Pénurie de puces. La production mondiale touchée en 2021, 2022 et 2023
habillage
banniere_haut

Pénurie de puces. La production mondiale touchée en 2021, 2022 et 2023

Le cabinet IHS Markit revoit une nouvelle fois ses prévisions à la baisse en matière de production automobile mondiale sur fond de pénurie de semi-conducteurs. Dans sa note du 16 septembre, il diminue encore de 14,52 millions ses prévisions de production entre 2021 et 2023.

Publié le Mis à jour le

Les dernières prévisions du cabinet IHS Markit tiennent notamment compte des ajustements annoncés par le groupe Toyota

DR

En 2021, 2022 et 2023, le cabinet IHS Markit prévoit que la pénurie de semi-conducteurs empêchera les constructeurs automobiles de produire 14,52 millions de voitures légères supplémentaires par rapport à ses précédentes prévisions. Cette note publiée le 16 septembre tient notamment compte de l’impact de la pandémie en Malaisie, qui fournit 13 % de la production mondiale de puces pour l’industrie automobile, et ses répercussions sur les usines du groupe Toyota.
En 2021, alors que 1,44 million d’unités n’ont pas été produites au premier trimestre et 2,6 millions au deuxième trimestre, les pertes du troisième trimestre devraient se chiffrer à 3,1 millions d’unités. Plus de 7 millions d’unités ne seront pas produites en 2021 et IHS Markit abaisse encore de 5,02 millions d’unités ses prévisions pour l’ensemble de l’année 2021, soit un total de 75,8 millions de véhicules légers (– 6,2 % par rapport aux chiffres précédemment prévus). L’impact devrait être encore plus fort en 2022 avec des prévisions en baisse de 8,45 millions d’unités, soit un total descendu à 82,6 millions d’unités (– 9,3 %). Quant à 2023, IHS Markit prévoit une production automobile mondiale s’élevant à 92 millions d’unités, soit – 1,05 million de moins que précédemment prévu (– 1,1 %).

À LIRE. Pénurie de puces. Toyota revoit ses prévisions annuelles de production

98,9 millions d’unités prévues en 2025

Le cabinet IHS Markit indique que les niveaux de production « pourront s’accélérer à mesure que les chaînes d’approvisionnement reviendront à la normale », à partir du deuxième trimestre 2023. Si ce scénario se vérifie, « la forte demande refoulée et la pression pour reconstituer les niveaux de stock devraient soutenir des niveaux de production élevés en 2024 et 2025 ».
Ainsi, la production automobile mondiale pourrait s’élever à 97,3 millions d’unités en 2024 (+ 3,2 % par rapport aux précédentes prévisions) et à 98,9 millions d’unités en 2025 (+ 2,4 %).

Tags