Vous êtes ici :

Dossier Qualité / Fiabilité Renault Megane II (2002  -  2010 )

Aujourd’hui recommandable

Après des débuts difficiles en termes de fiabilité, cette berline compacte fête aujourd’hui ses cinq ans dans un climat apaisé. Voici un panorama des versions à privilégier, mais aussi celles à éviter.

Points forts

  • +La Mégane II surclasse nombre de concurrentes en termes de confort.
  • +En outre, sa tenue de route est saine et se montre sûre en toutes circonstances.
  • +Son niveau d’équipement apparaît suffisamment fourni sur l’ensemble des versions, et même pléthorique sur les livrées de haut de gamme.
  • +L’ambiance intérieure donne la priorité au bien-être et le niveau de finition est satisfaisant, notamment grâce à des matériaux bien choisis.

Points faibles

  • -Si vous disposez d’un budget très modéré, ne vous permettant pas d’accéder à des productions récentes, méfiance. La fiabilité de certaines pièces maîtresses, notamment sur les premiers diesels, nous amène à émettre quelques réserves.
  • -Le volume du coffre des versions à trois et cinq portes se montre aussi un peu juste pour les familles nombreuses.
  • -L’habitabilité arrière reste mesurée, notamment en termes de place pour les jambes.

Témoignage d'internaute - gmrsd

+ - Fiabilité -- Puissance raisonnable -- Sellerie et insonorisation confortable-- Tenue de route (un plaisir dans les virages)-- Equipement (Clim auto, GPS, Détecteur de pluie et lumière, Régulateur/Limiteur, Carte Mains libres, ...)-- Consommation pour un essence (6.2L/100km)-- BEAUCOUP de rangements -- Frein à main agréable à utiliser -- Réactivité du système de capteur de pluie et de lumière appréciable
- - Si vous pensiez que le cuir du volant des Mégane s'usent bien vite, ne regardez pas les volants plastique. Dès 50 000 kilomètres, ils montres de gros signes d'usure! -- Visibilité arrière-- Quand il pleut et qu'on ouvre le coffre, la conception du hayon fait qu'il "pleut" dans le coffre. Les gouttes sur le hayons vous arrivent directement sur le crâne. -- Finition des poignées intérieurs et plastique facilement rayable (surtout aux abords du levier de frein à main). -- Grincements dans les montants de porte : SOLUTION : graissage des gâches de portes-

Tous les témoignages Donnez votre avis


Il fallait oser. Lancer un modèle aux lignes si décalées dans une catégorie ne comptant quasiment que des véhicules au dessin conservateur représentait un véritable risque.

Visiblement, il en fallait plus pour effrayer la clientèle, et même les membres du jury de la Voiture de l’année (dont L’argus fait partie) puisque la Mégane reçut ce titre très prisé pour l’année 2003.

Commercialement, 2002 sera une petite année, les livraisons n’ayant débuté qu’à partir du mois de novembre. Mais la rupture de style avec la première génération et le vent de renouveau qui soufflait alors sur le segment donnèrent des ailes au modèle.

Dès 2003, les carnets de commande débordèrent, malgré les difficultés post-lancement liées à la fiabilité de certains éléments.

Carton pleinLE PLASTIQUE, C’EST FANTASTIQUE Plusieurs éléments de carrosserie (ailes, portières) sont en plastique et non en tôle. Cela ne pose aucun souci de sécurité ou de solidité et permet un gain de poids.
Aujourd’hui, près de 2,5 millions d’exemplaires de Mégane (toutes carrosseries confondues) sont sortis des usines de Palencia (Espagne), Oyak (Turquie) et Douai (France). Dans l’Hexagone, 385 000 Mégane ont été immatriculées depuis le lancement. Le marché de l’occasion est, de ce fait, très fourni. Majoritairement peuplé de versions diesels, il recèle néanmoins de nombreux modèles à essence.

Les Mégane restylées (commercialisées au début de 2006) tiennent généralement mieux la cote et commencent à se dénicher à des tarifs acceptables. Dans la mesure où votre budget le permet, c’est d’ailleurs vers elles qu’il vaudra mieux se tourner pour éviter les aléas de fiabilité. Les nouvelles méthodes de production ayant permis à la marque de considérablement progresser dans ce domaine n’ayant été appliquées sur les chaînes qu’à ce moment.

Confort, excellent niveau
Le moelleux de la sellerie combiné à des suspensions et à un amortissement bien calibrés assurent un niveau de confort élevé.

L’insonorisation, peu handicapée par des moteurs diesels débarrassés de leurs vibrations, permet de voyager sereinement. Les versions équipées de jantes de 17 pouces sont moins douces pour le dos.

Direction, assistance déplaisante
Toutes les Mégane sont équipées d’une assistance de direction électrique. Le ressenti dégagé par ce dispositif est nettement moins bon que celui dispensé par une assistance hydraulique. Les versions sportives profitent d’un paramétrage spécifique, et les modèles récents d’une amélioration. Mais cette particularité demande un petit temps d’adaptation.

Fiabilité, débuts douloureux
Les premiers acheteurs de Mégane II s’en sont mordu les doigts. Ils ont essuyé les plâtres de la mise au point de la fameuse carte de démarrage, source de nombreux problèmes, apparue l’année précédente sur la Laguna II.

La fiabilité mécanique, aléatoire sur les diesels en début de carrière, s’est quant à elle améliorée. Elle atteint aujourd’hui un bon niveau.