Pénurie de puces. 4 propositions pour renforcer l'industrie européenne
habillage
banniere_haut

Pénurie de puces. 4 propositions pour renforcer l'industrie européenne

Selon la CLEPA, la pénurie mondiale de semi-conducteurs a déjà perturbé la production de 500 000 voitures et pose des questions sur la résilience de la chaîne d'approvisionnement. L'association formule quatre propositions pour renforcer les capacités de production en Europe.

Publié le Mis à jour le

Alors que Bosch vient d'inaugurer une usine ultra-moderne dans l'Est de l'Allemagne, l'industrie européenne des semi-conducteurs a réduit ses capacités de production de 50 % en une dizaine d'années

Sven D..ring / Agentur Focus, Sven Döring für Bosch, Sven Döring / Agentur Focus

La CLEPA (Association européenne des équipementiers automobiles) représente 3 000 entreprises d’un secteur qui investit chaque année 30 milliards d’euros dans la recherche & développement et génère 1,7 million d’emplois directs. Alors que la pénurie de semi-conducteurs a perturbé la production de 500 000 voitures et pose des questions sur la résilience de la chaîne d’approvisionnement de toute l’industrie automobile, l’association formule quatre propositions pour la renforcer, mais aussi pour profiter des opportunités liées à la digitalisation de l’économie.
Estimant que les décideurs politiques ont un pouvoir limité pour « atténuer les goulots d’étranglement » à court terme, la CLEPA milite ainsi pour la mise en place d’une approche stratégique industrielle de long terme qui s’appuierait notamment « sur les forces
existantes »
pour renforcer les capacités de production européennes.

À LIRE. Pénurie de puces. Bosch inaugure une usine ultra-moderne à Dresde

Favoriser l’émergence d’un éco-système européen

Alors que les voitures modernes peuvent désormais accueillir une centaine d’unités de contrôles électroniques et 20 à 40 micro-contrôleurs, la CLEPA rappelle que l’industrie européenne des semi-conducteurs a vu ses capacités chuter de 50 % en une dizaine d’années, et les constructeurs et équipementiers dépendent aujourd’hui pour 60 à 70 % de fabricants installés à Taïwan ou en Chine. Or, si l’industrie automobile représente seulement 10 % de la demande mondiale en semi-conducteurs, cette proportion augmente à 37 % en Europe.
L’association insiste donc sur le besoin de réévaluer les dépendances de la chaîne d’approvisionnement dans ce secteur stratégique, et recommande de renforcer la politique industrielle de l’Union européenne pour améliorer l’attractivité du Vieux continent. Elle admet toutefois que la compétitivité des entreprises européennes dépend de leur intégration dans la chaîne d’approvisionnement mondiale, ce qui nécessite de conserver une économie ouverte.
La CLEPA réclame ainsi la construction d’un éco-système européen s’appuyant sur les capacités actuelles de conception et de production. Il faut pour cela créer des conditions propices aux investissements privés, notamment grâce à l’utilisation stratégique de subventions publiques, mais aussi en favorisant le développement d’une main-d’œuvre qualifiée pour favoriser la recherche.