d'un manque de punch des mécaniques.
  • -Enfin, la fabrication est dictée par des soucis d'économie et des points concernant la fiabilité sont à surveiller de près.
  • -Un carnet d'entretien complet incorporant les nombreux rappels est indispensable.

Témoignage d'internaute - BOULOGNE Philippe

+ Véhicule simple de conception et sans trop d'électronique.-Confort étonnant pour cette boite à malice.
- Finition bas de gamme mais ça tient le coup dans la durée.-

Tous les témoignages Donnez votre avis


Après vingt-trois ans de bons et loyaux services, la Panda première du nom a laissé sa place en 2003 à une seconde génération entièrement revue. Si il n'y a plus rien de comparable entre les deux générations, ses atouts demeurent identiques : simple, pratique et économique. Des valeurs respectées à travers une conception nettement plus moderne.

Elle propose toujours une version 4 x 4, qui assure davantage de plus-value en termes d'image que de volume de ventes.

Enfin au goût du jour, elle peut mettre en avant sa carrosserie à cinq portes et sa bouille sympathique. Fiat a eu la bonne idée de concevoir un habitacle pratique et aux couleurs chatoyantes.
 

Le cadeau bonus...

Depuis 2003, la Panda s'écoulait à une moyenne de 13 000 exemplaires par an. Mais l'instauration des aides de l'état a donné un véritable coup de pouce à ses ventes. Ainsi, en 2009 et 2010, il s'en est écoulé plus de 20 000 exemplaires par an. Elle se paie le luxe de se placer juste derrière une autre Fiat, la 500. La Panda reste bien sûr derrière le duo de PSA, les Citroën C1 et Peugeot 107 qui dépassent chacune les 30 000 exemplaires.

Par ailleurs, de nouvelles concurrentes ont fait leur apparition, comme la Hyundai i10 en 2008 ou la Kia Picanto restylée à la fin 2007. Ces dernières ont l'avantage de disposer d'un équipement plus riche et de meilleures qualités routières, la Panda n'étant pas une référence dans ces domaines.

Proposée à des tarifs abordables, il est conseillé de choisir un millésime récent et de monter en gamme pour profiter d'un minimum d'équipements.

Enfin, pour ceux qui habitent à la campagne ou en région montagneuse, la Panda 4 x 4 a plus d'un tour dans son sac.

Prix/équipement, à surveiller
Sortie en 2003, les standards de la catégorie ont logiquement évolué depuis. Ses concurrentes plus modernes font donc mieux, notamment en matière d'équipements de sécurité.

Il est donc préférable de choisir une version de haut de gamme et la plus récente possible.

Évitez, par exemple, le niveau de base Team qui, a sa sortie, ne disposait ni de la direction assistée ni de l'ABS.

Direction récalcitrante
La Panda, comme d'autres modèles Fiat, a connu de sérieux problèmes de direction avec, à la clé, pas moins de cinq rappels.

Et si les mécaniques sont éprouvées, elles rencontrent toutefois de nombreuses défaillances qui perturbent leur fonctionnement. Gestion, capteur... autant de pannes qui n'engendrent certes pas de lourdes factures, mais qui obligent à un passage chez le garagiste.