Mobility Valley, l'atout français pour la mobilité européenne
habillage
banniere_haut

Mobility Valley, l'atout français pour la mobilité européenne

Le pôle de compétitivité Mov'eo veut devenir le berceau de la mobilité à la française. Il va tout faire pour que les acteurs de la filière automobile inventent, développent et testent leurs innovations en France. Le but est aussi de rayonner en Europe et à l'international.

Publié le Mis à jour le

Mov'eo est un pôle de compétitivité en France en recherche et développement dédié à la mobilité et à l'automobile créé en 2006

Fotolia mov'eo

Matignon a donné son feu vert pour 56 pôles de compétitivité qui seront de nouveau labélisés pour la quatrième phase de leur développement. Reconduits jusqu’en 2022 et donc bénéficiaires de financements publics, ces places composées d’entreprises de toutes tailles, de centres de recherche et d’organismes de formation pourront évoluer sur leur secteur de prédilection par pôle sur un territoire commun et ainsi générer des projets d’innovation.

Mov'eo veut bâtir une "Mobility Valley" en Ile-de-France et Normandie

Parmi ces places il y a Mov’eo, qui est peut-être l’une des plus ambitieuses. Alors qu’elle est implantée en Ile-de-France et en Normandie, cette société, créée en 2006 sous la tutelle du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, se pose en référence et tiers de confiance de l’automobile et de la mobilité françaises. Depuis, elle fédère des acteurs de l’amont et de l’aval de la filière, soit 350 membres aujourd'hui, comme PSA, Renault, Faurecia, Valeo, Michelin, Continental, Transdev, Sanef, Estaca, EDF, Covea, etc, ainsi que des collectivités territoriales.

Marc Charlet, directeur général du pôle Mov'eo


Pour la phase 4, Mov’eo veut marquer les esprits en tant que pôle de compétitivité dédié à la mobilité du futur : bâtir une "Mobility Valley" française et devenir le leader européen de la mobilité innovante et responsable. Un clin d’œil à la Silicon Valley, rien que ça !

« Nous avons tous les atouts, soit des acteurs français performants et deux territoires qui représentent 70% de la R&D automobile française, pour construire de nouvelles solutions et les étendre à l’Europe et même à l’international. Nous saurons relever les trois défis d’ordre technologique, numérique et sociétal qui se présentent au secteur », souligne Marc Charlet, directeur général du pôle Mov’eo.

Pour honorer ce projet de "Mobility Valley", le dirigeant prévoit de suivre 7 objectifs :

- stimuler et amplifier l’écosystème : par des animations, challenges, démonstrateurs et plateformes, l’objectif est d’incarner le berceau et d’attirer de nouveaux talents.
- générer des projets d’innovation : booster le financement de la R&D.
- accompagner la croissance des entreprises : faire progresser la supply chain et favoriser l’industrialisation 4.0.
- se déployer durablement : accélérer la dynamique des groupements au-delà des frontières européennes et internationales.
- apporter des solutions pour les territoires : renforcer les partenariats internationaux et se concentrer sur les marchés porteurs.
- soutenir l’innovation et l’excellence industrielles : l’avenir est aux territoires donc favoriser l’implémentation de l’industrie et de nouvelles mobilités en France.
- éclairer l’évolution des compétences par l’innovation : faire naître de nouvelles formations d’avenir en contribuant à l’attractivité de la filière.

Les bons chiffres de Mov'eo

Mov’eo estime avoir les moyens de ses ambitions puisqu’il s’appuie sur la phase 3 des pôles de compétitivités. Car ses quelques chiffres sont parlants : 538 établissements membres, 1200 emplois créés dans les PME du pôle, +15% de chiffre d’affaires supplémentaires générés pour les PME membres, 181 projets labelisés, 98 projets financés par des investisseurs nationaux et régionaux, 13,2 millions d’euros de financement européens obtenus par les partenaires, plus de 50 événements annuels…