Pénurie de puces. Le patron d'Intel s'attend au pire au 2e semestre
habillage
banniere_haut

Pénurie de puces. Le patron d'Intel s'attend au pire au 2e semestre

De passage à Versailles dans le cadre du sommet Choose France, Pat Gelsinger, patron d'Intel, s'est exprimé sur la pénurie de semi-conducteurs. S'attendant à un retour à la normale d'ici à deux ans, il pense que le pire moment de la pénurie interviendra en « seconde partie d'année ».

Publié le Mis à jour le

Le patron d'Intel, qui souhaite construire une méga-usine de semi-conducteurs en Europe, s'attend à ce que la pénurie atteigne son paroxysme au second semestre 2021

DR

Dans le cadre du quatrième sommet Choose France, organisé lundi 28 juin à Versailles, Emmanuel Macron a reçu une centaine de patrons de multinationales prêts à investir 3,5 milliards d’euros dans l’Hexagone. En marge de ce rassemblement, Pat Gelsinger, directeur général d’Intel, s’est exprimé dans plusieurs médias. Dans une interview accordée à nos confrères de BFM Business, le patron américain a indiqué avoir évoqué avec le président de la République son souhait de construire une méga-usine de semi-conducteurs en Europe car la pénurie de puces a mis en lumière le déséquilibre de la chaîne d’approvisionnement en faveur de l’Asie ; il pense qu’il faut la rééquilibrer vers l’Europe et les États-Unis.
Ce projet titanesque nécessiterait « plus de 100 milliards de dollars » d’investissement sur une décennie. Le futur pays d’accueil de ce projet pharaonique n’est pas encore choisi – il le sera d’ici à fin 2021 –, mais Intel réclamerait 8 milliards d’euros de subventions publiques aux autorités pour « aller plus vite » et voir les choses en grand car, dit-il, « les économies asiatiques investissent énormément » sur le segment. Il faut donc créer un site de production « compétitif au niveau mondial ». La France est pour l’instant en lice avec d’autres pays comme l’Allemagne, l’Irlande ou les Pays-Bas.

À LIRE. Pénurie de puces. Bosch inaugure une usine ultra-moderne à Dresde

Deux ans pour résorber la pénurie

Par ailleurs, Pat Gelsinger estime que l’industrie des semi-conducteurs aurait probablement connu une situation de pénurie sans la pandémie, mais le Covid a accéléré le phénomène avec une demande qui s’est « accélérée de façon substantielle » et s'avère peut-être « trois fois supérieure » à ce qui était attendu.
Alors que la construction de nouvelles usines demande du temps, le patron d’Intel estime que la pénurie atteindra son pic « en seconde partie d'année » avant de résorber progressivement en 2022, puis de retrouver une situation normale en 2023.