VPN Autos déploie des solutions pour contrer les problèmes de sourcing
habillage
banniere_haut

VPN Autos déploie des solutions pour contrer les problèmes de sourcing

À l'occasion de sa convention annuelle, qui s'est tenue à Bordeaux les 11 et 12 novembres 2021, le réseau multimarque VPN Autos s'est projeté sur l'exercice 2022, sur lequel il anticipe un creux important en termes d'offres au deuxième trimestre.

Publié le Mis à jour le

David Rairolle, directeur des activités VPN Autos, à l'occasion de la convention du réseau, qui s'est déroulée à Bordeaux les 11 et 12 novembre 2021

L’enseigne multimarque VPN Autos, qui appartient au groupe Sipa, a réuni les 11 et 12 novembre, ses affiliés à l’occasion de sa convention annuelle. La direction a notamment profité de ces deux journées pour présenter sa feuille de route et afficher ses ambitions. Convaincue qu’elle va « sortir plus forte de la crise », l’entité bordelaise se fixe pour objectif de commercialiser 20 000 voitures à marchand en 2025 (VPN France). Elle vise un volume de 10 000 VO vendus dans le réseau VPN Autos à horizon 2023-2024 (6 000 unités en 2021), avec 55 à 60 points de vente dans l’Hexagone (37 à l’heure actuelle). L’enseigne multimarque n’a pas dévié de son plan de bataille déterminé en 2019, avant la crise sanitaire. Lors de la plénière du 11 novembre, elle a cependant annoncé à son réseau que la bataille sur le marché allait se poursuivre pendant encore plusieurs mois. La baisse des mises à la route chez les loueurs de courte durée, le non-renouvellement des autos au sein des flottes ainsi que les récentes pénuries sont autant de raisons avancées pour expliquer le manque de matériel à vendre. « Nous avons reçu des appels de nombreux professionnels qui souhaitaient nous acheter des voitures sauf que nous sommes confrontés à la même problématique que tout le monde, rapporte David Rairolle, directeur des activités VPN. Nous pensions compenser la baisse de volume en VO récent par le 0 km mais cela se révèle plus complexe que prévu en raison de la pénurie de semi-conducteurs ».

A LIRE. Le réseau VPN Autos veut atteindre la barre des 10 000 ventes en 2024

Des stocks d'autos au plus bas

David Rairolle, directeur des activités VPN Autos.

Selon les données du cabinet Autoways, présentées lors de la convention, le stock de VO âgés de moins d'un an dans les réseaux automobiles à fin septembre 2021 accusait un repli de 75 % par rapport à la même période de l’an passé. Pour les VO âgés de moins de deux ans, le repli s’élève à 50 %. Les niveaux de stocks sont au plus bas et la problématique devrait perdurer pendant une bonne partie de l'exercice 2022. « Nous sommes confrontés à un problème d’offre, mais quand nous observons le décrochage des immatriculations sur le segment des produits de 1 à 2 ans nous pouvons craindre également un problème de demande, avec des acheteurs particuliers attentistes qui préfèrent reporter leurs achats », analyse David Rairolle.

À LIRE. Saga VPN Autos, la force de l'indépendance

Des commandes pour 2022 divisées par trois

Chaque année, à l'attaque du mois de novembre, VPN Autos France a déjà dans les tuyaux un volume de 4 000 à 4 500 véhicules commandés, correspondant entre 40 et 45% de ses approvisionnements pour l’exercice suivant. Ce volume de voitures « sécurisées » pour 2022 s’élève à seulement 1 500 unités. « Le premier trimestre de 2022 devrait bien se passer avec les arrivages actuels, en revanche nous allons subir un gros creux au deuxième trimestre en termes de sourcing car les loueurs de courte durée ne se sont pas réapprovisionnés et parce que des commandes VN ont été annulées ou ne se sont pas concrétisées, anticipe David Rairolle. Nous avons bon espoir que les usines repartent au second semestre mais à l’heure actuelle nous n’avons pas de visibilité ».

