Pénurie de puces. Les usines Stellantis de Rennes et Sochaux à l'arrêt
habillage
banniere_haut

Pénurie de puces. Les usines Stellantis de Rennes et Sochaux à l'arrêt

La pénurie de puces perturbe une nouvelle fois la production des usines françaises de Stellantis. Alors que le site de Sochaux est à l'arrêt depuis la nuit du 14 au 15 juin, celui de Rennes-La Janais l'est également depuis le 22 juin au soir. Aucune voiture ne sera fabriquée jusqu'au 1er juillet.

Publié le Mis à jour le

L'usine Stellantis de Rennes-La Janais manque de composants, notamment sur les autoradios, pour fabriquer le Citroën C5 Aircross restylé

Adrien Cortesi

Alors que les cadences de production affichaient un rythme normal depuis début avril, les usines Stellantis de Sochaux et Rennes-La Janais connaissent de nouvelles perturbations liées à un manque de semi-conducteurs. Le site de Sochaux, qui fabrique les Peugeot 3008 et 5008, est à l’arrêt depuis la nuit du 14 au 15 juin 2022, tandis que celui de Rennes-La-Janais, qui produit les Peugeot 5008 et Citroën C5 Aircross, a stoppé ses lignes de montage mercredi 22 juin au soir.
À Sochaux comme à Rennes-La Janais, toutes les séances de travail sont annulées jusqu’au samedi 2 juillet inclus. La reprise de la production n’est donc pas envisagée avant lundi 4 juillet. En ce qui concerne le C5 Aircross, la CFDT évoque un « manque de pièces », et plus particulièrement « sur les autoradios ».

À LIRE. Stellantis lance son « forum citoyen » et claque la porte de l'ACEA

12 000 véhicules non produits à Sochaux

Dans un communiqué, Laurent Valy, secrétaire CFDT du CSE Stellantis de Rennes-La Janais, estime que la situation était « malheureusement prévisible car l’usine de Sochaux est à l’arrêt depuis une semaine ». Ceci alors qu’il s’agit d’un « site prioritaire en livraison en raison du lancement du restyling du C5 Aircross ». Il ajoute : « Cela est très inquiétant car l’activité du site repose jusqu’en 2024 sur le C5 Aircross qui est un succès commercial mais que nous ne pouvons pas produire faute de composants ! »
Au total, 40 séances de travail seront perdues à Sochaux, qui compte environ 3 000 salariés et 900 intérimaires, ce qui empêchera la production de 12 000 véhicules. À Rennes, plus de 2 300 salariés sont concernés. Des formations et des travaux de maintenance sont programmés. Pour le reste, un dispositif de chômage partiel est mis en place.
Tags