Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Peugeot 407 (2004  -  2011 )

Apparences trompeuses

En misant sur son style, elle a aussitôt séduit. Mais les courbes de vente ont vite chuté. Peut-être à cause de sa fiabilité moyenne.

Points forts

  • +La 407 s'adresse d'abord aux personnes donnant de l'importance au plaisir de conduire. Les trains roulants et le comportement général sont excellents, et le ressenti de la route fort agréable.
  • +Elle est aussi plus valorisante que les concurrentes françaises de l'époque sans être affichée aux prix de certaines allemandes.
  • +Le nombre important de modèles sur le marché permet de trouver facilement la bonne version.
  • +Enfin, les budgets d'entretien et d'assurance sont corrects.

Points faibles

  • -Il ne faut pas s'attendre à retrouver l'aspect pratique de la 406 ou s'offrir une équivalente des allemandes Premium. La qualité de la finition n'est pas à la hauteur de ces dernières et l'aspect familial n'a pas été la priorité.
  • -L'habitabilité est donc en retrait, notamment à l'arrière, tout comme le coffre, et choisir la SW ne résout pas le problème.
  • -Les premiers millésimes ont subi les erreurs de jeunesse d'une nouvelle plate-forme. Les modèles récents connaissent moins de problèmes.

Témoignage d'internaute - baumes claude

+ confort-agréable à conduire-le silence dans l'abitacle-tenue de route
- Ces rotules !!!-la peinture en métallisée-l'embrayage a 120000

Tous les témoignages Donnez votre avis


Pour Peugeot, il n'était pas facile de donner une descendante à la 406. Cette dernière a connu un véritable succès grâce non seulement à ses qualités routières, mais aussi à sa vocation familiale. À la surprise générale, le constructeur a changé son fusil d'épaule, puisque la 407 sacrifie l'espace à bord sur l'autel de l'esthétique. Il se met ainsi au diapason des marques allemandes de haut de gamme (Audi et BMW en tête).

Et la réussite est au rendez-vous, puisque 70 000 unités ont été écoulées en 2005 en France, sa meilleure année de commercialisation. Face à la Renault Laguna II, dont l'image était entachée par des problèmes de fiabilité, et à la fade Citroën C5, la conjoncture lui était favorable.

Depuis, la donne a bien changé. Les ventes se sont fortement dégradées sur ce segment où règne une très forte concurrence.
 

Débuts difficiles

Les prix sur le marché de l'occasion sont attractifs dans l'ensemble. L'offre abondante l'explique en partie... ainsi que son image ternie par les avaries à répétition. Il n'est donc pas difficile de trouver chaussure à son pied.

Mais ici, il est important de bien décortiquer le carnet d'entretien. Ne pas oublier également de consulter la mise à jour des rappels. En effet, les modèles du début de carrière ne sont pas exempts de défauts. Le train avant a connu son lot de problèmes et les diesels subissent les maux des technologies modernes. Ainsi, les problèmes de vanne EGR et de filtre à particules, entre autres, sont-ils assez récurrents.

Le choix d'un modèle récent est plus judicieux. Les ennuis sont moins nombreux, l'équipement plus riche et la finition améliorée. En revanche, il est inutile de se rabattre sur un modèle restylé : les changements y sont mineurs.