Michelin s'engage dans le pneumatique «100% durable»
habillage
banniere_haut

Michelin s'engage dans le pneumatique «100% durable»

Avant de présenter son plan stratégique pour les 10 prochaines années, le groupe Michelin vient de s'engager à produire, d'ici 2050, des pneumatiques «100% durables», qui seront composés de matériaux renouvelables, recyclés ou biosourcés.

Publié le Mis à jour le

Michelin multiplie les partenariats en vue d'obtenir des pneus à partir de matériaux renouvelables, recyclés ou biosourcés d'ici 2050

Bertrand Bellois

Déjà engagé, avec Total, Carrefour, ou encore Airbus, dans la Coalition pour l’énergie de demain, qui vise à obtenir, dès 2030, des résultats tangibles en matière de réduction de l’impact climatique du transport et de la logistique, le groupe Michelin vient de s’engager à produire des pneumatiques «100 % durables» d’ici 2050, contre 28 % actuellement. Avant la présentation, prévue le 8 avril, de son nouveau plan stratégique décennal, le manufacturier promet ainsi que dans 30 ans ses pneus seront entièrement composés de matériaux renouvelables, recyclés ou biosourcés.
Il mise pour cela sur le développement de la production biosourcée d’un composant du caoutchouc synthétique, le butadiène, qui est pour l’instant issu du pétrole. Le groupe clermontois, qui travaille pour cela avec Axens et IFP Énergies Nouvelles, indique que « grâce à la biomasse issue de déchets végétaux (bois, écorces de riz, feuilles et tiges de maïs),
4,2 millions de tonnes de copeaux de bois pourraient être intégrés dans les pneus Michelin cette année ».



À LIRE. Michelin annonce la suppression de 2 300 postes en France
 

Emballages et bouteilles en plastique pour fabriquer des pneus

De même, Michelin a établi un partenariat avec la société canadienne Pyrowave pour produire du styrène, un autre composant du caoutchouc synthétique, à partir d’emballages ou de panneaux isolants. Un démonstrateur doit ainsi être lancé en France d’ici 2023. Le Bibendum a également investi dans la start-up française Carbios, qui travaille sur le recyclage d’objets en plastique PET, dont des bouteilles, pour fabriquer du fil de polyester, également présent dans les pneus.
Signalons enfin qu’une usine de recyclage de pneumatiques usagés est en cours de construction au Chili, en partenariat avec la société suédoise Enviro, tandis que Michelin participe au consortium européen BlackCycle, coordonné et financé par l’Union Européenne, destiné à créer des matières premières régénérées à partir de pneus usés.

 

Tags