Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Peugeot 1007 (2005  -  2010 )

Une citadine gadget

Malgré ses portes innovantes, ses couleurs « flashy » et ses nombreux accessoires, la 1007 n'a pas réussi à s'imposer dans les quartiers branchés. Après quatre ans de carrière, elle se négocie pour une poignée d'euros.

Points forts

  • +Avec sa forme cubique et son concept de minispace, la 1007 est une citadine atypique qui ne passe inaperçue. Certes, elle n'a pas le look d'une Mini mais son allure n'est pas déplaisante.
  • +Elle tire tout son intérêt de ses portes coulissantes pratiques en ville, de sa modularité et de ses aptitudes dans la circulation urbaine.
  • +Mais si ses tarifs excessifs en neuf lui ont barré la route du succès, sa cote a fortement baissé sur le marché de l'occasion. Il est donc possible de s'en offrir une très bien équipée et originale à un prix intéressant.

Points faibles

  • -De nombreuses caractéristiques de la 1007 méritent de se poser des questions. Trop lourde, cette citadine oblige à choisir un moteur puissant sous peine d'être sous-motorisée et de voir la consommation s'envoler.
  • -La transmission 2-Tronic, séduisante sur le papier, est ennuyeuse à utiliser.
  • -Après un court essai, le futur acheteur pourra lui reprocher son manque de confort, mais aussi ses lacunes en matière de finition.
  • -Et que dire du volume de coffre trop réduit pour envisager une escapade, ne serait-ce qu'en week end à quatre.

Témoignage d'internaute - Richard

+ habitabilité-look-hauteur d'assise
- surpoids (+1200 kg)-motorisations faibles en dessous du 1.6-consommation-portes électriques capricieuses-boite robotisée longue et anémique

Tous les témoignages Donnez votre avis


En présentant le concept Sésame au Mondial de Paris en octobre 2002, Peugeot espérait le même effet de surprise que celui provoqué par une certaine Renault Twingo. En plus de la modularité, le constructeur est allé plus loin en transposant le concept de monospace à une citadine et surtout, grande première, en offrant deux portes coulissantes.

En interne, ce projet audacieux a posé bien des problèmes aux designers vu les contraintes du cahier des charges. Au final, le dossier a été confié au carrossier Pininfarina, et à l'automne 2002, le concept était déjà proche du modèle de série. Pourtant, il faudra attendre l'été 2004 pour découvrir la version définitive et la fin du mois d'avril 2005 pour l'arrivée en concession.

Ce retard à l'allumage de quelques mois était lié à la fiabilité. Peugeot a voulu s'assurer du bon fonctionnement des portes latérales. Ainsi, pendant quelques mois, les cadres du constructeur ont servi de cobayes pour que les problèmes de conception soient éliminés.
 

Un échec cuisant

Malgré tous ces efforts, les portes Sésame ont été à l'origine de moult désagréments chez les clients. Outre les qualités et les défauts de ce monospace des villes, Peugeot s'est fourvoyé sur le positionnement, trop cher, de son modèle en lorgnant avec envie sur la réussite de la Mini.

Résultat, les ventes frémissent la première année puis sont divisées par trois la seconde et encore de moitié la troisième. Peugeot est même obligé de déstocker ses modèles neufs sur un site Internet spécialisé.

Onéreuse en neuf, la 1007, quatre ans après son lancement, est devenue une bonne affaire au regard de son rapport prix/équipement en occasion. Les modèles proposés sont en général bien, voire très bien équipés, et affichent de faibles kilométrages.

Équipement, le plein de sécurité
En lançant son cube à roulettes, Peugeot n'a pas lésiné sur les équipements de sécurité. Ainsi, avant décembre 2006, toutes les finitions bénéficient de l'ESP et de sept airbags de série. Excepté la finition Vitamine, elles disposent d'un équipement complet avec la climatisation et la radio CD.

Fiabilité, bon bilan
Que ce soit au niveau des motorisations, des trains roulants ou des équipements électroniques, la 1007 se révèle fiable. Les problèmes ont surtout concerné le fonctionnement de la boîte robotisée et celui des mécanismes des portes latérales coulissantes. Dans les deux cas, diverses solutions ont été apportées au fil du temps.