Marques asiatiques et voitures à plus haute valeur ajoutée

L’enseigne multimarque a annoncé à ses affiliés qu’elle sera certainement amenée à diversifier son offre. « Aujourd’hui, un constructeur comme Peugeot préfère fabriquer dans ses usines des 3008 PHEV que des 208. Dès lors, nous proposerons certainement davantage de voitures premium avec une valeur ajoutée supérieure et de marques asiatiques, car certaines d’entre elles ont mieux négocié la pénurie de semi-conducteurs. Nous ne nous interdisons rien et des marques comme MG Motor ou Tesla peuvent constituer des alternatives », informe Alexandre Casimir, directeur du commerce de VPN France. Dans ce contexte peu florissant, les dirigeants ont toutefois relevé quelques « bonnes nouvelles ». La demande reste supérieure à l’offre et cette tendance devrait se poursuivre en 2022. « Nous allons continuer d’acheter cher l’an prochain et nous continuerons de revendre encore plus cher », formule Alexandre Casimir. Des VO récents négociés autour de – 15 % par VPN France pourront être revendus par le réseau en 2022 au prix catalogue, voire au-dessus. « La période est complexe mais nous aurons des solutions pour nous adapter et continuer d’apporter du service aux clients », annonce David Rairolle.

Parmi ces solutions, l’enseigne du groupe Sipa entend s’appuyer sur son module de reprise Rachat Express, pour lequel elle a augmenté le budget publicitaire durant l’été pour doper le nombre de leads. La société a profité de la convention pour faire des piqûres de rappel auprès de ses affiliés pour optimiser le traitement des contacts générés depuis la plate-forme, à travers notamment un ensemble d’arguments destinés à convaincre et à rassurer les particuliers. La société, qui annonce « donner le juste prix dès le départ », informe que 13% des leads traités font l’objet d’un rachat.

Matitine.com devient un « réseau » physique

Lancée en 2017 par le groupe Sipa (le site de Toulouse en photo), la marque matitine.com va être déployée dans les prochains mois.

L’autre solution repose sur le déploiement d’un réseau de VO à petit prix, reprenant la marque matitinine.com lancée en 2017 sur la Toile et à Toulouse par le groupe Sipa. Impulsé par VPN Autos France, ce nouveau concept s’adresse aux membres du réseau, qui pourront le représenter sous forme de « corner » ou « d’espace dédié », mais également à d’autres groupes de distribution, des garages ou des agents. « Cette piste de développement axée sur une offre de VO plus âgés avait été soulevée par le réseau il y a deux ans. Je considérais à l’époque qu’il ne s’agissait pas du même métier et ma position à ce sujet n’a pas changé, admet David Rairolle. De plus, si nous voulons aller sur ce terrain-là, il faut y aller avec une réponse forte. Et la solution, la base, nous l’avions déjà au sein du groupe avec Matitine.com ».

Le groupe l’a fait évoluer en s’adossant notamment à son partenaire garantisseur Gras Savoye, qui a développé une offre spécifique (garantie 12 mois moteur, boîte, pont élargie, intégrant climatisation et turbo jusqu’à 15 ans et 180 000 km). Le développement du concept repose sur un contrat de licence de 5 ans et requiert un droit d’entrée de 5 000 euros et une redevance de fonctionnement de 800 €/mois (les affiliés VPN Autos bénéficieront de « meilleures conditions d’entrée »). Le franchisé doit également s’engager à acheter 75 carnets de garantie par an à Gras Savoye. À l’issue de la convention, six membres du réseau VPN Autos avaient donné leur accord de principe pour développer la marque Matitine.com. La société bordelaise table sur une dizaine de points de vente à la fin du premier trimestre de 2022.

À LIRE. Le groupe Sipa lance "matitine.com", un label VO à petit prix

Signature d’un partenariat avec EnchèresVO

Pour accompagner ce déploiement, l’entité du groupe Sipa a profité de sa convention annuelle pour annoncer la signature d’un partenariat avec la société EnchèresVO (ex-Toulouse enchères) afin de couvrir les reprises qui ne rentrent pas dans le concept VPN Autos ou que les franchisés ne souhaitent pas revendre à particulier. Le spécialiste des enchères s’engage à fournir au distributeur un prix de couverture dans les cinq minutes et d’enlever le véhicule dans les cinq jours qui suivent. Sur la base de cette promesse de rachat, le franchisé VPN Autos est libre de négocier le prix de la reprise auprès de son client particulier (Enchères VO préconise une marge de 400 euros TTC). Le risque financier est porté par VPN France, qui s’engage à payer le franchisé dans les sept jours. Pour les membres du réseau, le service est gratuit. Cette solution de couverture sera opérationnelle le 1er décembre 2021.
Tags