Vous êtes ici :
Couverture du Guide d'achat occasion de avril 2018
Actuellement disponible en kiosque
Numéro 15, paru le

La référence pour bien acheter

  • 2.0 diesel BMW, le point sur les soucis de distribution
  • Votre argent, le diesel est-il toujours rentable ?
  • Contrôle technique, comment éviter l’immobilisation ?
  • Le guide : 330 modèles classés par catégorie
  • Une sélection de plus de 6 000 cotes de 2008 à 2017

Edito

Chers automobilistes, on vous enfume

Vous avez raison : il y a de quoi y perdre son latin. Hier les politiques vous encourageaient à acheter du diesel, moins cher et prétendument moins polluant que l’essence. Aujourd’hui c’est à peine si on ne vous montre pas du doigt parce que vous avez commis l’erreur de les croire.

D’ailleurs, ils ne sont pas à une contradiction près ! Le système du bonus/malus, basé sur les émissions de CO2, continue en effet de favoriser le diesel au profit de l’essence, censée être plus vertueuse. L’absurdité a même gagné la Commission européenne, qui vilipende le mazout alors qu’en même temps elle impose, année après année, une réduction drastique des émissions de CO2 (95 g/km à l’horizon 2021), irréalisable sans la contribution de ces moteurs décriés. Si vous vous vous apprêtez à acheter un véhicule d’occasion, ne tombez pas dans la psychose. Initiée à Paris, là où les gens ne possèdent pas de voiture, l’annonce de la fin du diesel fait désormais écho en province et même dans les campagnes dépeuplées, où il faut parcourir des dizaines de kilomètres par jour pour se ravitailler ou simplement aller gagner sa croûte. 


Contrairement à ce que l’on veut vous faire croire à longueur de journée, la mort du diesel n’est pas pour demain. Ses partisans sont encore nombreux puisque les véhicules équipés d’un moteur abreuvé de gazole représentaient encore 64,7 % des ventes sur le marché de l’occasion en 2017. Ironie de l’histoire, le patron de Volkswagen, constructeur par lequel tout a commencé, a récemment affirmé : « Non seulement j’espère que le diesel n’est pas mort, mais je suis convaincu qu’il est en train de connaître une renaissance. » Dont acte. Mais ce n’est sûrement pas lui qui paiera les pots cassés, notamment la perte pécuniaire liée à la revente d’un modèle motorisé par ses fameux TDI truqués. 

La Rédaction