Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Opel Zafira II (2005  -  2015 )

Ni bon,ni mauvais

Toujours vendu en neuf, le Zafira est omniprésent en occasion à des tarifs très intéressants. De quoi faire oublier ses lacunes en termes d'agrément de conduite, de modularité et d'aspects pratiques.

Points forts

  • +Après bientôt six années de commercialisation, les lacunes du monospace compact d'Opel deviennent plus criantes. Toutefois, pour les familles à la recherche d'un véhicule spacieux et modulable, le Zafira ne manque pas d'atouts. D'autant plus qu'il y a l'embarras du choix sur le marché de l'occasion et que le rapport prix/équipement/habitabilité plaide en sa faveur. À moins de 10 000 €, il est assez facile de trouver son bonheur.
  • +Le Zafira bénéficie encore d'une bonne tenue de route et surtout, d'un habitacle vaste et d'un volume de chargement conséquent.

Points faibles

  • -La seconde génération du Zafira est une valeur sûre... qui est loin d'être parfaite. Malgré des progrès, le monospace allemand marque le pas face à la concurrence, notamment en termes de modularité : pas de sièges individuels en second rang, banquette encombrante... Il faut alors envisager les finitions hautes pour bénéficier d'un nombre de rangements correct.
  • -Le Zafira est aussi desservi par un manque d'agrément des moteurs diesels, alors que le confort n'est pas son point fort.
  • -Enfin, si le niveau de la fiabilité est meilleur, il n'est pas pour autant épargné par les pépins techniques.

Témoignage d'internaute - Bernardo

+ Fiabilité. Modularité et contenance.
- Confort moyen pour les passagers. Sièges durs. (pas de problème pour le conducteur).

Tous les témoignages Donnez votre avis

Opel, avec le Zafira premier du nom commercialisé en avril 1999, n'a certes pas été l'inventeur du genre monospace compact, la primeur en revenant à Renault avec le Scénic.

Mais l'allemand est devenu une référence grâce à son ingénieux système Flex7 qui permet de passer de cinq à sept places à bord en un clin d'œil.

Depuis, le Zafira est devenu un cas d'école puisque son concept de modularité a été largement repris par nombre de concurrents, ainsi que sur des SUV. Cette innovation lui a permis de faire un véritable carton commercial puisque 1,4 million d'exemplaires sont sortis des chaînes jusqu'en 2005, dont 206 000 vendus dans l'Hexagone. Un chiffre que le Zafira II n'atteindra jamais car, à la veille de sa mise à la retraite, il n'a atteint que la barre des 100 000 ventes.

Dépassé par la concurrence
Cet échec relatif s'explique par l'arrivée sur le marché de nouveaux concurrents qui ont repris à leur compte la formule à sept places en améliorant au passage le concept.

Forcément, en misant sur la continuité, le monospace compact d'Opel ne fait plus la différence et, dans bien des domaines, il est en retrait.
 

À commencer par la modularité, qui ne fait appel ni aux sièges individuels, ni au système escamotable dans le plancher au second rang. Le Zafira deuxième du nom pèche aussi au niveau des astuces de rangement, alors que le confort, d'un niveau moyen, fait la part belle à la fermeté.

Quant aux moteurs diesels, leur agrément est pénalisé par un trou à bas régime. Le rapport prix/équipement/habitabilité demeure le meilleur atout du monospace allemand.

Fiabilité, améliorations mécaniques
L'ancien Zafira a certes connu un franc succès mais il s'est aussi distingué par des avaries mécaniques graves au niveau des moteurs diesels. Opel a eu la bonne idée de troquer ses DTI pour des blocs Fiat, globalement fiables, sauf qu'ils sont sujets à l'encrassement de la vanne EGR et du filtre à particules. Un problème récurrent chez Opel, puisqu'il concerne aussi le 1.7 CDTI. En revanche, pour le reste, il y a du mieux.

A lire. Problème de direction sur le Meriva et le Zafira