Qualité de l'air : le CNPA déplore l'absence de l'entretien
habillage
banniere_haut

Qualité de l'air : le CNPA déplore l'absence de l'entretien

L'organisation professionnelle se félicite de l'instauration des vignettes. Mais elle regrette des mesures punitives pour les véhicules les plus anciens et la non prise en compte de l'entretien.

Par Jean Pierre Genet
Publié le Mis à jour le

Le système de vignette aurait dû prendre en compte l'entretien des véhicules. Un véhicule bien entretenu aurait pu bénéficier d'un certificat favorable. Cela n'a pas été le cas.

Le CNPA salue le Plan Qualité de l'Air présenté par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal. Il se dit favorable aux mesures incitatives favorisant les véhicules les moins polluants, il regrette cependant que l’entretien ne soit pas pris en compte. Pour l’organisation professionnelle, l’incitation crée, de fait, des mesures punitives pour les véhicules les moins récents et les Français les moins favorisés.

Le niveau d'émissions se mesure tout au long du cycle de vie d'un modèle

Selon le CNPA, le projet de loi Transition Energétique met en exergue que le niveau d'émissions des véhicules se mesure tout au long du cycle de vie et renforce le contrôle pollution de tous les véhicules.  Il souligne l'importance de l'entretien du parc roulant pour réduire les émissions inhérentes à l'usage du véhicule. L'organisation professionnelle déplore que l'entretien n'ait pas été intégré dans le dispositif incitatif du certificat.

Le préventif moins cher que le curatif

Dans un communiqué, elle s'interroge sur le pouvoir d’achat des Français en temps de crise et de leur capacité à acheter un véhicule relevant des normes « Euro » les plus récentes. Elle développe son argumentation habituelle : un véhicule bien entretenu demeure une solution de mobilité optimisée d'un point de vue environnemental et économique. Il permet à tout automobiliste de contribuer à l'amélioration de la qualité de l'air. Le CNPA et le GERPISA ont présenté le 1er juin une étude statistique chiffrée, montrant que l’entretien préventif, réalisé suite à des contrôles plus réguliers et plus poussés des véhicules, était moins coûteux que l’entretien curatif.


Une classification qui fustige le diesel


"Avec ce plan, le diesel est une fois de plus mis à l’index, s'inquiète le CNPA, alors qu’un véhicule diesel neuf est aussi peu émetteur qu'un véhicule essence et présente l'avantage d'être un fort contributeur en matière de réduction de CO2".

L'organisation s’étonne également de l’absence de mention du GPL dans la classification proposée ; de même, en ne se basant que sur les normes « Euro », la technologie hybride n’est pas suffisamment valorisée, alors qu’elle est très faiblement émettrice.

Enfin, les deux-roues sont également visés par ce dispositif, alors qu’ils sont un outil important de fluidification du trafic.