Semi-conducteurs. L’automobile reste le secteur le plus touché par la pénurie
habillage
banniere_haut

Semi-conducteurs. L’automobile reste le secteur le plus touché par la pénurie

Malgré une baisse de la demande des semi-conducteurs dans l’électronique grand public, le secteur de l’automobile reste fortement pénalisé par les pénuries de puces. Une situation tendue qui devrait perdurer et affecter l’industrie automobile sur plusieurs années.

Par Robin Schmidt
Publié le

Les investissements massifs dans les usines de semi-conducteurs concernent des technologies de pointe, encore peu utilisées dans les voitures actuelles.

Bosch

Les pénuries actuelles de semi-conducteurs devraient s’estomper, mais pas pour tout le monde… Selon la dernière étude du cabinet Roland Berger, la demande en semi-conducteurs enregistre une baisse massive de 30 % pour le second semestre 2022. Les nouvelles puces hautes performances seraient même sujettes à une surcapacité et à une offre excédentaire. De quoi soulager de nombreux secteurs, qui étaient jusqu’alors victimes d’importantes pénuries de puces.

Le secteur de l’automobile devrait toutefois rester fortement affecté par les pénuries de semi-conducteurs, et ce, sur plusieurs années d’après l’étude Roland Berger. « Nous avons la situation inhabituelle de voir des pénuries, des surcapacités et une offre excédentaire de semi-conducteurs en même temps » témoigne Falk Meissner, associé chez Roland Berger.

Les puces indispensables à l’industrie automobile restent rares

Pour certaines industries, la pénurie actuelle de semi-conducteurs ne montre aucun signe d'arrêt. Cela est particulièrement vrai pour l’électronique grand public, secteur dans lequel figurent les fabricants d'ordinateurs, de téléviseurs et d'appareils électroménagers. Ces derniers utilisent tous majoritairement des nouvelles puces hautes performances, dont l’offre est par ailleurs largement excédentaire. Les semi-conducteurs d'ancienne génération, en revanche, qui sont encore fortement utilisés dans l’industrie automobile, sont encore victimes d’importantes pénuries.

Les puces analogiques et les microcontrôleurs, qui représentent respectivement jusqu’à 42 % et 20 % des besoins du secteur automobile, devraient donc rester rares pendant de nombreuses années. « Nous constatons toujours une pénurie structurelle de semi-conducteurs et de microcontrôleurs analogiques. Elle durera plusieurs années. La baisse de la demande d'ordinateurs et d'électronique grand public soulage l'industrie des semi-conducteurs. Mais cela rendra la planification des capacités et des stocks encore plus difficile pour les deux, à savoir le fabricant de micropuces et les entreprises qui les utilisent », explique Falk Meissner.