L'électrique s'octroie 12 % de parts de marché
habillage
banniere_haut

L'électrique s'octroie 12 % de parts de marché

2020, année électrique ? Selon les chiffres du baromètre Avere-France, 157 480 véhicules électriques et hybrides rechargeables ont été immatriculés en France, soit une percée inédite malgré un marché automobile en baisse. Les modèles électrifiés s'octroient ainsi 12 % de part de marché en novembre.

Publié le Mis à jour le

La Renault Zoé domine largement le segment des voitures particulières électriques, avec 31 431 modèles vendus de janvier à novembre 2020. La Peugeot e-208 se glisse sur la deuxième place du podium, avec 15 392 unités

THOMAS ANTOINE/ACE TEAM, thomas.antoine/ACE Team

[MAJ du 08/12/2020] Non content de dominer le segment des véhicules particuliers et utilitaires légers électriques en France, Renault s’affirme également comme le leader des ventes de modèles électriques en Europe, avec 95 985 immatriculations enregistrées de janvier à novembre, soit + 80 % par rapport à l’an dernier. La Zoé s’est ainsi écoulée à 84 000 unités sur les onze premiers mois de l’année, et même à 268 000 exemplaires sur le Vieux continent depuis son lancement en 2012. Elle domine le segment du véhicule électrique en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Portugal.
Par ailleurs, plus d’un VUL électrique sur trois vendu en Europe entre janvier et novembre était un Kangoo ZE ! Il s’est en effet écoulé 8 498 unités entre janvier et novembre, soit 57 595 immatriculations depuis son lancement en 2010. Pour sa part, la toute nouvelle Twingo Electric, lancée en octobre, a déjà trouvé 1 760 clients en Europe.


« Les véhicules électriques et hybrides rechargeables semblent imperméables à la crise sanitaire et à la morosité ambiante », se félicite Cécile Goubet, déléguée générale de l’Avere-France. Selon les chiffres délivrés par le baromètre Avere-France, les véhicules électrifiés n’ont en effet jamais rencontré autant de succès en France. En novembre, alors que le marché automobile plongeait de 23 %, les modèles électriques et hybrides rechargeables ont bondi de 221 % pour s’octroyer 12 % de part de marché, avec près de 20 000 immatriculations.
De janvier à novembre, il s’est ainsi écoulé 157 480 modèles équipés d’un moteur électrique, ce qui devrait permettre d’atteindre l’objectif des 170 000 immatriculations annuelles prévues par le contrat stratégique pour 2020.

Renault domine le segment électrique


Le marché des VUL électriques progresse également de 57 % en novembre, mais avec un volume plus modeste de 948 immatriculations, soit 7 445 en cumul sur les onze premiers mois de l’année. Il est dominé par le Renault Kangoo ZE.

Dans le détail, 9 601 voitures particulières électriques ont été livrées au mois de novembre (+ 200 % par rapport à novembre 2019). La Renault Zoé domine largement les débats, avec 2 944 immatriculations, soit 31 % de part de marché, suivie par la Peugeot e-208 (1 258 unités et 13 %), la Volkswagen e-Up (520 unités), la Tesla Model 3 (501 unités), puis la Volkswagen ID.3 fraîchement débarquée dans les concessions (497 unités).
Sur les onze premiers mois de l’année, 90 210 voitures électriques ont été écoulées, soit une hausse de 138 % par rapport à la même période 2019, dont 31 431 Renault Zoé, 15 392 Peugeot e-208 et 5 599 Tesla Model 3.
De façon plus modeste, les véhicules utilitaires légers progressent également de 57 % en novembre, avec 948 immatriculations, pour atteindre 7 445 unités entre janvier et novembre (+ 2 %). C’est encore Renault qui domine ce créneau en plaçant le Kangoo Z.E. en première position (2 991 unités sur les onze premiers mois) et la Zoé en seconde (1 351 unités), ces deux modèles étant suivis par le Nissan e-NV200.


La part belle aux SUV en hybride rechargeable

Les hybrides rechargeables font la part belle aux SUV, mieux dimensionnés pour accueillir deux motorisations, thermique et électrique, et des batteries. Sur les onze premiers mois de l’année, le Peugeot 3008 Hybrid4 est le modèle le plus vendu du segment.

Sur le segment des hybrides rechargeables,9 144 modèles ont été immatriculés en novembre, soit une progression fulgurante de 291 % par rapport à novembre 2019 ! Au cumul entre janvier et novembre, la progression atteint 115 %, avec 97 655 immatriculations. Il est vrai que l’offre s’est considérablement enrichie, avec des immatriculations réparties entre une soixantaine de modèles, et les SUV se taillent la part du lion sur ce créneau.
Sur les onze premiers mois de l’année, le Peugeot 3008 figure en tête du palmarès avec 5 613 unités, soit 6 % de part, suivi des Renault Captur (4 029 unités) et DS 7 Crossback (3 991 unités). Notons toutefois une hiérarchie différente sur le seul mois de novembre, avec le Citroën C5 Aircross en première position (926 modèles), suivi des luxueux Audi Q5 (682 unités) et Mercedes GLC (637), puis des Renault Captur (602 unités) et Volvo XC40 (439 unités) en quatrième et cinquième positions.


Objectif 1 million en 2022

D’après le baromètre Avere-France, réalisé en partenariat avec AAA-Data, le parc roulant des véhicules électriques et hybrides rechargeables atteint aujourd’hui 433 045 unités, contre à peine 980 en 2010. Il se décompose en 315 904 modèles électriques et 97 655 modèles hybrides rechargeables. L’objectif fixé par le contrat stratégique de filière consiste à atteindre un parc roulant de 476 000 immatriculations fin 2020 – on y est presque –, avant une accélération pour les deux prochaines années, à savoir 706 000 en 2021 et 1 million en 2022.
Malgré ces bons chiffres, la France n’apparaît pas comme le pays européen le plus avancé sur ce plan. Ainsi, fin septembre, c’est l’Allemagne qui comptait le plus d’immatriculations de véhicules électriques (98 610 unités), suivie de la France, du Royaume-Uni, de la Norvège et des Pays-Bas. De même, en matière de véhicules hybrides rechargeables, l’Allemagne dominait également les débats, avec 105 882 unités, suivie par le Royaume-Uni, la France, la Suède et la Norvège. Mais si la France est le quatrième pays européen comptant le plus de points de recharge, avec 28 928 bornes, contre 61 534 aux Pays-Bas, le champion en la matière, elle se hisse en deuxième position en termes de véhicules par point de recharge : 13 bornes par véhicule, contre 23 en Norvège. Fin octobre, l’Avere-France pointe ainsi un retard sur le contrat stratégique de filière en matière de points de recharge, avec seulement 30 % de l’objectif fixé qui a été atteint.